Magazine Culture

" Je suis communiste" est un véritable chef-d'oeuvre !

Par Alaindependant

« Park Kun-Woong, nous dit David Fournol, est un dessinateur que nous avons découvert grâce à la belle collection « écritures » aux Éditions Casterman il y a déjà quelques années. Une première série, « Fleurs », plus de mille pages sur la guerre entre le Sud et le Nord, puis la série « histoire couleur terre » toujours aux Éditions Casterman qui racontait le quotidien d’une famille en Corée. Vint ensuite le terrible « massacre au pont de No Gun Ri » aux Éditions Coconino Press Vertige graphic, racontant un tragique épisode de la guerre de Corée. Gravure, dessin, peinture Park Kun-Woong utilise et maitrise à la perfection ces techniques pour nous offrir un ouvrage en noir et blanc, unique dans son graphisme et dans le traitement de son histoire. Sur plus de trois cents pages, Park Kun-Woong nous offre un récit sur le courage, la volonté et l’espoir. « Je suis communiste » est un véritable chef-d'oeuvre, qu’il faut lire absolument. »

Voyons donc plus avant sa présentation.

 Michel Peyret


Je suis communiste

Vendredi 24 Octobre 2014

Si certains manwha Coréen ou bandes dessinées d’autres pays, ont pour habitude de dénoncer la dictature de la Corée du Nord, si nous avons pu lire ces dernières années de très importants récits et témoignages sur la guerre qui divisa ce pays en deux, si de plus en plus de manwha sont traduits, distribués et diffusés en France ce qui nous permet de mieux connaître la culture, les traditions, les coutumes et la vie quotidienne de cet État situé entre la Chine et le Japon, terre de convoitise pour bon nombre de puissances étrangères pendant des décennies, peu d’ouvrages au contraire parlent de l’histoire récente de la Corée du Sud. 
Hur Young-Chul est un prisonnier politique qui a passé trente-six ans derrière les barreaux, enfermé dans une prison ou il a été torturé, humilié alors que son principal crime était d’être communiste, dans un pays ou, dans les années cinquante, la guerre contre les personnes qui avaient ces opinions politiques faisait rage et étaient farouchement recherchés et emprisonnés par le gouvernement de Séoul. Quand il retrouve sa liberté dans les années quatre vingt dix, Hur Young-Chul n’a jamais cédé face à ses geôliers et à leurs intimidations. Incarcéré à l’âge de trente-cinq ans, communiste depuis cette époque-là, il ne fléchira jamais et restera fidèle à ces idéaux. 
Des années après sa captivité il écrira ses mémoires, dans un livre qui lui permettra de raconter toute sa vie et par conséquent, parce que intimement lié, l’histoire de son pays, de la guerre qui le déchira pendant si longtemps et qui emmena la création de ce que l’on connaît aujourd’hui: la Corée du Nord et la Corée du Sud. Cette bande dessinée, « je suis communiste » réalisée par un des plus grands auteurs de manwha, Park Kun-Woong, en est son adaptation. 

L’histoire d'Hur Young-Chul commence en 1920 dans la campagne Coréenne. Hur Young-Chul est un fils de paysans, comme son père avant lui et le père de son père. Il fait partie des enfants chanceux qui ont pu aller à l’école dans les premières années de leur vie avant d’être obligés de travailler dans champs comme tout le monde. Cela faisait déjà une dizaine d’années où le Japon avait annexé la Corée. Très vite, le gouvernement japonais réduisit les écoles coréennes pour n’en laisser que très peu d’ouvertes et en plus payantes, ce qui maintenait la quasi-totalité des catégories paysannes et ouvrières dans l’ignorance la plus complète. Les nouvelles lois imposées par le gouvernement Japonais appauvrirent encore plus les paysans qui étaient souvent obligés de travailler uniquement pour payer les emprunts passés auprès de riches propriétaires terriens, et qui ne leur servaient qu’à se nourrir. C’est pour éviter cette vie de misère qu’Hur Young-Chul décida de partir pour tenter de gagner sa vie sur les lignes de chemins de fer qui se construisaient dans tout le pays. Il a juste seize ans quand il se décide à quitter son village natal. C’est pour lui le début d’une vie d’errance qui le mènera aux quatre coins du pays, qui le fera travailler dans des mines et sur des chantiers de construction divers. Les conditions de travail extrêmement dures et dangereuses forgeront son caractère politique. Quelques rencontres importantes, des combats pour la justice et l’équité, une volonté de vouloir changer le monde, Hur Young-Chul consacrera sa vie à la défense des droits des ouvriers et des paysans. il prendra les armes pour ça, il se cachera, sera torturé, et finalement emprisonné. Sa vie entière sera vouée au communisme et à ses préceptes. 
Park Kun-Woong est un dessinateur que nous avons découvert grâce à la belle collection « écritures » aux Éditions Casterman il y a déjà quelques années. Une première série, « Fleurs », plus de mille pages sur la guerre entre le Sud et le Nord, puis la série « histoire couleur terre » toujours aux Éditions Casterman qui racontait le quotidien d’une famille en Corée. Vint ensuite le terrible « massacre au pont de No Gun Ri » aux Éditions Coconino Press Vertige graphic, racontant un tragique épisode de la guerre de Corée. Gravure, dessin, peinture Park Kun-Woong utilise et maitrise à la perfection ces techniques pour nous offrir un ouvrage en noir et blanc, unique dans son graphisme et dans le traitement de son histoire. Sur plus de trois cents pages, Park Kun-Woong nous offre un récit sur le courage, la volonté et l’espoir. « Je suis communiste » est un véritable chef-d'oeuvre, qu’il faut lire absolument.


Scenario et dessins Park Kun-Woong 

Éditions Cambourakis 24 euros 
9782366241075 
Ados/Adultes 

David Fournol

Tags : Éditions CambourakisPark Kun-Woong


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alaindependant 70792 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte