Magazine Culture

The spy who came in from the cold - John Le Carré

Par Melusine1701

spyfromcoldEn pleine guerre froide, Alec Leamas est dans une situation difficile: tous les espions de son équipe en Allemagne de l’Est ont été éliminés les uns après les autres. Jusqu’au dernier en date, Karl, qu’il avait pourtant surveillé étroitement depuis qu’il s’était rapproché d’une femme, signe évident de risque et de faiblesse. Ses supérieurs lui proposent alors de prendre du recul pendant quelques temps. Installé dans un appartement miteux, l’agence pour l’emploi finit par l’envoyer faire du classement dans une bibliothèque. Il y rencontre Liz Gold, jeune libraire, qui tombe sous le charme du taciturne nouveau venu. Il la laisse approcher, même si elle avoue être membre du parti communiste. Mais sa descente aux enfers continue et lorsqu’il agresse un commerçant qui refuse de lui faire crédit, il finit incarcéré quelques temps. C’est alors que des agents de l’est le contactent pour lui proposer de passer de leur côté et de leur fournir en échange des renseignements sur les services secrets britanniques.

Un monument de roman d’espionnage, paraît-il, genre qui visiblement n’est pas ma tasse de thé. J’ai réellement été lassée ou perdue par les sombres considérations politiques, les retournements de situations des personnages, leurs intérêts, ce qu’il faut réellement comprendre de leurs actes. Le contexte revêt une importance déterminante et j’ai eu vraiment l’impression qu’en cela, le roman était vraiment daté et qu’il me manquait des clés pour vraiment en saisir les enjeux. De plus, une grande partie du roman est constitué des récits que Leamas fait à ses nouveaux camarades de l’Est : tout ce qu’il sait sur les interventions et les organisations de l’ouest, qui joue quel rôle, qui est impliqué… Et cela fait de très longs passages explicatifs privés d’action que j’ai eu beaucoup de mal à suivre.
En revanche, j’ai trouvé très originale la manière dont les choses étaient construites. On comprend assez vite que la déchéance de Leamas n’est pas si simple, que ses supérieurs ne l’ont pas si brutalement oublié, et qu’il ne peut pas passer à l’ennemi aussi facilement. Et pourtant, le récit de sa lente décrépitude est tout à fait poignant. Le personnage de Liz est justement celui qui amène un peu d’humanité dans ce monde où la fin justifie les moyens: elle le soigne lorsqu’il est malade, elle s’inquiète lorsqu’il disparaît. C’est elle le grain de sable qui va empêcher Leamas de mener sa mission à bien. En bonne midinette, j’ai soigneusement suivi la relation entre l’espion et l’anonyme qui se trouve au mauvais endroit au mauvais moment.

La note de Mélu:

Note 3
 

Une découverte intéressante mais pas forcément mon genre de prédilection.

Un mot sur l’auteur: John le Carré, pseudonyme de David John Moore Cornwell (né en 1931) est un romancier britannique qui a travaillé pour le MI5 et le MI6.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Melusine1701 2506 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines