Magazine Culture

Maurane ouvre les coulisses de son dernier album

Publié le 23 novembre 2014 par Prland

Je ne suis pas près d’oublier le 11 juillet 2014. Une ambiance Bruxelloise automnale en plein été, quelques jours entre amis mais surtout, un privilège dont je n’aurais jamais osé ne serait-ce que rêver. Rentrer dans les coulisses de l’enregistrement d’un disque en studio. Et pas n’importe quel studio, le mythique ICP.  Et pas n’importe quel disque, celui de l’une de mes voix préférées : Maurane.

En arrivant, totalement ignorant, j’imaginais une ambiance coulisse du cinéma : beaucoup d’attente pour assez peu de travail, dans un environnement probablement industrialisé pour rentabiliser. D’emblée, j’ai compris que je me trompais.

Si comme moi on est assez peu sensible à la force d’un lieu et aux « esprits qui l’habitent », le Studio ICP est un remède puissant. Les disques d’or et de diamant accrochés aux murs de brique rouge, affichant les plus grandes stars françaises et internationales passées par là, n’y sont sans doute pour rien.

Maurane ouvre les coulisses de son dernier album

En faisant le tour des trophées qui défilent quelques-uns des plus grands succès des dernières décennies, je m’arrête forcément sur l’album de l’artiste du jour et de l’album qui m’a fait aimer ses chansons autant que sa voix.

Maurane ouvre les coulisses de son dernier album

En haut des escaliers s’échappent déjà des notes de musique : Louis, Philippe et Jean-Christophe sont au travail. Pas pour répéter comme on l’imaginerait mais plutôt pour créer, inventer, chercher des nouveaux accords, des harmonies pour des choeurs. On se sent accueillis de la meilleure façon possible : avec bienveillance…. avant d’oublier totalement notre présence.

Maurane ouvre les coulisses de son dernier album

Maurane ouvre les coulisses de son dernier album
Maurane ouvre les coulisses de son dernier album

On est donc vraiment dans les coulisses lorsque Maurane arrive, accélérant encore – par un sourire, un bon mot et son franc-parler légendaire – cette atmosphère familiale qui se dégageait déjà. Un déjeuner tous ensemble plus tard, il est temps d’assister aux prises de voix pour les choeurs de l’un des titres de l’album. Le titre du jour est « A part être » qui apparaîtra en duo avec Yseult de Nouvelle Star sur l’album. Entendre chanter Maurane en prise de voix dans son bocal, faire partie des quelques privilégiés qui peuvent profiter de la magie de l’instant : j’en ai d’ailleurs tellement profité que je n’ai plus pris de photo. Plus une seule.

L’un des meilleurs moments de la journée a été celui de l’écoute du disque dans son intégralité, dans une version quasi-finale (alors que l’équipe continuait à travailler). Je ne savais rien des titres : ni leurs auteurs/compositeurs, ni leur place dans l’album. J’ai tout de suite eu le plaisir de découvrir des morceaux efficaces au potentiel de tubes dont manquait son dernier album, alternés avec des titres plus jazzy comme elle seule sait les rendre accessibles au plus grand nombre. Une première impression en écoute quasi religieuse que je n’oublierai pas de sitôt.

« Ouvre » est maintenant sorti depuis une semaine, j’ai pu voyager avec l’album en boucle dans mes oreilles tout ce temps, sans rien savoir de plus sur ces titres, mais confirmant ma première impression. Ce n’est qu’aujourd’hui, pour écrire ce billet, que je me plonge dans le livret pour lire les paroles, découvrir les auteurs et compositeurs.

Le premier titre efficace et engagé est celui qui a été choisi en lead pour porter la sortie de l’album : « Trop forte » a été composé par Daran à l’origine des quelques-unes de mes plus belles émotions dans la catégorie chanson française (« Dernier voyage » avec -déjà- Maurane ou « L’eau » avec Florent Pagny en particulier). Il est à l’origine du titre éponyme et surtout d’une très belle chanson en hommage à Annie Girardot, sublimé par la voix grave de Bernard Lavilliers.

En découvrant les auteurs/compositeurs de mes titres préférés, pas de surprise : Miossec et Stanislas pour « Où  vont les hommes », Peter Lorne pour « Ensemble » (depuis « Ca casse », je vénère Peter Lorne) et surtout les historiques Lebert et Verhees qui reviennent pour un titre qui ferait un très bon second extrait de l’album (si on me demande…) :  »Sous ces yeux-là ».

Enfin, un peu à part dans l’album mais voué à un très beau parcours en troisième single (mais on on me demandera toujours pas), le titre « Toi c’est différent » profite de toute l’efficacité du duo Lionel Florence et Pascal Obispo.

La chanson très touchante qu’elle adresse à sa fille figure parmi les 5 titres composés par Maurane qui nous rappelle au passage qu’elle n’est pas qu’une interprète.

Maurane ouvre les coulisses de son dernier album

Pour ce voyage unique, je remercie chaleureusement Pauline, Ludovic et William, ça va devenir compliqué de me faire de plus beaux cadeaux que ça. Et je remercie Maurane que je suspecte d’être aussi, en plus de l’interprète que j’aime tant, une belle personne.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Prland 1728 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine