Magazine Cinéma

[critique] Quand Vient La Nuit : Lehane & Hardy

Par Vance @Great_Wenceslas

Le célèbre auteur Dennis Lehane transpose l'une de ses nouvelles au cinéma avec ce Quand Vient La Nuit mis en scène par le réalisateur de Bullhead. Assez éloigné de la réussite des précédentes adaptations sur grand écran de l'écrivain, le film demeure tout de même ultra efficace grâce à l'interprétation une fois de plus très intense de son acteur principal.

Après avoir été adapté par Martin Scorsese avec Shutter Island, Clint Eastwood avec Mystic River, Ben Affleck avec Gone Baby Gone, le célèbre auteur Dennis Lehane se lance dans l'écriture de son premier scénario en transposant son Animal Rescue au cinéma. Ce qui est au départ une très courte nouvelle centrée principalement sur un personnage devient ainsi un matériau de base pour y développer toute une intrigue mafieuse ponctuée de twists si cher à l'écrivain. Si la qualité d'écriture de ce dernier n'est plus à démontrer, l'on pourra tout de même trouver son récit moins captivant que d'habitude, la faute à un manque d'ampleur et d'enjeux ainsi qu'à un positionnement hésitant continuellement entre le thriller mafieux à grande échelle et le portrait plus intimiste de ses personnages. Tout ce qui a trait à l'intrigue policière ne semble de ce fait pas spécialement se démarquer du tout venant, tandis que tout ce qui tourne autour des relations entre les personnages semble peu approfondi, en atteste la romance qui naît entre les deux principaux protagonistes. Peut-être est-ce dû à la très courte durée du long-métrage, toujours est-il que l'on peut avoir des difficultés à se sentir impliqué devant une histoire pourtant à la base évidemment intéressante.

[critique] Quand Vient La Nuit : Lehane & Hardy

Quand Vient La Nuit est donc, paradoxalement puisqu'il s'agit du premier scénario écrit directement par Dennis Lehane, l'adaptation cinématographique la moins réussie de cet écrivain. Le film manque de matière et aurait gagné à être plus « consistant » et ambitieux notamment dans la description de ce système de blanchiment d'argent qui reste au centre de l'intrigue. Quant au « twist » à la fin, il aurait fallu que les personnages soient encore plus finement caractérisés pour qu'il fonctionne pleinement.

Le film, malgré ces petites maladresses, reste tout de même vraiment appréciable. Si l'on émet ces quelques réserves c'est avant tout parce que l'on était en droit de s'attendre à mieux de la part d'un écrivain aussi renommé. Il faut dire également que le metteur en scène, Michael R Roskam, est talentueux, et que le casting est particulièrement pertinent. Tandis que Noomi Rapace interprète encore et toujours une jeune femme marginale, et que le très regretté James Gandolfini campe son rôle avec toujours autant de justesse, Tom Hardy, lui, livre une prestation intense et tire encore plus, si besoin était, ses deux partenaires vers le haut. Il faut voir les scènes, les plus jolies du film, montrant

[critique] Quand Vient La Nuit : Lehane & Hardy
l'acteur apprivoiser petit à petit le chien qu'il a sauvé en début de récit. Là où avec un autre comédien, cela aurait pu paraître ridicule, il parvient à nous faire croire en la candeur et en la sincérité de son personnage sans pour autant forcer le trait. Rien que pour ces séquences, le film vaut vraiment le coup.

[critique] Quand Vient La Nuit : Lehane & Hardy

Titre original

The Drop

Mise en scène 

Michael R Roskam

Date de sortie

12/11/14 avec

Scénario 

Dennis Lehane

Distribution 

Tom Hardy, James Gandolfini, Noomi Rapace & Elizabeth Rodriguez

Photographie

Nicolas Karakatsanis

Musique

Marco Beltrami

Support & durée

2.35 : 1 / 107 minutes

Synopsis : Bob Saginowski, barman solitaire, suit d’un regard désabusé le système de blanchiment d’argent basé sur des bars-dépôts – appelés « Drop bars » - qui sévit dans les bas-fonds de Brooklyn. Avec son cousin et employeur Marv, Bob se retrouve au centre d’un braquage qui tourne mal. Il est bientôt mêlé à une enquête qui va réveiller des drames enfouis du passé...

[critique] Quand Vient La Nuit : Lehane &; Hardy
Shutter Island - l'Ecran Miroir

Shutter Island - l'Ecran Miroir

Un film de Martin Scorsese (2010) avec Leonardo DiCaprio, Mark Ruffalo, Ben Kingsley & Max von Sidow. Résumé d'après Laterna Magika : En 1954, en pleine Guerre Froide, un duo de marshals débarq...

http://www.ecran-miroir.fr/article-shutter-island-45571821.html

Critique de "Shutter Island" par Vance

[critique] Gone baby gone : l'autre Ben Affleck - l'Ecran Miroir

[critique] Gone baby gone : l'autre Ben Affleck - l'Ecran Miroir

La première réalisation (sur un long-métrage) de Ben Affleck est généralement saluée tant par la critique professionnelle que par le public : son adaptation d'un roman poignant de Dennis Leha...

http://www.ecran-miroir.fr/article-critique-gone-baby-gone-l-autre-ben-affleck-108615034.html

Critique de "Gone, Baby Gone" par Vance


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines