Magazine Culture

Rentrée littéraire 2014 : Louise [Julie Gouazé]

Publié le 09 novembre 2014 par Charlotte @ulostcontrol_
Hello,

On se retrouve aujourd'hui pour parler d'un nouveau roman de la rentrée littéraire ! Celui-ci est un peu particulier puisque j'ai eu la chance de le recevoir grâce aux matchs de la rentrée littéraire organisés par Price Minister. Dans le cadre de cette opération, j'ai choisi de lire Louise, de Julie Gouazé. Je n'avais jamais entendu parler de ce livre auparavant, ni de l'auteur d'ailleurs puisque c'est son premier roman ; je me suis donc fiée uniquement au résumé. Avec l'envie de me laisser surprendre et l'espoir de tomber sur une petite perle, je me suis donc lancée dans cette lecture.

Rentrée littéraire 2014 : Louise [Julie Gouazé]« Louise va bien. C’est un principe de base. Une loi fondamentale. Alice est enfermée, Jean est perdu, Marie et Roger ont pris quinze ans dans la figure. Ne vous inquiétez pas, il en faut plus pour entamer Louise ! Elle est forte. C’est un soleil et le soleil ne s’éteint pas. Même la fée Clochette se remet à briller quand on recommence à croire en elle. »
La sœur de Louise, Alice, se noie dans l’alcool. Roger et Marie, leurs parents, les noient dans un trop-plein d’amour. Louise, elle, va tout faire pour garder la tête hors de l’eau.
Roman à l’écriture affûtée, Louise plante son scalpel au cœur des relations familiales. Autopsie d’un bonheur obligé, d’un débordement d’affection qui provoque l’asphyxie, il est un lumineux récit d’apprentissage et une formidable leçon de vie.

En à peine 150 pages, Julie Gouazé décortique les relations familiales, nous parle de ce qui unit et désunit une famille, et aborde le sujet difficile de l’alcoolisme, car cette famille est profondément marquée par l’addiction d’Alice, la fille aînée.Mais l’héroïne de ce livre est Louise. On sent d’ailleurs que le regard qu’elle porte sur sa sœur est très ambigu et incertain : d’un côté, elle la voit comme son modèle. Alice est son aînée de 14 ans, leur relation n’est donc pas commune et en voyant sa sœur, Louise voit celle qu’elle pourrait, voudrait ou ne voudrait pas devenir. D’un autre côté, on se rend compte que l’admiration de Louise pour sa sœur est très limitée, et on voit à quel point l’alcool s’infiltre dans leur relation et la pourrit.Comment s’inventer quand celle que l’on prend pour modèle ne peut pas tenir ce rôle ? Comme se construire dans une famille dans laquelle il y a tant de non-dits ? Comment trouver sa place dans la cellule familiale, ne pas exploser avec elle ? Dans ce livre, Julie Gouazé aborde des thèmes complexes, riches, et grâce au personnage de Louise, j’ai trouvé qu’elle nous posait vraiment des questions intéressantes et sensibles.L’auteur met d’ailleurs vraiment bien en évidence à quel point l’amour dans les relations familiales peut être complexe et peut échapper à toute logique. Les parents d’Alice et de Louise étouffent leurs filles de leur amour sans toutefois réussir à l’exprimer : au cours du livre, on n’entend aucun « je t’aime » et ne voit aucun signe de tendresse, la narratrice elle-même n’appelle pas ses parents « papa » et « maman », mais les nomme par leurs prénoms : Roger et Marie ! Comme s’ils devaient réinventer leur propre langage pour se dire qu’ils s’aiment. Leur mère choisit de leur témoigner cet amour grâce à la cuisine, mais peut-on vraiment se passer de mots ?Malgré le thème intéressant du roman et la pertinence des questions posées, je suis malheureusement restée assez insensible au récit. Pendant une grosse majorité du roman, j’ai eu l’impression d’être sous anesthésie. Je pense que ça vient surtout du fait que la narratrice elle-même nous donne l’impression d’être indifférente à ce qui l’entoure : c’est comme si les épreuves qu’elle traversait ne la concernaient pas, comme si elle était extérieure à elle-même. Comme Eva dans Blanès, Louise m’a donné l’impression d’être spectatrice de sa propre vie.Ce parti pris en ce qui concerne l’écriture et le choix de ce style ultra chirurgical nous montre bien à quel point l’alcool peut être anesthésiant, et pas seulement pour ceux qui en sont les victimes principales. Il y a aussi tous les proches, les spectateurs silencieux de cette souffrance qui sont comme des « buveurs passifs ». Mais je me suis vite lassée du rythme du récit. Julie Gouazé nous propose un roman aux phrases extrêmement simples et concises. Les points sont nombreux, le texte est fait de plein de petites phrases qui saccadent le rythme et qui interrompent sans cesse la lecture. Certes, ça a son effet, mais ça me donne une impression de superficialité, ça m’empêche de m’imprégner d’une émotion ou d’une idée, et je trouve ça assez pénible. Au final, le roman ne m'a pas transmis beaucoup d'émotion et je ne lui ai pas trouvé beaucoup d'intensité. Je veux des phrases longues, complètes et complexes, avec des conjonctions de coordinations, qui sont belles et qui ont du sens ! Voilà, c’est dit.Julie Gouazé arrive bien à cerner ce qui fait la complexité de la relation entre deux sœurs ayant une grande différence d’âge, et elle adopte un point de vue original en traitant le thème de l’alcoolisme du point de vue de ceux qui en sont des « victimes parallèles ». Mais malgré tous ces bons points, j’ai trouvé que l’écriture ne rendait pas justice à la complexité du propos et j’aurais souhaité aller plus au fond des choses. C’est comme si la forme phagocytait le fond et l’empêchait de vraiment s’épanouir. Vous me suivez ? Bref, je reste sur ma faim.Pour résumer, j’ai beaucoup aimé les idées de Julie Gouazé, le sujet qu’elle traite est incroyable et passionnant. En revanche j’ai moins aimé la réalisation de ces idées. Le style m’a lassée et n’a pas réussi à me transmettre de l’émotion. Après, cela reste un ressenti personnel complètement subjectif, et je comprends complètement que ce style vif et concis ait ses adeptes !

En fin de compte, ce n’est pas un livre que je vous déconseille puisque son sujet est vraiment très intéressant, mais je pense qu’il séduira surtout ceux qui sont personnellement touchés par le thème de l’alcoolisme. D’ailleurs Julie Gouazé aborde ce sujet de manière tellement remarquable qu’elle nous donne vraiment l’impression de l’avoir vécu de l’intérieur. 
Rentrée littéraire 2014 : Louise [Julie Gouazé]
« Louise a l’impression d’être en décalage. Elle passe son temps à jouer à être quelqu’un d’autre, à lutter contre une sorte de mélancolie. Lorsqu’elle est seule, elle rêve d’être entourée. Le clan, pourtant, la désarçonne. Les rôles sont attribués. Louise ne correspond à aucun. Ni chef de bande, ni sous-fifre, ni clown de service, ni bombasse. Elle navigue, au gré des humeurs. Elle s’absente, puise revient. Elle est l’élément instable du groupe. Celle dont on ne s’étonne ni de l’absence, ni de la présence. Celle qui fait partie du contenu tout en étant toujours à ras bord. La première goutte qui gicle dès que l’eau bout. » Chapitre XIV, p.69

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Charlotte 266 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine