Magazine Culture

Rencontre inédite autour de Charles Juliet

Par Angèle Paoli


ATTENTIVEMENT CHARLES JULIET

  J’ai entre les mains l’ouvrage que m’a récemment fait parvenir Marie-Thérèse Peyrin : Attentivement Charles Juliet. Je remercie Marie-Thérèse, grande prêtresse de « l’incitation poétique », de m’avoir offert ce livre de passion, témoignage de belle et précieuse amitié.

   Édité par Jacques André Éditeur, cet ouvrage rassemble « lettres, croquis et peintures dédiés à Charles Juliet ». Ces « Lettres d’Ami(e)s » ont été collectées par les soins de l’association lyonnaise « La Cause des Causeuses » à l’occasion du 10e Printemps des Poètes à Lyon. Les lettres adressées à Charles Juliet par les 47 auteurs, poètes et amis réunis dans cet ouvrage, sont un écho parfaitement synchrone avec le thème de l’Éloge de l’autre, proposé par Jean-Pierre Siméon. Lettres émouvantes ― écrites parfois sous forme de poèmes ―, vibrantes de vérité pudique, hommage à l’écrivain et à l’homme « rassurant » qu’est Charles Juliet. Un alchimiste et « sourcier », à qui ses lecteurs doivent beaucoup.

   Ainsi témoigne Paul Otchakovsky-Laurens qui écrit :

   « Qu’il s’agisse de ta poésie, lapidaire, mais chaque pierre y est comme taillée pour y être encore plus pierre que la plus pierre des pierres ― et pourtant ces pierres diffusent, rayonnent, irradient; qu’il s’agisse de tes fictions, roman, nouvelles, récits, rencontres dont l’économie de moyens et tout à la fois la force dramatique restent inatteignables; qu’il s’agisse de tes journaux qui, pour avoir gagné ligne après ligne cette sérénité vers quoi ils tendaient n’en demeurent pas moins empreints de la gravité qui en marquait les premières pages : ton œuvre entière m’est un insistant mais amical rappel à l’ordre. Je pense qu’elle est présente à chacun des moments de ma vie, et particulièrement à l’heure des choix. » (pp. 107-108.)

   Ou encore Jean-Pierre (Jean-Pierre Siméon) dans cette lettre adressée à Charles Juliet :

Mon cher Charles,

  « AUJOURD’HUI en Auvergne le ciel est peint d’un gris discontinu, mouvant, dynamique qui s’ouvre parfois sur l’au-delà d’un bleu fragile mais têtu : on dirait un Bram Van Velde. N’est-ce pas le décor qu’il faut pour t’écrire ?
   Au fait, c’est mieux qu’un décor : ce bleu modeste mais sûr, cette clarté qu’incessamment dérobe l’épaisseur des nuages, voilà peut-être par coïncidence l’image juste de ce qui aimante ton travail d’écrivain. Je devrais dire : ton travail d’homme.
  Oui, il faut dire : ton travail d’écrivain qui est ton travail d’homme, parce que c’est dans cette exacte équivalence, rarement prouvée par ailleurs dans ce qu’on nomme le champ littéraire, que réside à mes yeux la singularité précieuse de ton œuvre. » (p. 138.)

   Un bel ouvrage attachant que celui qu’a réalisé Marie-Thérèse Peyrin. Ouvrage de partage, généreux et attentif à l’autre, à tous les autres, connus et moins connus, rassemblés autour de la présence chaleureuse de Charles Juliet. Joël Vernet, François Bon, Jean-Gabriel Cosculluella, Marie-Ange Sebasti, Anne Lauricella, Marie Morel, Véronique Morin... Et Tanguy Dohollau pour les dessins, Fanny Batt, Bobi and Bobi, Jean-Yves Pennec, Emmanuelle Rey, Anik Vinay pour les peintures. Guylaine Carrot, Rajak Ohanian, Sylva Villerot pour les photos.

  Avec, en exergue, un poème de Guillevic. Et en postface, un poème de Marie-Thérèse Peyrin :

« tes mains
pleines
débordantes


tes mains où s’enracine le chant fécond de l’autre source
l’onctueuse                pulsatile               « l’intacte »

au seuil de toute offrande
à l’aval de toute coulure lumineuse
abouchée à nos paumes rouvertes
à nos lèvres débridées

nos vies enfin debout

renouvelées

nos vies sauves…

au long de tant de jours et d’aléas,
grand bonheur, mon cher Charles, à croiser si souvent ton chemin… »

Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli



Voir aussi :
- (sur Terres de femmes) Charles Juliet/En surface ;
- (sur Terres de femmes) Charles Juliet/ma hâte ;
- (sur Terres de femmes) 15 septembre 1990/Charles Juliet, L'Autre Faim, Journal V ;
- (sur Terres de femmes) 25 octobre 1964/Première rencontre Charles Juliet-Bram Van Velde.



Retour au répertoire de mai 2008
Retour à l' index des auteurs

» Retour Incipit de Terres de femmes

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Angèle Paoli 39970 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines