Magazine Bd

La sélection de la semaine : Seconds, Save me Pythie, Pinocchio, La soupière magique, La vie de palais, Rock world, Les tuniques bleues, Les carnets de Cerise, Sunny, Berlin la ville divisée, L’ombre de Shanghaï, Rising sun, Les enquêtes du commissaire...

Par Casedepart @_NicolasAlbert

pinocchio (2)Pour ce quatrième samedi du mois de novembre, Case Départ vous propose sa belle sélection de la semaine. En vous ouvrant sa bibliothèque, le blog met en lumière de très bonnes bandes dessinées. Nous passons au crible, les albums suivants : Seconds : le nouvel album fantastique de Bryan Lee O’Malley, le deuxième volume du manfra de Lisa Brants : Save me Pythie, une belle adaptation du célèbre conte Pinocchio par Chavel & Mc Burnie, La soupière magique : un bel album fantastique pour enfants, un album humoristique sur la vie des avocats dans La vie de palais, Rockworld : une plongée dans l’univers de la musique indé danoise, la nouvelle aventure des Tuniques bleues, la troisième enquête de Cerise l’héroïne des Carnets de Cerise, le premier volume du sublime manga Sunny, Berlin la ville divisée : un recueil de témoignages d’est-allemands voulant passer le Mur, le premier tome de la saga familiale L’ombre de Shanghai, les deux premiers volumes du manga Rising sun, une nouvelle enquête de Commissaire Raffini à Londres, un nouvel album jeunesse de la série humoristique Kid Paddle, le deuxième opus de la série de science-fiction Oms en série et le neuvième titre de la série Mon lapin signé David B. Bonnes lectures.

Seconds

seconds-tome-1-seconds
En France, le lecteur connaît Bryan Lee O’Malley par sa formidable série Scott Pilgrim, éditée par Milady. L’auteur canadien débarque chez Dargaud avec Seconds, une histoire fantastique qui raconte l’histoire de Kathie, une jeune cuisinière réputée et qui accumule les déconvenues, découvre des champignons magiques qui lui permettent de revenir sur ces mauvais événements et de les changer.

Retrouvez la fin de la chronique sur Comixtrip, en cliquant ici.

  • Seconds
  • Auteur : Bryan Lee O’Malley
  • Editeur: Dargaud
  • Prix: 19.99€
  • Sortie: 31 octobre 2014

Save me Pythie

save me pythie (1)
Vous connaissez la Pythie de Delphes, oracle de la Grèce Antique, prédisant que les catastrophes et les malheurs aux humains ? Non. Alors précipitez-vous sur l’excellente série de Elsa Brants publiée par les éditions Kana, Save me Pythie. Vous effectuerez une plongée décalée et humoristique dans ce mythe à la rencontre d’Apollon, Cassandre, Zeus et compagnie.

Résumé de l’éditeur : Y a-t-il un oracle pour sauver le héros, Dans la Grèce antique, Pythie est frappée d’une malédiction: elle ne pourra prédire que des catastrophes et personne ne la croira. A part peut-être Xanthe, fils caché de Zeus qui va de catastrophe en catastrophe (de Charybde en Scylla à l’époque) sous les coups rancuniers de Héra. « Save me Pythie »‘, le manga d’aventure très déjanté.

Le récit d’Elsa Brants est formidable, décalé et joyeux. L’auteure, qui voue une grande admiration à Marcel Gotlib et Rumiko Takahashi (mangaka, créateur de la série Lamu), réussit parfaitement son entreprise. Il y a de l’action, de l’humour à revendre dans un univers mythologique éloigné de celui que nous apprenions au collège. Il faut dire qu’elle met en lumière une galerie de personnages amusant et très démonstratif : Pythie, jeune prêtresse d’Apollon. Le dieu de la lumière et du soleil, ayant jeté son dévolu sur la belle jeune femme. Mais elle lui oppose un refus catégorique, ce qui déplait fortement à la divinité. Pour se venger, il lui jette un sort : elle sera prophétesse incomprise, puisqu’elle délivre uniquement aux hommes leurs malheurs. Elle croisera la route de Xanthe, fils de Zeus, accompagné d’un poulet (apparence que prend le Dieu des Dieux) pour le surveiller. Pyhtie assure alors la protection du jeune homme affublé de tous les malheurs du monde. Elle croisera aussi Cassandre, frappée du même mal qu’elle.

save me pythie (2)
Le lecteur révise donc sa mythologie grecque d’une manière amusante. Elsa Brants s’amuse avec des anachronismes et les codes culturels actuels : flashs info, interviews fictives… pour notre plus grand plaisir. Nous passons un excellent moment en lisant ce manga publié dans le sens occidental de lecture. Ce global manga est servi par un trait de qualité, soigné, au découpage ultra-dynamique, aux détails dans les décors et des dialogues savoureusement drôles. Une délirante épopée mythologique déjanté et décalée.

  • Save me Pythie, volume 2
  • Auteur : Elsa Brants
  • Editeur: Kana
  • Prix: 7.45€
  • Sortie: 21 novembre 2014

Pinocchio

pinocchio (1)
David Chauvel et Tim Mc Burnie revisitent le célèbre conte de Carlo Collodi, Pinocchio. Publié par Delcourt, cette excellente adaptation de l’œuvre originale est à mille lieues de la version de Disney connue de tous. Un pantin, Geppetto, un renard, un chat, un criquet, une fée.. tous les personnages sont prêts pour que la pièce commence…

Résumé de l’éditeur : Pinocchio, pantin de bois né des mains du menuisier Geppetto, est un bien mauvais fils, qui a envoyé son père en prison et doit maintenant se faire pardonner. Ainsi débute l’histoire du pantin qui voulait devenir un vrai petit garçon. Un récit hors du temps, jouant des contrastes et mêlant habilement cruauté, humour et poésie pour évoquer des thèmes universels comme la paternité ou le rapport à la différence.

pinocchio (3)
A travers les 80 pages, David Chauvel déroule une histoire forte, à la fois fantastique et touchante, le tout teinté d’un bel humour. Cette histoire pour le jeune lectorat navigue entre une grande noirceur et un bel optimisme. Pour convaincre les plus petits, il faut un héros et de vrais méchants : Pinocchio, pantin de bois, espiègle et d’une grande crédulité, poursuit sa quête personnelle, celle d’une identité qu’il souhaite se créer. Pour les vilains, il y a le renard et le chat. La magie opère grâce à un univers fantastique très efficace : des animaux anthropomorphes, une forêt mystérieuse, une belle fée, un cirque et une baleine. De son côté, Geppetto, vieil homme solitaire sans enfant, accueille son pantin-garçon avec une infinie bienveillance. Il risquera même sa vie lorsque la baleine avalera son protégé.

Ce magnifique récit est remarquablement mis en image par Tim Mc Burnie. Le dessinateur australien (Ara, chez Ankama) livre une partition magnifique. Ses planches, réhaussées de couleurs sublimes, se regardent comme un film. Son sens du découpage (il a travaillé dans l’univers du jeu vidéo) rythme admirablement le conte.

Ce Pinocchio de Chauvel et Mc Burnie est une excellente version de l’ouvrage de Collodi, parfait pour les enfants.

  • Pinocchio
  • Scénariste : David Chauvel
  • Dessinateur : Tim Mc Burnie
  • Editeur: Delcourt
  • Prix: 19.95€
  • Sortie: 05 novembre 2014

La soupière magique

soupière magique (1)
Ruth et Annie, deux petites filles, sont les heureuses propriétaires d’une soupière achetée dans une brocante. Pourtant l’objet n’est pas comme les autres, elle est magique ! Son utilisation va mettre la ville sans dessus-dessous. La soupière magique, c’est la fable burlesque que propose Backy Palmer, éditée par Sarbacane.

Résumé de l’éditeur : Un matin, alors que l’impertinente Ruth et sa prudente sœur Annie déambulent dans les allées d’un marché aux puces, elles flashent sur une… soupière. Banale en apparence, mais magique en réalité !!! Elles auraient sans doute mieux fait d’écouter les recommandations de la marchande, plutôt que de se précipiter chez elles pour mijoter un porridge. En effet, prise de folie, la soupière bout et bout encore et le porridge se répand peu à peu dans la chambre, puis dans toute la ville en un long et immense fleuve odorant et chaud…

soupière magique (2)
A travers les 112 pages, Becky Palmer livre une belle petite fable pour enfants, mettant en scène un objet magique peu utilisé dans ce genre littéraire : une soupière. Comme dans toutes bonnes fables, il y a des enfants, un objet magique, un intervenant extérieur qui le donne/prête/vend (ici une brocanteuse), une catastrophe, une quête et un beau happy-end. Nous pouvons donc dire que le schéma narratif est des plus classiques. Pourtant, nous nous laissons charmer par cet album où la folie-douce, le fantastique et le burlesque.

Les deux petites anglaises n’en peuvent plus de ce porridge préparé par leur maman qu’elles ingurgitent fréquemment. Les deux sœurs, qui se chamaillent souvent, achètent une soupière et s’essaient à la préparation de la fameuse recette à base de semoule. Mais le contenu déborde et recouvre alors leur cuisine, puis toute la ville. Les habitants doivent se déplacer en barque sur cette marée de purée. Les filles croisent aussi des mouches géantes ou une femme dans une tasse de thé. Nous le comprenons assez vite, l’histoire prend alors un chemin décalé et parfois un peu poétique. Le trait à l’encre de Becky Palmer est des plus efficace. Le découpage rythme assez bien le récit et les planches très équilibrées rendent parfaitement le côté fantastique de l’histoire.

  • La soupière magique
  • Auteur : Becky Palmer
  • Editeur: Sarbacane
  • Prix: 17.50€
  • Sortie: 05 novembre 2014

 La vie de palais

la vie de palais (1)
Richard Malka et Catherine Meurisse nous plonge dans le monde connu mais ô combien mystérieux des avocats dans le très bel album La vie de palais, publié par les éditions Marabulles.

Résumé de l’éditeur : Les déboires de Jessica Chaillette collaboratrice dans un cabinet d’avocats… une jeune avocate exploitée par son patron, mal payée, qui attend vainement la gratitude de ses clients et dont la vie personnelle part à vau-l’eau, mais qui a encore quelques idéaux !

la vie de palais (2)
Il était une fois les avocats… Tel est le sous-titre du récit de Richard Malka. Alternant les gags en une planche et des textes explicatifs (vocabulaire, dictons…), le célèbre avocat mais aussi scénariste (Le pire espèce avec André, Ptiluc, Tieko chez Vents d’ouest ou L’ordre de Cicéron avec Gillon, Ponzio chez Glénat) livre une chronique douce-amère des tribunaux. Sans méchanceté mais avec beaucoup de dérision, il décline la vie de Jessica Chaillette, jeune parisienne. Par son héroïne, il fustige les clients, l’aide juridictionnelle, les juges, les cabinets, les avocats-stars des plateaux télé, les dictons, la presse, la prison ou le secret professionnel, le tout toujours avec une bienveillance pour les êtres humains. Mais même lorsqu’elle rentre chez elle où l’attend son mari, son travail la rattrape. La vie de couple chez les avocats ce n’est pas toujours la panacée. Les vacances, le sexe ou les dîners : avocat un jour, avocat toujours. Dans son entreprise, il a choisi Catherine Meurisse et il a bien fait. Le trait humoristique de l’auteur de Moderne Olympia (Futuropolis, 2014) rend parfaitement l’ambiance du récit : entre secrets dévoilés et drôlerie. Son dessin tout en simplicité fluidifie les planches-gags. Un agréable moment de lecteur-plaisir.

  • La vie de palais
  • Scénariste : Richard Malka
  • Dessinateur : Catherine Meurisse
  • Editeur: Marbout, collection Marabulles
  • Prix: 14.90€
  • Sortie: 08 octobre 2014

Rockworld

rockworld (1)
Le duo d’auteurs danois, Soren Mosdal et Jacob Orsted, réunit dans un même album trois fanzines, destins de personnages aimant la musique dans l’album Rockworld, publié par The Hoochie Coochie.

- Rockworld. Charley, célibataire agoraphobe, est un très grand amateur de musiques expérimentales world. Du matin au soir, il écoute ces morceaux venus du monde entier. Ce qu’il déteste le plus dans l’univers musical, ce sont les groupes de rockworld. Quand Bob et Mickey l’invitent dans un concert de ce genre musical, il est à la limite de vomir. Cynique, il déverse toutes les injures possibles contre les groupes qui se produisent sur la scène. Au milieu des hommes saouls, il croise Gabi et Tanya qu’il tente en vain de séduire…

- Woize world. Charley, malade après avoir mangé un chili con carne, se rend à une soirée où se produit Anal Obélix. Créateur de Brainking, un blog sur la musique, le jeune homme n’a qu’une hâte, c’est d’écrire un billet sur cet artiste…

- Boil world. Charley, toujours autant malade et pensant qu’il a un cancer, part avec Bob et Mickey, pour une fête d’anniversaire de ce dernier, pour ses quarante ans…

rockworld (2)
Publiées entre 2007 et 2012, les trois histoires de Soren Mosdal et Jacob Orsted plongent le lecteur dans le monde de la musique rock underground. Les deux auteurs danois sont souvent cyniques, dénoncent ou fustigent les acteurs de cet univers : les musiciens, les amateurs, le folklore autour, l’alcool, les substances illégales et même les critiques-bloggers. Les trois protagonistes sont aussi de belles caricatures de fans déjantés de ce style de musique, au bord de la décadence. Le dessinateur d’Erick le rouge (Casterman, 2014) propose un dessin jeté et très vif. Les personnages aux têtes surdimensionnées sont de vraies trognes pas souvent agréables à l’œil.

The Hoochie Coochie, maison d’édition de Poitiers, propose à chacune de ses productions, de très bons albums, comme La chute vers le haut de Mokeit.

  • Rockworld
  • Scénariste : Soren Mosdal et Jacob Orsted
  • Editeur: The Hoochie Coochie
  • Prix: 20€
  • Sortie: 21 octobre 2014

Les tuniques bleues

tuniques bleues (1)
Débutée en 1968, la série Les tuniques bleues continue de faire les beaux jours de la revue Spirou et de ses fidèles lecteurs. Pour cette cinquante-huitième aventure, le merveilleux duo d’auteurs Raoul Cauvin et Willy Lambil emmènent Blutch et Chesterfield à la cueillette. Les deux amis-ennemis sont missionnés par leurs officiers à la suite de la propagation de scorbut dans les rangs unionistes afin de récupérer un maximum de fruits et de légumes frais.

Résumé de l’éditeur : Une épidémie de scorbut sévit au sein des troupes unionistes. Pour enrayer cette maladie, une seule solution : consommer des fruits et des légumes frais, mais pour cela, il faut pouvoir s’approvisionner. Et c’est précisément là que le bât blesse : les lignes ferroviaires, sabotées pour mettre en difficulté l’ennemi, ne sont pas praticables pour acheminer du ravitaillement en produits frais. Face à la gravité de la situation, Chesterfield et Blutch sont missionnés pour aller chercher, à l’arrière, choux, navets, pommes et tout ce qui pourra contribuer à éloigner le spectre du scorbut. Pour une fois, Blutch se révèle bien plus motivé que Chesterfield, mortifié de se voir confier une mission si peu militaire. Pourtant la tâche va s’avérer plus compliquée que prévu. Entre la politique de la terre brûlée pratiquée par les confédérés et les paysans qui refusent de céder gracieusement la production qu’il leur reste, les obstacles sont nombreux. D’autant plus que nos héros ne tardent pas à découvrir que le même fléau sévit chez les confédérés, qui eux aussi écument la région à la recherche de fruits et de légumes.

tuniques bleues (2)
Après plus de 42 années de collaboration (depuis 1972), Raoul Cauvin et Willy Lambil , piliers de Spirou, aiment toujours à se retrouver autour des Tuniques Bleues. Avec un rythme soutenu, les auteurs continuent de faire vivre des aventures rocambolesques à Blutch et Chesterfield. Alors que les dernières productions ne nous avaient pas emballé, cette cinquante-huitième histoire nous convainc un peu plus. Si Cauvin n’ouvre plus sa première page sur un champ de bataille, il débute son histoire sous une tente médicale où une épidémie de scorbut ravage les rangs des tuniques bleues. L’état-major demande au caporal et au sergent de trouver au plus vite des fruits et légumes frais, seul remède connu à l’époque pour lutter contre le fléau. Si les bisbilles entre les deux héros sont toujours de mise, elles semblent moins fortes qu’auparavant. L’âge sûrement. Le récit campagnard est plaisant mais ne vaut pas les premières histoires de la saga historico-humoristique. Reste l’ambiance et la drôlerie des situations. Comme la rencontre de Blutch et Chesterfield avec leur ennemi intime Cancrelat. Il va s’en dire qu’il est de plus en plus délicat de trouver un angle d’attaque et un thème novateur après tant de volumes.

Graphiquement, le trait de Willy Lambil a lui aussi évolué. Le visage de Blutch en ayant fait les frais au passage. Le découpage, la mise en scène et les cadrages d’un grand classicisme sont toujours d’une grande efficacité. Une saga familiale qui ravit toujours petits et grands. Un must, un classique, une autre époque.

  • Les tuniques bleues
  • Scénariste : Raoul Cauvin
  • Dessinateur : Willy Lambil
  • Editeur: Dupuis
  • Prix: 10.60€
  • Sortie: 31 octobre 2014

 Les carnets de Cerise

carnets de cerise (1)
Lauréats du Fauve Jeunesse à Angoulême en 2014 pour la série Les carnets de Cerise, Joris Chamblain et Aurélie Neyret proposent une troisième enquête à leur héroïne-romancière dans Le dernier des cinq trésors, édité par Soleil.

Résumé de l’éditeur : Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes.

Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux… Cette fois, elle s’intéresse à Sandra… Son atelier de reliure regorge d’ouvrages anciens. Mais il en est un qu’elle n’a jamais réparé. Pourquoi ? Savait-elle seulement qu’il était là ? Et quels sont ces cinq trésors liés à la vie de la jeune femme ? Cerise, Line et Erica vont suivre ensemble ce jeu de piste, cette enquête à tiroirs, pour tenter de rendre à Sandra ce qu’elle a perdu, il y a tant d’années…

carnets de cerise (2)
Alors que le précédent volume, Le livre d’Hector, ne nous avait pas emporté malgré un prestigieux prix, cette nouvelle enquête nous enthousiasme beaucoup plus. Il faut dire que le récit de Joris Chamblain est formidable notamment grâce à l’apport d’un nouveau personnage, Sandra, relieuse et de la plongée dans le monde des livres mais cette fois-ci en tant qu’objet. Sa boutique, sorte d’hôpital pour les bouquins, est à la fois originale et mystérieuse. Ajouté à cela cinq trésors, qui ouvrent les portes de son passé et l’intrigue prend de l’ampleur. De plus Cerise et ses deux amies, Line et Erica, forment un trio de personnages attachants. Les belles valeurs véhiculées dans l’album parlent forcément aux jeunes lecteurs : amitié, entraide, filiation, relations humaines ; le tout teinté d’un petit humour agréable. Du côté graphisme, c’est extrêmement bien réussi. Le trait délicat d’Aurélie Neyret rend parfaitement l’ambiance amicale, drôle et d’enquête de l’histoire. Un soin particulier est apporté aux décors enneigés ainsi qu’aux expressions des visages.

Un très bon album jeunesse enthousiasmant, intelligent, à l’intrigue originale et aux personnages attachants.

  • Les carnets de Cerise, tome 3 : Le dernier des cinq trésors
  • Scénariste : Joris Chamblain
  • Dessinatrice : Aurélie Neyret
  • Editeur: Soleil, collection Métamorphose
  • Prix: 15.95€
  • Sortie: 05 novembre 2014

Sunny

sunny-tome1
Après Amer béton et Ping Pong, Taiyou Matsumoto livre un nouveau titre Sunny. Publié par Kana, ce merveilleux manga conte le quotidien d’enfants placés dans un orphelinat, qui n’ont qu’une vieille voiture pour voyager et se changer les idées.

Retrouvez la fin de la chronique sur Comixtrip, en cliquant ici.

  • Sunny, volume 1
  • Auteur : Taiyou Matsumoto
  • Editeur: Kana
  • Prix: 12.70€
  • Sortie: 21 novembre 2014

Berlin, la ville divisée

berlin (1)
A travers cinq histoires authentiques autour du thème de la construction du mu de Berlin en 1961. Susanne Buddenberg et Thomas Henseler dévoilent la vie de Berlinois de l’Est souhaitant passer à l’Ouest dans l’album poignant Berlin la ville divisée, publié par Des ronds dans l’o.

Résumé de l’éditeur : Pendant 28 ans, le Mur de Berlin a séparé, déchiré familles et amis. Les deux auteurs de bandes dessinées, Susanne Buddenberg et Thomas Henseler, ont interrogé des témoins et ont enregistré leurs expériences. De la fermeture de la frontière en 1961 jusqu’à l’effondrement du bloc de l’Est en 1989, l’album relate cinq histoires vraies témoignant d’une époque pas si lointaine mais aujourd’hui difficilement imaginable.

En août 1961, les autorités est-allemandes décident de fermer la frontière entre Berlin Est et Berlin Ouest. Le côté occidental est géré par les américains, les britanniques et les français depuis la fin de la Second Guerre Mondiale, l’autre partie de la ville est administrée par les soviètiques. A partir de ce jour, des familles seront coupées en deux, des étudiants et des travailleurs ne pourront plus se rendre de l’autre côté du mur. Si à l’Ouest, la vie est douce et occidentalisée, à l’Est les conditions sont plus rudes. Ces dernières incitent alors de nombreux allemands à passer à l’Ouest. Alors que l’on célèbre les vingt-cinq ans de sa chute, le Mur de Berlin est toujours un traumatisme pour les habitants de la ville. Des tentatives heureuses à celles infructueuses, qui pourront causer la mort de centaines de personnes, voilà les témoignages recueillis par Susanne Buddenberg et Thomas Henseler pour confectionner leurs histoires. Ce beau roman graphique alterne les mini-récits qui mettent en lumière ces instantanés de vie, des textes explicatifs et des plans de la ville.

Un livre d’une grande importance, pour la mémoire.

  • Berlin, la ville divisée
  • Auteurs : Susanne Buddenberg et Thomas Henseler
  • Editeur: Des ronds dans l’o
  • Prix: 17€
  • Sortie: 23 octobre 2014

 L’ombre de Shanghai

l'ombre de shanghai (1)
Le retour du fils est le premier volet de la nouvelle saga familiale L’ombre de Shanghai signé Williams Crepin, Patrick Marty et Li Lu. Publié par Fei, elle dévoile les amours impossibles d’un français et d’une française à Shanghaï en 1930

Résumé de l’éditeur : Gaspard Cartier revient de la lointaine Europe où ses parents l’ont envoyé pour soigner sa tuberculose dix ans auparavant. Lila, sa sœur de lait chinoise, espérait le cœur battant retrouver son ami d’enfance, son compagnon de jeu et confident, mais c’est un ado- lescent hautain et méprisant qui débarque sur le Bund de Shan- ghai. De plus, Gaspard s’est entiché durant la traversée de Clara, une ado blonde terriblement belle… et manipulatrice. La rentrée au lycée français promet d’être tumultueuse entre les trois adolescents pris dans ce chassé croisé amoureux, d’autant que depuis le retour de Gaspard, Lila tombe sous l’emprise d’une mystérieuse ombre qui semble sortir de son corps dès que la jalousie et la colère la gagnent.

l'ombre de shanghai (2)
Le récit de Williams Crepy et Patrick Marty a pour toile de fond le Shanghai des années 30. La ville surnommée La perle d’Asie était composée d’habitants de toutes nationalités. Parmi les 500 000 de la concession française, il y a 20 000 européens. A l’intérieur de ce territoire géré par les autorités de Paris, seuls les riches pouvaient y acheter une maison, circuler en tramway, aller à l’opéra, au cinéma, au théâtre ou dépenser son argents aux courses. La cité chinoise, à cette époque, connaît un regain de tension à cause des rivalités entre les grands gangsters.

C’est dans ce contexte que Gaspard Cartier, jeune bourgeois parisien assez hautain, rejoint ses parents après un séjour de dix ans en France. Sur le bateau, il croisera Clara Van Herling, jeune aristocrate qui lui fait des avances. A son arrivée sa cousine Lila l’accueille. Mais leurs rapports sont très distants.

Si le décor et l’époque et le décor sont d’une grande originalité (la thématique est peu connue des français), l’histoire familiale ne nous transporte pas réellement. Il manque ce petit déclic qui pourrait happer le lecteur. La faute à des personnages un peu trop caricaturaux ? La partie graphique est portée par le trait très délicat de Li Lu. L’auteur chinoise, qui est venue étudier la bande dessinée en France en 2002, propose des planches entre manga et album européens, faisant la part belle aux expressions et aux cadrages serrés. En donnant plus de volume à l’intrigue dans le deuxième tome, L’ombre de Shanghaï deviendra une belle saga familiale et d’aventure.

  • L’ombre de Shanghai, tome 1 : Le retour du fils
  • Scénaristes : Williams Crepin et Patrick Marty
  • Dessinatrice : Li Lu
  • Editeur: Fei
  • Prix: 12.90€
  • Sortie: 03 octobre 2014

Rising sun

rising sun (1)
Kaï, jeune lycéen japonais, décide de s’engager dans les forces japonaises d’autodéfense. C’est le propos de la nouvelle série manga Rising sun de Satoshi Fujiwara, publié par Komikku.

Résumé de l’éditeur : Ikki Kaï, bon à rien sans rêve ni passion, a choisi de rejoindre les forces japonaises d’autodéfense sur un coup de tête. Bien que toutes les règles de vie de son quotidien aient été chamboulées, notre postulant à l’armée semble néanmoins stimulé par l’attrait de ce nouvel univers, allant jusqu’à changer sa vision de la vie.

Le récit de Satoshi Fujiwara est une plongée originale dans l’univers de l’armée japonaise contemporaine. Il faut préciser qu’il existe des restrictions la concernant depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale : l’article 9 de sa constitution, issue de sa défaite dans la Guerre du Pacifique, qui a conduit à la suppression de l’armée impériale (« le Japon renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation»). En 1954, le pays peut alors posséder des troupes exclusivement pour sa défense.

rising sun (2)
Cette thématique correspond parfaitement à un lectorat adolescent garçon : entraînement, hiérarchie et bagarres sont au menu de Rising sun. Le mangaka japonais mise aussi sur son personnage principal pour accrocher les lecteurs : Kaï, lycéen peu assidu, insaisissable, parfois rêveur, proche de la nature est un peu livré à lui-même. Sa mère l’élevant seule le couvre dans ses moments d’école buissonnière et ses envies d’aventure. Sa rencontre avec Daté, soldat des forces d’autodéfense, est primordiale dans sa volonté de changement de vie. Le premier volume suit les premiers pas de Kaï dans sa nouvelle unité militaire. Le trait du japonais est lui aussi d’une grande originalité faisant la part belle aux expressions des visages.

  • Rising sun, volumes 1 & 2
  • Auteur : Satoshi Fujiwara
  • Editeur: Komikku
  • Prix: 7.90€
  • Sortie: 13 novembre 2014

Les enquêtes du commissaire Raffini

raffini (1)
Les éditions Tartamudo relancent la série policière Les enquêtes du commissaire Raffini. Pour affronter cette nouvelle jeunesse, elles ont fait appel à Rodolphe et Christian Maucler, qui emmènent leur personnage hors de l’hexagone, pour la première fois.

Résumé de l’éditeur : Avec ce nouvel album, le commissaire Raffini fait sa première incursion hors de l’hexagone. Scotland Yard vient en effet de récupérer le cadavre d’une jeune femme bloqué contre les piles du Tower Bridge. L’examen des vêtements laisse entendre qu’il pourrait s’agir d’une Française. Aussi la collaboration de la police française est-elle souhaitée. Le commissaire divisionnaire, qui sait que Raffini ne parle pas un traître mot de la langue de Shakespeare et déteste cordialement tout ce qui est thé à 5 heures, conduite à gauche et autres comportements grotesques, le choisit aussitôt pour la mission.

La première apparition du Commissaire Raffini a eu lieu en 1980 dans les pages de Télérama. C’est Jacques Ferrandez qui sera aux manettes des quatre premières enquêtes (L’homme au Bigos, Le maître de la nuit, Villa Ténèbre et Martin squelette). Depuis 1994, ce sont Rodolphe et Christian Maucler qui ont repris le flambeau avec Etrangère au paradis. Ils livrent ensuite Pierrot la lune (1997), Les petits meurtres (1999), Les eaux mortes (2005), Le lapin bleu (2006) et Si tu vas à Rio (2011).

raffini (2)
Louis-Armand Raffini est né en 1904. Après des études dans un lycée parisien, il est admis à l’Ecole de Police de Paris et devient inspecteur auxiliaire en 1927. Son mariage se termine en 1931 par un divorce. Pendant la guerre, il adhère au groupe de résistance Honneur de la Police. Vivant un célibataire dans son appartement de l’Ile Saint-Louis, il a pour collègues Leguen et Morlaine, qu’il apprécie.

Pour cette onzième aventure, Rodolphe délocalise son histoire en Angleterre. C’est la première fois que Raffini quitte le territoire français pour une contrée qu’il n’apprécie pas plus que cela : la langue, le café, les repas et les coutumes ne lui sont pas familières. Surtout que la découverte du cadavre dans la Tamise n’est pas simple comme affaire. Seul indice : des vêtements français font penser que la femme vient du continent. Le prolifique scénariste construit son histoire avec de nombreux rebondissements et une intrigue à tiroirs, d’une grande efficacité. L’ambiance anglaise des années 50 est parfaitement rendue par le dessin de Christian Maucler et notamment grâce à de sublimes couleurs à l’encre. Tous les monuments de la capitale britannique sont présents pour le plus grand bonheur des lecteurs. On notera quelques erreurs graphiques parfois mais cela ne remet pas en cause la belle qualité d’ensemble de l’album.

  • Les enquêtes du commissaire Raffini, L’inconnue de Tower Bridge
  • Scénariste : Rodolphe
  • Dessinateur : Christian Maucler
  • Editeur: Tartamudo
  • Prix: 16€
  • Sortie: 11 novembre 2014

Et pour quelques pages de plus…

Pour compléter notre sélection de la semaine, Case Départ vous conseille aussi les albums suivants :

Kid Paddle

kid paddle (1)
Le gamer le plus célèbre de la bande dessinée Kid Paddle est de retour dans un quatorzième album, Serial Player, avec toujours aux pinceaux son créateur Midam.

Résumé de l’éditeur : Il aime le gore. Il adore les monstres. Les tripes de blorks dégommés l’amusent. Il a enfilé son inséparable casquette verte, s’est échauffé les pouces et a huilé ses joysticks… Oui, vous l’avez bien reconnu, Kid Paddle est de retour et pour la première fois chez Glénat ! Dans ce nouveau tome, on retrouve, avec toujours autant de plaisir, les zigouillages en règle de blorks en salle d’arcade, les séances de classes ou les explications du père ennuyeuses à mourir qui dégénèrent en vrais films de SF, les recettes spéciales de Kid pour Top Chef ou les célèbres tentatives ratées pour aller voir les films d’horreur au cinéma sur les épaules de son copain Horace.

kid paddle (2)
Depuis le début de l’année 2014, Mad Fabrik, la société qui gère les droits de Midam, a changé de maison d’édition pour atterrir chez Glénat. L’éditeur grenoblois assure aux lecteurs que les séries Grrreny et Game Over verront une nouveauté par an, tandis que Kid Paddle se sera tous les deux ans. Il faut dire que le petit gamer connaît un énorme succès depuis son lancement en 1996 : 7 millions d’exemplaires vendus (120 000 pour le tome 13), un dessin animé diffusé sur M6 (2 saisons de 52 épisodes), des jeux vidéos et toutes sortes de produits dérivés. Et Midam réussit à toujours se renouveler au fil des albums. Il faut dire que Kid Paddle ne reste plus uniquement dans l’univers du jeu vidéo mais visite d’autres lieux inexplorés qui souvent sont des phénomènes de société (dans ce tome : la plage, l’école, l’hôpital, les librairie, la publicité, les squares ou la bière).

  • Kid Paddle, tome 14 : Serial player
  • Auteur : Midam
  • Editeur: Mad Fabrik – Glénat
  • Prix: 10.95€
  • Sortie: 05 novembre 2014

Oms en série

oms en série (1)
Les Univers de Stefan Wul, collection des éditions Ankama, proposent une version dessinée de Oms en série, un des romans de science-fiction de l’auteur, signé Jean-David Morvan et Mike Hawthorne. Le deuxième tome de cette saga est intitulé L’exom.

Résumé de l’éditeur :  Terr a grandi. Il a pris la tête des Oms libres et a guidé la construction de leur cité clandestine, à l’abri des Draags qui les maintenaient en captivité. Dans ce refuge souterrain se joue l’émancipation de leur espèce : pour atteindre le continent presque vierge d’où leurs anciens maîtres lancent leurs navettes spatiales, les Oms construisent d’immenses navires et préparent la conquête d’un nouveau territoire. Mais les événements s’accélèrent lorsque les Draags repèrent la tanière de ceux qu’ils considèrent encore comme des animaux de compagnie…

oms en série (2)
Publié pour la première fois en 1957, le roman de Stefan Wul fera penser à certains d’entre-nous à La planète sauvage, le film d’animation de René Laloux, Roland Topor et Moebius, dont le réalisateur aura fait une libre adaptation. Le récit de Jean-David Morvan décolle dans ce deuxième volet pour prendre des atours très spectaculaires. Le lecteur retrouvera le thème entrevu dans le précédent volume : les hommes devenus des animaux de compagnie après avoir perdu leurs atouts intellectuels et technologiques. C’est d’ailleurs, le personnage principal qui est toujours aux commandes de la rébellion contre les Draags, devenu la figure de cette émeute et guide spirituel de ces hommes en souffrance. Il les mène dans un abri, loin des bourreaux, qui continueront aussi de s’en donner à cœur-joie dans cet Exom. Du côté de la partie graphique, Mike Hawthorne participe de ce succès. Son trait science-fiction seventies convient parfaitement au récit. Le dessinateur américain y ajoute néanmoins une très grande modernité dans son découpage et ses cadrages.

A noter, la très belle couverture illustrée par Philippe Caza pour l’une des rééditions du roman chez Denoël Présence du futur (visible ci-dessus). Nous aurions d’ailleurs aimé que le talentueux dessinateur de science-fiction puisse sortir de sa retraite et intégrer cette belle collection Les univers de Stefan Wul. Une idée à soumettre à Ankama…

  • Oms en série, tome 2 : L’exom
  • Scénariste : Jean-David Morvan
  • Dessinateur : Mike Hawthorne
  • Editeur: Ankama, collection Les univers de Stefan Wul
  • Prix: 13.90€
  • Sortie: 10 octobre 2014

Mon lapin n°9

mon lapin
Début du 20e siècle, une brigade littéraire est créée à Paris afin d’élucider les mystères entourant de célèbres écrivains. Parmi les dernières victimes, il y a l’irlandais Samuel Beckett. David B et Andrea Bruno se sont associés pour conter cette belle fable, entre littérature et fantaisie.

Résumé de l’éditeur : Janvier 1855, Gérard de Nerval est retrouvé pendu aux grilles d’une bouche d’égout, cette fin tragique aux allures de suicide mal maquillé, a éveillé les soupçons des plus hautes instances. Une brigade littéraire est créée pour enquêter. Les années passent et les agressions, tentatives d’assassinats et notamment les coups de couteau se multiplient aux quatre coins de la France à l’encontre des gens de lettres: Luc Dietrich, René Char, Antonin Artaud…

Janvier 1938, c’est au tour de Samuel Beckett d’être sauvagement poignardé, le laissant gravement blessé avec un poumon perforé. La brigade littéraire se rend à son chevet et reprend du service. Pourquoi les lames s’acharnent-elles dans les chairs des meilleures plumes? Qui sont ces agresseurs anonymes qui disparaissent sans laisser de traces? Hasards, fatalité, complot, quel sens donner à ce puzzle macabre?

En septembre 2013, les auteurs de l’Association décidèrent de créer un nouveau mensuel, Mon lapin. Après avoir mis en sommeil, leur fameuse revue Lapin, ils livrèrent le premier volume de Mon lapin (rédacteur en chef François Ayroles). Afin de garder une unité à cette nouvelle publication, ils décidèrent qu’elle serait de 32 pages, en noir et blanc et mettrait en lumière un auteur différents. Se succédèrent alors Alex Baladi, Jochen Gerner, Etienne Lécroart, Lisa Mandel, Mattt Konture, Jérôme Mulot, Killofer et enfin David B, pour le présent numéro.

Pour ce récit, l’auteur du sublime L’ascension du haut mal (L’Association), fait appel à Andrea Bruno pour développer son histoire. Construit comme un polar, cet album de 32 pages, fait voyager le lecteur entre littérature, arts et crime. Il y croisera Gérald de Nerval, Antonin Artaud ou René Char. Ce polar se concentrant sur l’agression au couteau qu’a subit Samuel Beckett, à Paris, en 1938. L’auteur du coup était un souteneur de prostituées. Pourquoi proposait-il lui même ses filles de joie aux passants ? Pourquoi a-t-il tenté de tuer le romancier ? Morel, enquêteur, sera chargé de confondre l’agresseur et de le cuisiner. Sans réel résultat.

David B. et Andrea Bruno (auteur chez Rackham), se partagent les dessins, sans linéarité, au gré de leurs envies, ce qui renforce le côté sombre mais ô combien intéressant du polar.

  • Mon lapin n°9
  • Scénariste : David B
  • Dessinateurs : David B et Andrea Bruno
  • Editeur: L’Association
  • Prix: 9.50€
  • Sortie: 21 novembre 2014

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Casedepart 4468 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines