Magazine Culture

Civitates orbis terrarum

Publié le 25 novembre 2014 par Oliaiklod @Olia_i_Klod

Georg Braunun cartographe allemand, et Frans Hogenberg graveur sur cuivre flamand, publièrent un atlas des villes du monde, qui, à la parution du premier volume, en 1572, constituait déjà le grand recueil de vues de villes de la fin du XVIème siècle.

Georg Braun (également Brunus ou Bruin), né à Cologne en 1541 était principalement un ecclésiastique catholique. Durant trente-sept ans il fut chanoine et doyen à l’église St. Maria ad Gradus de Cologne où il est décédé, octogénaire, le 10 mars 1622, unique témoin survivant de l’équipe originale de la publication du volume VI en 1617.

Frans Hogenberg, né en 1535 à Malines, est le fils de Nicolas Hogenberg. Il fait son apprentissage auprès de Terbruggen puis travaille en France, en Allemagne et au Danemark. Il est mort en 1590 à Cologne.

De 1572 à 1617 ils éditèrent le Civitates orbis terrarum, composé de 546 perspectives, vues à vol d’oiseau et cartes de villes du monde entier. Georg Braun commença le travail avec Frans Hogenberg mais fut le principal éditeur de l’ouvrage. Il fit l’acquisition des plaquettes, il engagea des artistes et écrivit les textes.

Son œuvre en six volumes fut inspirée de Cosmographia de Sebastian Münster. De forme et de présentation il ressemble au Theatrum Orbis Terrarum de Abraham Ortelius.

La publication de Braun créa des nouveaux standards en cartographie pendant plus de 100 ans.

Frans Hogenberg grava les plaquettes pour les volumes I à IV, Simon van den Neuwel créa celles pour les volumes V et VI. Georg Hoefnagel, le cartographe Daniel Freese et Heinrich Rantzau contribuèrent également à la réalisation du Civitates orbis terrarum. Des œuvres de Jacob van Deventer, Sebastian Münster, et Johannes Stumpf furent utilisées. L’ouvrage reprend principalement des cartes de nombreuses villes européennes bien que l’on retrouve Casablanca, Istamboul et Mexico reprises dans le volume I.

Braun assisté d’Ortelius rédigea des notices d’une à deux pages présentant les villes dans leur contexte géographique, historique, politique et économique. Il arrive occasionnellement qu’un lieu-dit soit représenté en raison de son intérêt historique ou pittoresque, comme le prouve la planche de la vallée d’Innsbruck montrant l’endroit où eut lieu l’accident de chasse miraculeux de l’empereur Maximilien.

L’entreprise couvre l’Europe de façon extensive, sauf sa partie la plus orientale, déjà rendue peu accessible par les invasions turques et moins urbanisée. Mais elle présente l’immense attrait, pour l’homme de l’époque, d’être étendue aux autres continents. Les vues à vol d’oiseau dominent, et sont mêlées à quelques plans. Elles sont animées généralement de quelques figures humaines et présentent ainsi le costume local. Pour compléter l’agrément de l’ensemble, les planches étaient souvent vendues coloriées après tirage.

Braun Hogenberg - Venise


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oliaiklod 11319 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines