Magazine Culture

Diploma presentation

Publié le 24 novembre 2014 par Pomdepin @pom2pin

L’Ado a une vie trépidante. La semaine dernière, il est retourné dans son ancien collège pour la remise des diplômes du GCSE. Certes, on a eu les résultats en août, mais il fallait laisser le temps aux élèves (enfin, surtout aux parents, vu que c’est payant) de faire appel. Finalement, une grande cérémonie etait donc prévue trois mois après.

IMG_1009.JPG

(Nyulocal.com)

Première chose capitale pour L’Ado, nous convaincre que notre présence n’était pas du tout obligatoire. Mais vraiment pas. D’ailleurs, c’est bien simple, à part quelques attardés qui ne peuvent pas se déplacer tous seuls, personne n’amène ses parents. L’Ado se demande même si c’est légal pour les parents de venir, c’est dire.
-mais j’ai reçu une invitation du collège…
-ouais, mais non, quoi, tu vois, meuh. C’est juste pour être poli, quoi. Tût.

Cet enfant est doué pour la réthorique. J’ai bien envisagé un instant d’y aller, incognito, de me cacher dans l’assistance puis de faire un grand « Hello Puppet  » (ou autre petit nom style choupinou) à l’Ado, mais je me réserve ça au cas où il ferait une grosse bêtise. C’est donc le cœur brisé mais les pieds au sec (il pleuvait des trombes d’eau) que je l’ai regardé partir pour la première remise de diplôme de sa carrière (si on omet son certificat têtard-en-plomb en natation). C’était un événement mondain, il fallait s’habiller. Il a donc accepté de se coiffer, il a mis une jolie chemise blanche propre, une veste de costume noire très classe (c’est moi qui l’ai achetée, malgré les cris d’épouvante de L’Ado ), un jean râpé et des converses. Il s’est aussi aspergé de parfum, on ne pouvait pas s’approcher à moins de 5 mètres sans masque à gaz. Évidement, j’ai ri. Du coup, il s’est bêtement vexé et a refusé que je fasse une photo. C’est malin. J’ai quand même prévenu Maricheri qui devait aller le chercher en rentrant du boulot, tu verras, on dirait toi en petit dans les années 80. Le père et le fils étaient outrés, L’Ado parce qu’il est persuadé d’être original, Marichéri parce que pas du tout, il n’a jamais ressemblé à ça, c’était très différent. Lui, il avait des docs (Il en a toujours d’ailleurs).

Comme je suis une mère dévouée, j’ai questionné L’Ado dès son retour. C’est important de taper sur les nerfs s’intéresser à la vie de ses adolescents, je suis sûre que ça leur fait plaisir. C’est juste qu’à cet âge, on est très pudique, on ne sait pas comment montrer quand on est ému. Et puis de toutes façons, c’est moi qui commande, non mais! Je suis plus têtue que lui, il n’a aucune chance de m’échapper. J’ai donc enquêté pour connaître le déroulement des festivités.

Ça a commencé par des retrouvailles par classe, dans leurs anciennes salles d’études avec un petit goûter. Forcément, tout le monde n’est pas parti au lycée, ils ne se sont pas vus depuis trois mois, une éternité pour des ados. Ils ont des choses bouleversantes à se raconter, quoi. Meuh. Ensuite collège catho oblige, (et je cite L’Ado) ils ont été obligés de se taper une messe, c’est carrément fasciste. Heureusement, L’Ado a pu s’occuper à digérer son gouter. Il soutient qu’il ne s’est pas endormi, mais j’ai de gros doutes. Au moins, il n’a pas mis le feu, comme la seule et unique fois où il a fait enfant de cœur et où il a réussi à incendier son aube en faisant tomber un cierge. Ensuite, les heureux diplômés ont été appelés par ordre alphabétique pour recevoir leurs certificats devant l’assemblée en délire, dont des profs, quelques parents égarés et des élèves (Pre Ado a refusé d’y aller, toujours à cause de la pluie, et parce que son frère lui a promis £5 si il restait à la maison. A mon avis, Pre Ado aurait pu négocier plus). On n’a pas un seul diplôme en Angleterre, comme pour le bac mais un par matière réussie. Sans vouloir me vanter, L’Ado est revenu chargé comme un mulet avec un tas de papiers.

Avant de quitter définitivement le collège , les anciens doivent laisser quelques mots philosophiques pour l’édification de leurs petits camarades, des paroles d’encouragement, pour les guider vers une brillante réussite scolaire. Certains les ont encouragés à toujours faire de leur mieux, d’autres ont expliqué pourquoi ces années de collège furent les meilleurs de leur vie (je rappelle qu’ils ont en moyenne 16 ans, pas 96!), bref tous se sont fendus d’un message émouvant et chargé de sens pour la postérité. L’Ado a laissé ces mots impérissables pour les générations futures: « waffles are just pancakes with holes » (Les gaufres sont juste des pancakes avec des trous). Finalement, je ne regrette pas de ne pas y avoir été.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pomdepin 8143 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines