Magazine Culture

L'homme de la montagne : un roman au sommet

Par Filou49 @blog_bazart

13 novembre 2014

homme-de-la-montagne_maynard

Vous ne saviez jamais quand ça allait se passer. Vous étiez assise, tranquillement, à regarder la télé ou à lire, et, crac, vous sentiez un petit coup sec sur le crâne, guère plus qu'une piqûre d'épingle. Alors vous le regardiez, à côté de vous, et il tortillait le cheveu entre ses doigts".

On connait certainement autant, sinon plus, Joyce Maynard, une des grandes romancières américaines d'aujourd'hui, pour son histoire d'amour avec J.D Salinger lorsqu'elle avait 19 ans (épisode rappellé dans le moyen Oona et Salinger de Beigbeder) que pour son oeuvre littéraire, pourtant de fort belle tenue, notamment son superbe "Long Week end", publié il y a quelques années, huis clos poignant et plein de tension entre un détenu en cavale et une banlieusarde mère de famille, sous les yeux de son fils témoin de cette histoire criminelle et affective.

Dans son dernier roman paru à ce jour, "L'homme de la montagne", publié en aôut dernier aux Editions Philippe Rey, Joyce Maynard  use peu ou prou de la même recette avec intrigue criminelle en toile de fond  pour aborder de manière tout aussi subtile et profonde les relations humaines.

Mais si elle s'inspire bien d'un fait réel criminel authentique (les méfaits d'un sérial killer qui a commis 21 meurtres commis à la fin des années 1970 dans la banlieue de San Francisco) qui sert de fil conducteur à l'intrigue, la romancière raconte surtout et avant tout l'histoire familiale d'une femme (fille de l'inspecteur en charge de l'enquête pour nous offrir un formidable récit initiatique.

Joyce-Maynard
La série de crimes qui forme le point de départ de L’Homme de la montagne servira avant tout comme prétexte pour décottiquer les liens,complexes et passionnés comme dans toutes les familles,  entre les membres de cette  famille Torricelli qui tente tant bien que mal de combattre les épreuves de quelque nature elles soient.

L’Homme de la montagne est une oeuvre qui touche énormément au coeur, tant elle est empreinte d'une nostalgie, la nostalgie de l’enfance qu’il faut quitter de gré ou de force, afin d'entrer dans l’âge adulte. On est touché de voir à quel point la romancière américaine a pu cerner le personnage de Rachel avec les contradictions et les tourments  inhérentes à cet âge charnière, portant sur elle un regard et une justesse de ton qui touche énormément

Entre un père  plus passionné par son enquête policière qui lui échappe, et qui a refait sa vie avec une autre femme que la mère de Rachel et Patty, et une mère dépressive, qui laisse ses filles plus ou moins livrées à elles-mêmes, la relation qui unit les deux sœurs, très forte depuis leur petite enfance, prend au fil de notre lecture, une rare intensité.

Formidable roman d’apprentissage, ode à l’adolescence et à une nature tout à la fois sauvage et magnétique,  "L’homme de la montagne", certes un poil moins convaincant dans sa partie thriller (le dénouement notamment, peu crédible, tranche hélas un peu avec le reste) saisit avec ce qu'il faut de  délicatesse, de pudeur et d'émotion les relations complexes entre les êtres, et cela, seule la grande littérature (et surtout la grande littérature américaine ais je envie d'ajouter) peut y parvenir...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines