Magazine Culture

Et Dis, T’as Pas Vu … #42

Publié le 10 novembre 2014 par Generationnelles @generationnelle

On se remet des clashs, des peurs et des scandales de la semaine avec le memento de la semaine

  • L’hiver bien au chaud c’est ce que propose Sebago dans sa collaboration avec la marque de laine Woolrich. Les chaussures mythiques épousent les tissus de la marque rembourrée pour sa collection automne hiver 2014. Une collection confortable féminine et masculine pour compléter un vestiaire décontracté mais stylé avec des tissus tartan, épais pour modèles design. Idéale pour grande promenade dans l’été indien! 

SBG_AW14_Boundry_Tall_B440000 SBG_AW14_Cobrun_Lace_Mid_B180204

  • Il était surréaliste mais sûrement pas surnaturel. Marcel Duchamp est l’un des papes de l’art du 20° siècle iconoclaste des études plastiques. Mais le père de la « fontaine » n’est pas un ponte uniquement des installations modernes. C’est son oeuvre picturale que le Centre Pompidou expose jusqu’au 5 janvier

10271440_10152817596439596_1287743482877377086_o

  • Plus fort que Gatsby le Magnifique, plus mythique que les Dix Commandements, Mistinguett est le nouveau sujet légendaire du Casino de Paris. Jusqu’au 4 janvier, les années folles d’après guerre sont  reines. La revue du producteur Léon Volterra et son irrésistible envie d’introduire le jazz à Paris se font avec plumes et strass et évidemment reprise par l’icône du musical hall parisien. Dans le rôle titre de cette comédie musicale, la survoltée Carmen Maria Vega, on en redemande! Magique et fabuleux ! 

  • Dans les expositions à noter au plus vite sur l’agenda, il y a celle du Grand Palais. Tandis que les artistes français et japonais ont envahi l’incontournable centre culturel parisien, Haïti s’invite à partir du 19 novembre jusqu’au 15 février. Parfois naïf, souvent mystique, l’art haïtien présenté est assez loin des clichés. Du XIX° siècle aux temps modernes, l’exposition Haïti s’attache à tous, de Jean-Michel Basquiat à la première République noire. Dépaysant et authentique. 

haitipageexpo

  • Ils ont un nom riquiqui mais leur musique fait trembler les amplis. Les Bikini Machine sont de retour avec un nouvel album tout en rythme. Bang on Time ! (sorti le 3 novembre dernier) et son énergie débridée vont enchanter bien des fans du rock avant leur tournée en France en décembre et janvier et notamment le 17 décembre au Nouveau Casino. 

  • Avant Lady Gaga, elle a mis l’art contemporain et l’esthétique du clip en avant dans sa musique. Björk revient dans les salles obscures avec Biophilia Live. Son dernier album de 2010 allait jusqu’au bout des expériences musicales avec instruments traditionnels ou digitaux. Le film réalisé par Nick Fenton et Peter Strickland enregistré lors de son concert à Alexandra Palace de Londres va au bout du film de genre, notamment SF. Une oeuvre boeuf à découvrir en avant première le jeudi 20 novembre à la MK2 bibliothèque. Lunaire. 

  • Le rock britannique continue de faire rêver en salle de concert comme en salle d’exposition. Michael Putland en a été un de ces principaux témoins. Ce photographe musical qui n’a « jamais eu de jour de repos »  a capté les belles heures des Rolling Stones et conçu les pochettes des albums d’Eric Clapton, Abba ou AC/DC. Cette nostalgie esthétique avec David Bowie ou The Who est visible jusqu’au 22 novembre à la Getty Images Gallery de Londres dans l’exposition Michael Putland: A Life in Music–50 Years on the Road. Une expo qui déménage! 

Printed at 30×40″ by @MetroImaging, #DavidBowie hangs in the window of our #MichaelPutland exhibition. The stark use of light puts us in mind of #EugeneRobertRichee’s 1929 portrait of #LouiseBrooks in pearls….#photography #portrait #blackandwhitephotography #GettyImagesGallery

Une photo publiée par Getty Images Gallery (@gettyimagesgallery) on Oct. 10, 2014 at 3:57 PDT

  • Un petit nom pour un grand talent. Jur c’est le nom de la chanteuse catalane Jur Domingo mais c’est également le groupe Jur échappé du cirque contemporain pour se rallier au beau folk hispanique. Dans Fossile, dernier album de la formation, la mélancolie est omniprésente mais belle et toujours positive. Comme une trace indélébile des heurts au niveau du coeur! Une trace qui est déjà sur la bande originale du nouveau film de Tony Gatlif « Geronimo ». Et aimer Jur, jour après jour…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Generationnelles 7516 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine