Magazine Culture

Qui cherche, ne trouve pas !

Publié le 17 novembre 2014 par Le Journal De Personne
Qui cherche ne trouve rien, s’il n’a pas déjà trouvé ce qu’il cherche. C’est dans les saintes écritures : « tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé ». Car il est impossible de chercher ce qu’on sait comme il est impossible de chercher ce qu’on ne sait pas.
Car ce qu’on sait, comment le sachant, peut-on le chercher ?
Et ce qu’on ne sait pas, comment peut-on le chercher, ne sachant même pas quoi chercher ?
Ce n’est pas très compliqué, depuis l’ecclésiaste, on le sait : il y a un rapport entre vérité et vanité.
Vanité, tout est vanité et recherche du vent : celui de la vérité vraie.
Parce que nous dit le grec ancien, si toute recherche de la vérité est vaine, c’est parce qu’on cherche ailleurs, ce qui est ici, dehors ce qui est dedans et à l’extérieur ce qui est à l’intérieur.
C’est Platon qui nous fit jadis la leçon :
La vérité est déposée comme une marque au fond de l’âme. Le drame pour chacun, ce n’est pas l’ignorance, mais l’oubli. Souviens-toi ! Souviens-toi ! Tout ce que je viens de t’apprendre, tu le sais déjà. Il faut sans cesse recourir au souvenir, à la mémoire, pas à l’imagination !
Écouter, tendre l’oreille à son entendement. L’âme est plus vieille que le monde, elle est déjà passée par là… il suffit de se le rappeler… même pas besoin que quelqu’un vous le rappelle… tu le sais, tu le savais, tu l’as toujours su… depuis toujours et pour toujours : l’âme sait battre la mesure et combattre la démesure. Nul n’a besoin de le lui apprendre : elle sait qu’elle sait… mais ne sait plus ce qu’elle sait… faut-il sans cesse se le répéter ? Qu’il faut soutenir l’ordre et fuir le désordre. Préférer en toutes circonstances, la mesure à la démesure. Le oui au déni.
On le sait. On l’a toujours su : que la vérité est à découvrir et qu’elle n’est découverte que lorsque c’est moi qui la découvre.
Entendons-nous bien : je ne peux m’entendre avec vous que si je m’entends avec moi-même… que si j’entends mon propre entendement.
Le monde ment, mon âme ne me ment pas.
La circonférence est partout mais le centre est au fond de soi.
Il faut que je me concentre là-dessus et je vous invite à en faire autant pour ne plus tourner en rond, aux portes de vous-mêmes…
Je ferme les yeux. Je ré-ouvre les yeux. Et qu’est-ce que je découvre ?
Un homme en train d’égorger un autre homme… c’est peut être ça la vérité sur l’homme… qui ne cherche pas l’amour mais cherche la haine… et la trouve.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog