Magazine Culture

La place des choses [Atelier d’écriture #5]

Par Vudemeslunettes @Vudemeslunettes

Après quelques jours de vacances, mon inspiration fait son retour avec l’atelier d’écriture hebdo de Leiloona !

Une jolie photo qui a eu un peu de mal à m’inspirer … ou qui m’inspirait des histoires (trop) tristes. J’ai donc réfléchi à une chute différente avec mon idée de départ et j’espère que vous apprécierez mon petit texte, plein d’amour et de partage !

Bonne lecture !

La place des choses [Atelier d’ecriture #5]

©Romaric Cazaux

LA PLACE DES CHOSES

Chaque jour c’est le même rituel. Elle sort du travail à 18h00, prend le bus, descend à l’arrêt Mairie, passe acheter du pain à la boulangerie et rejoint l’appartement à pieds.

Elle ouvre la porte, récupère le courrier que le concierge a glissé sous la porte et referme derrière elle. Le noir l’envahit, les volets sont fermés. Même s’il fait encore jour dehors, elle ne veut pas laisser entrer la lumière. Elle pose ses affaires, se débarrasse de son manteau, pose le pain à sa place. Ici on raisonne comme ça. « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place ».

Elle se dirige vers la console à l’entrée du salon. Elle attrape 2 bougies, le briquet et allume la mèche de la plus grosse bougie. Une faible lueur éclaire l’appartement. D’un coup d’œil, elle vérifie que tout est en place. Au mur, il n’y a ni photo, ni déco. Mais ça lui est égal. Elle s’approche des bougies et avec dextérité allume, à l’aide de la première bougie, la mèche de la seconde. Elle éteint d’un souffle léger la première lueur. Celle qui reste est encore plus faible.

Elle regarde autour d’elle et malgré le peu de lumière, ouvre le courrier, trie les factures des prospectus, fait le chèque pour régler les charges du syndic, le glisse dans une enveloppe, ajoute un timbre et range l’enveloppe dans son sac. Elle dépose les courriers à conserver dans le secrétaire et jette le reste à la poubelle, sans attendre.

10 minutes plus tard, d’un nouveau souffle, elle éteint la bougie. Elle va allumer la radio, faire quelques positions de yoga pour se détendre, elle boit un verre d’eau, lit. Malgré la musique qui passe à la radio, elle reconnaît les sons extérieurs : les pas lourds du Monsieur du 3ème dans l’escalier, les jumeaux du 4ème qui se courent après, le voisin d’en face, maniaque, qui cherche ses clés dans son sac. Puis ce moteur. La voiture qui s’arrête. La portière qui claque. Elle compte jusqu’à 12 et tend l’oreille. La porte d’entrée s’ouvre et se referme. 8 pas. Les portes de l’ascenseur qui s’ouvrent. 9 secondes. Ding. L’ascenseur qui s’arrête à leur palier, les portes qui s’ouvrent. 7 pas. Toc toc. Elle va ouvrir. Il n’a pas allumé la lumière du couloir.

Ils ne se voient pas mais ils se sourient. Elle l’embrasse, il entre. Ils échangent quelques banalités pendant qu’il se débarrasse de son manteau et pose ses affaires. Elle s’agenouille, salue Acrobate, son chien, se relève.

Il lui demande si elle a allumé la lumière. Elle lui répond que non. Il soupire. Elle ressent qu’il n’est pas content. Il sait qu’il ne pourra pas la faire changer d’avis.

Depuis qu’ils ont emménagé ensemble, Mathilde vit la plupart du temps dans le noir. Pour mieux le comprendre, pour partager avec lui, pour se concentrer sur les émotions et les sensations.

Il a beau désapprouver le comportement de son épouse, il sait que c’est la plus belle preuve d’amour qu’une femme puisse faire à un homme aveugle. Vivre dans le noir. Comme lui.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vudemeslunettes 304 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines