Magazine Cinéma

Interstellar - Critique

Par Nopopcorn @TeamNoPopCorn

Interstellar-Banner-1280px-2

Si une catastrophe peut arriver, elle finira par arriver !

Prévu au départ pour Steven Spielberg, Christopher Nolan reprend le flambeau à la réalisation avec son frère Jonathan Nolan au scénario pour Insterstellar, un film de science-fiction qui raconte comment des explorateurs repoussent les limites humaines et partent à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.
Interstellar-Photo-Matthew-McConaughey-01
Le(s) plus

Dans un futur inconnu, à la recherche d'une nouvelle planète, Cooper (Matthew McConaughey), Brand (Anne Hathaway) et Romilly (David Gyasi), vont partir explorer le fin fond de l'espace suite à la demande de Professeur Brand (Michael Caine).

Quel plaisir de voir un film de science-fiction qui s'amuse à nous faire travailler les méninges plutôt que de combler les vides scénaristiques par des effets-spéciaux. Les frères Christopher et Jonathan Nolan prennent surement du plaisir avec Interstellar, à nous faire réfléchir avec la physique quantique: La théorie de la relativité, la gravité et l'espace-temps sont au cœur du film.

Le film Interstellar fait véritablement penser aux films de science-fiction de la grande époque, comme 2001 : l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick pour ne citer que lui.
Basé sur une ambiance, un scénario qui fait réfléchir, de l'originalité, on retrouve les éléments des bons films de science-fiction (qui sont parfois hors normes). De plus nombreux sont les passages poignants et émouvants dans Interstellar, l'enjeu dramatique est également de la partie.
Sans oublier qu'il y a un véritable travail au niveau sonore et la musique d'Hans Zimmer est bien différente de ses dernières compositions. Dans Interstellar, la bande-originale est très "Old School" et très atmosphérique.
A noter que quelques scènes comme la traversée du trou de ver font penser au film Abyss de James Cameron, ou encore d'autres à Contact de Robert Zemeckis.

Matthew McConaughey a décidément vraiment marqué son retour dans un registre bien différent depuis quelques temps, comme avec l'excellent Dallas Buyers Club.
A lui seul il porte le film avec son personnage de Cooper qui nous livre quelque répliques très forte comme lorsqu'on lui dit "Ce n'est pas possible.", et qu'il répond "Non c'est nécessaire.".
Mais pour l'accompagner dans cette quête, on retrouve tout de même les très bons Michael Caine et Anne Hathaway, duo déjà présent dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan.
A noter que même si on la voit finalement assez peu, les passages de Jessica Chastain (Murph) sont envoutants.

Sans oublier donc la fameuse scène finale qui risque d'être au cœur des conversations des cinéphiles pendant quelques temps comme l'a déjà fait Christopher Nolan avec la toupie d'Inception. Le futur est-il écrit comme peut le prétendre le film Interstellar en parlant de la loi de Murphy qui dit que: "Si une catastrophe peut arriver, elle finira obligatoirement par arriver".

Interstellar-Photo-Anne-Hathaway-Matthew-McConaughey-01Le(s) moins

Comme d'autres réalisations de Christopher Nolan, par exemple The Dark Knight et Inception, il faut apprécier les films qui durent au moins 2h30 (celui-ci dure 2h49min Ndlr), mais surtout avoir la patiente d'attendre la conclusion qui met du temps à arriver, on ne sait jamais quelle sera la dernière scène.

Enfin, ce qui va le plus faire débat (sans parler de la scène finale), ce sont toutes les théories autour de la relativité. Certaines personnes vont encore certainement se la jouer scientifique en démontrant par A+B que Interstellar est incohérent.
Mais il ne faut pas oublier que c'est un film (pas un documentaire) et qu'à ce jour de toute façon cela ne reste qu'une théorie, donc chacun peut avoir sa version.

Interstellar-Photo-Anne-Hathaway-David-Gyasi-Matthew-McConaughey-01
Conclusion

A la croisée de 2001 : l'odyssée de l'espace et d'Abyss tout en ayant son propre style, Interstellar marque le retour de la vraie science-fiction à l'ancienne, avec des moments poignants qui maintiennent la tension sans faire de surenchère d'effets spéciaux !

Ma note: 9/10


Interstellar

Interstellar-Affiche-France

Synopsis : "Le film raconte les aventures d'un groupe d'explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l'espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire."
Réalisé par: Christopher Nolan / Avec: Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Bill Irwin, Ellen Burstyn, Jessica Chastain, Michael Caine, Casey Affleck et John Lithgow / Genre: Science fiction, Drame / Nationalité: Américain / Distributeur: Warner Bros. France
Durée: 2h49min / Date de sortie: 5 novembre 2014

Plus d'informations !

  • Les Anecdotes !

    Initialement développé par Steven Spielberg à partir de 2006, Interstellar n'a finalement pas été réalisé par le cinéaste pour des raisons d'emploi du temps. Il proposa à Christopher Nolan, qui devait se contenter de signer le scénario, de reprendre le projet à son compte.

    Christopher Nolan a déclaré avoir choisi le comédien Matthew McConaughey en tête d'affiche car il désirait un "monsieur ordinaire", et qu'il avait été impressionné par sa prestation dans Mud.

    Certaines scènes d'intérieur des vaisseaux spatiaux ont été tournées à la façon d'un documentaire : les fenêtres des décors donnaient sur des écrans diffusant ce que les personnages étaient censés y voir, renforçant le réalisme et aidant les comédiens à s'immerger dans leurs rôles.

    Bien qu'ayant collaboré avec Christopher Nolan sur Batman Begins, Le Prestige, The Dark Knight, Inception et The Dark Knight Rises, Hans Zimmer n'a pas été autorisé par le réalisateur à avoir accès au scénario d'Interstellar, et a donc dû composer sa musique sans savoir de quoi parle le film.

    Une fois n'est pas coutume, Christopher Nolan a de nouveau collaboré avec son frère, Jonathan Nolan, pour le script d'Interstellar. De Memento à The Dark Night : Le Chevalier noir, en passant par Le Prestige, les deux frères ont toujours travaillé de concert, en ce qui concerne l'écriture des scénarios.

    Dans les premières ébauches du scénario, Murph, le personnage interprété par Jessica Chastain, était un jeune garçon. Après quelques remaniements, le rôle est devenu féminin.

    La production d'Interstellar a débuté sous la houlette de la Paramount. Après l'adhésion de Nolan au projet, la Warner Bros, qui a produit et distribué tous les récents travaux du cinéaste, a fait des pieds et des mains pour récupérer le projet. Pour trouver un terrain d'entente, les deux magnats du cinéma ont fait un troc : en échange de la distribution d'Interstellar, Warner céda à Paramount les droits de financements du prochain volet de la saga horrifique Vendredi 13 et ceux d'une nouvelle adaptation de la série South Park.

    Michael Caine a une fois de plus dit "oui" à Christopher Nolan pour Interstellar. Sa première collaboration avec le réalisateur remonte à 2005, avec Batman Begins, et s'est poursuivie à travers les années. Nolan retrouve également Anne Hathaway, qui avait enfilé le costume de Catwoman, dans The Dark Knight Rises en 2012.

    Le scénario d'Interstellar s'inspire majoritairement des travaux de Kip Thorne, un éminent physicien théoricien réputé pour ses apports cruciaux à la physique, l'astrophysique et surtout au domaine de la gravitation. Le scientifique, qui a également participé à l'écriture du scénario, est connu pour avoir exploré la théorie de la relativité générale d'Einstein. D'après ses recherches, il serait possible de voyager dans le temps, grâce aux fameux trous de vers. On comprend mieux son implication dans le film.

    Christopher Nolan a dû se séparer de Wally Pfister, son directeur de la photographie habituel, pour Interstellar. Ce dernier étant passé à la réalisation en 2014, avec le thriller futuriste Transcendance, c'est Hoyte Van Hoytema (La Taupe et plus récemment Her) qui a été désigné pour le remplacer.

    Christopher Nolan a toujours travaillé dans le plus grand secret, ne dévoilant qu'à compte-gouttes, toutes informations de tournage. Pour Interstellar, la même règle a été de mise. Afin de garder le film confidentiel, le réalisateur et son équipe ont opté pour le nom de code: Flora's Letter. Il s'agit en réalité d'une allusion déguisée à la fille du cinéaste, qui porte le prénom Flora.

    La plupart des séquences d'archives incluses dans Interstellar ont toutes été enregistrées pour les besoins du film. Elles ont ensuite été traitées avec des effets spéciaux, qui leur donnaient un air ancien.

    De passage au Comic Con de Las Vegas, Christopher Nolan a révélé qu'Interstellar s'écarterait de ses précédentes productions, et se rapprocherait des films de science-fiction ayant bercé son enfance. Il assure également que le film serait dans la même veine que ceux de «l'âge d'or du blockbuster», selon ses propres termes.

    A l'origine, Irrfan Khan (Slumdog Millionnaire, L'odyssée de Pi) devait faire partie de l'aventure Interstellar. Mais, engagé sur plusieurs projets, en l'occurrence The Lunchbox, l'acteur a été contraint de décliner la proposition.

    La compagnie en charge des effets spéciaux du film (Double Negative) est la même que celle ayant travaillé sur Inception.

    Nolan n'est pas le premier cinéaste à s'être lancé à la découverte des trous de ver. Michael Bay tentait déjà l'exercice dans le troisième volet de la saga Transformers (c'est au moyen d'un trou de vers que Sentinel Prime envisage de coupler la Terre à Cybertron). Dans Avengers, c'est également par le biais d'un trou de ver que les horribles chitauris envahissent New York et dans Donnie Darko, il permet de se rendre dans le passé. Star Trek, Star Wars, Star Gate ont eux aussi imaginé l'expérience dans de nombreux épisodes.

    Jessica Chastain n'a pas eu à se déplacer pour tenir le scénario du film entre ses mains. Une assistante s'est rendue en Irlande, alors qu'elle y tournait Mademoiselle Julie, afin de le lui remettre. L'actrice n'a cependant pas été autorisée à garder l'exemplaire du script en sa possession. Une fois le scénario parcouru, elle a dû s'en séparer.

    Ce n'est un secret pour personne, Nolan n'aime pas la 3D, il préfère le format IMAX. A l'instar de ses prédécesseurs, Interstellar n'y échappera pas. Mieux, pour cette aventure astrale, ce choix de réalisation a requis une utilisation poussée de caméras IMAX et du format 70mm, bien plus que sur les précédents longs métrages du réalisateur. Il est donc probable que ce soit le dernier film à contenir autant de séquences tournées dans ce format et à être diffusé dans cette qualité. La raison ? Il n'existe que peu de salles de cinéma supportant ce format.

    La plupart des séquences d'Interstellar ont été enregistrées au Canada, dans la province de l'Alberta, entre août et septembre 2013. Une partie des enregistrements s'est déroulée en Islande (Batman Begins y a également été tourné), où près de 350 personnes ont été mobilisées pour une durée de deux semaines. L'équipe de tournage a ensuite posé ses caméras en Californie.

    Jonathan Nolan a confirmé avoir beaucoup lu les travaux de Carl Sagan, scientifique et astronome américain, pour écrire le scénario d'Interstellar.

    De nombreuses similitudes existent entre le film Contact de Robert Zemeckis et Interstellar : hormis la présence de Matthew McConaughey, les deux longs métrages traitent de la question de la bonne gestion de la Terre et de la relation entre un père et sa fille (Matthew McConaughey et Mackenzie Foy dans Interstellar et Jodie Foster et son père décédé dans "Contact").

    Si Interstellar a été comparé au début du projet à 2001 : L'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick, le film se rapproche plus du cinéma de Steven Spielberg quant aux émotions et aux valeurs familiales qui y sont présentes (notamment dans la relation père-fille).

    Pour la promotion du film, le dispositif Oculus Rift DK2 a été mis en place par Paramount et IMAX pour présenter le film aux fans de façon totalement immersive. Les villes de Los Angeles, New York,

    Houston et Chantilly (en Virginie) ont été le relais de cette expérience unique : ces lunettes pour amateurs de sensations fortes étaient à dispostion dans ces cinémas avant la sortie d'Interstellar, sur le principe du "premier arrivé, premier servi".

    Le tournage en Islande n'a pas été de tout repos. Réputé pour son climat difficile, le pays n'a pas épargné l'équipe de tournage qui a essuyé une grosse tempête. Le réalisateur a déclaré : "Nous avons subi une tempête hallucinante. Elle a sévi pendant deux jours, à tel point qu'on en perdait l'équilibre. Il a fallu tout mettre à l'abri et se réfugier dans nos hôtels."

    Christopher Nolan a apporté un très grand soin à rendre son film le plus vraisemblable possible. Pour cela, il a fait appel aux conseils techniques de l'astronaute américaine Marsha Ivins, qui a participé à cinq expéditions vers la station spatiale MIR.

    Les deux robots, prénommés Case et Tars (qui font partie de l'équipe de Cooper) ont été véritablement construits pour le film. Comme pour les vaisseaux, Christopher Nolan a préféré le réel à l'infographie. Ainsi, les deux robots ont été bâtis par Bill Irwin, comédien spécialisé dans ce domaine. Il prête également la voix à un des deux robots.

    Les combinaisons spatiales que portent les acteurs (notamment Matthew McConaughey et Anne Hathaway) étaient très lourdes. En effet, dans un souci de réalisme, la chef costumière a créé des combinaisons proches de celles des vrais astronautes. Ainsi, la combinaison et le casque pesaient entre 10 et 15 kg !

    La ferme de Cooper a été installée au Canada, à Calgary (Alberta). Le plus gros challenge de ce choix a été de faire pousser du maïs à un endroit où il n'en pousse généralement pas du tout. La production a ainsi justifié l'aspect du maïs dans le film par le fait que la Terre ne va pas bien !

    La tempête de sable qui s'abat sur la ferme de Cooper a été recréée par Scott Fisher, grâce à l'utilisation de C-90, un matériau non toxique et biodégradable fabriqué à partir de cartons moulus.

    Lors de la poursuite dans le champ de maïs, Christopher Nolan souhaitait que ce soit Matthew McConaughey, et non un cascadeur, qui conduise la voiture, mais le manque de visibilité rendait la chose dangereuse. Ainsi, afin de garder l'acteur au volant sans aucun risque, l'équipe technique a fabriqué sur le dessus de la voiture une "cage" depuis laquelle un cascadeur contrôlait le véhicule, avec une visibilité parfaite.

Et vous qu'avez-vous pensé du film Interstellar ?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nopopcorn 12250 partages Voir son profil
Voir son blog