Magazine Culture

La nausée, par La Canaille

Publié le 25 novembre 2014 par Onarretetout

La-Canaille-La-Nausée1

La Canaille, c’est aussi un groupe, du rap, des paroles à écouter, de la révolte. La nausée, c’est l’album qui vient de sortir, une nouvelle définition de La Canaille, « un cri qui sort de nulle part », « une promesse, mieux : une menace ». La Canaille évoque la vie de ces gens qui « ne gaspillent pas » et qui voudraient, malgré que ce soit difficile, « encore un petit peu », un petit peu de vie, et pas dans « une maison de maltraite »… Il y a aussi ce voisin, Omar, avec qui « on échange le temps d’une cigarette », « surtout la nuit », ce voisin déchiré qui demande à respirer, qui est « dans le fond de la bouteille »… Les textes dénoncent « Pornoland », la misère sexuelle exploitée, la femme « proie de choix pour les squales », « la femme tourmente »… Ils affirment une « identité qui ne sera jamais nationale ». 

« Je ne suis qu’un rappeur et là je ne rape même plus », dit Marc Nammour. Il faut l’écouter : « Quelque chose se prépare ». 

Et si vous allez jusqu’au bout de l’album, vous entendrez la voix de Jacques Brel, fustigeant la bêtise, « sorcière du monde » : « La bêtise c’est un type qui vit et se dit ça me suffit et il ne se botte pas le cul tous les matins en disant c’est pas assez, tu ne vois pas assez de choses, tu ne sais pas assez de choses… C’est de la paresse au fond la bêtise, une espèce de graisse autour du coeur, de graisse autour du cerveau ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine