Magazine Musique

Underground Time ! Lorraine Cross

Publié le 25 novembre 2014 par Metalosphere @metalosphere

Vous n’aurez pas l’Alsace mais la Lorraine. Et pas d’histoire de fusion de région ici. Underground Time est un monde à part. Cette fois j’éteins mon téléphone. Et … et … Ho bonjour bienvenue dans Underground Time !


Bonjour les Lorraine Cross faites comme chez vous. Vous êtes dans Underground Time ! La première c’est toujours la même.

Une présentation des membres. 

Guillaume : Nous avons Tony au chant, Paul et Flo aux guitares, Thomas à la batterie et votre humble serviteur, moi-même, à la basse. Sans oublier bien évidemment Katia notre manageuse !

Mais comment l’oublier !

Guillaume : En effet pour l’oublier il faudrait le faire exprès ! Ou être fou. Ou aveugle. Ou les deux.

Pour entrer dans votre univers je souhaite revenir sur le nom du groupe. 

Quel est pour vous le sens de Lorraine Cross ?
Vous êtes de cette région ?

Guillaume : Ah non, absolument pas ! Mais rassure-toi on nous le demande souvent. En fait c’est Lorraine Cross par rapport au symbole « Croix de Lorraine », pas par rapport à la région. On avait envie d’un nom puissant, héroïque, et en référence à notre histoire donc on a choisi la célèbre croix des Résistants et Maquisards de la Seconde Guerre Mondiale. Mais bon ils auraient quand même pu appeler leur croix « Croix de la Liberté » ou un truc du genre, tu ne crois pas ? Ca nous aurait évité bien des confusions !

« Croix de la Liberté » ça sonne bien oui. Mais Lorraine Cross c’est bien aussi. C’est un symbole.

10262217_494276117365438_5137350974859903280_n image-5241

Il est l’heure de parler du plus important.
Dans quelle catégorie se place votre musique ?
Quelles sont vos influences ?
Et surtout pourquoi avoir choisi ce style et pas un autre ?

Guillaume : Donc, on est dans le metal, ça, aucun doute. Ensuite, quel genre de metal ? Heavy Metal ! Metal « old school » quoi. Ce qui nous permet d’accélérer aussi un peu le tempo pour aller lorgner du côté du Speed Metal de temps à autres. Nos influences sont assez variées, mais les essentielles restent la New wave of British Heavy Metal (Iron Maiden, Judas Priest) et le Speed Metal teuton (Helloween, Running Wild).

On a choisi ces genres car ils sont à la fois rapides, rageurs, percutants mais ils restent mélodiques, entraînants, ou épiques. Nous préférons le chant medium / aigu, en voix claire typiquement heavy plutôt que le chant du metal actuel (growl, grunt) qui ne nous parle pas spécialement. En gros on a choisi ce genre, car c’est celui qu’on préfère écouter, et jouer, et composer par conséquent…

Certaines de mes questions sont maintenant réputées comme difficiles. En voilà une [rire]. Pour nos lecteurs qui ne vous ont jamais écouté. Comment présenter votre musique ?
Comment les encourager à écouter ?

Guillaume : Comment la présenter ? Eh bien il y a à Toulouse un groupe de cinq passionnés du metal « old school et qui essayent de redonner un peu d’énergie à ce bon vieux metal d’avant qu’on aimait tant…Ce groupe va sortir un album l’an prochain, et on pense qu’il y a des morceaux qui vous plairont, en tout cas nous on les a écrit en y mettant tout notre cœur de passionnés alors soutenez-noooous !!!

Tu me tiendras au courant !

Guillaume : Bien sûr nous n’y manquerons pas ! On avertira un maximum de personnes, avec une préférence pour ceux qui nous auront donné la chance de nous exprimer au stade de notre seule démo. Donc oui, on te tient au jus.

Quel sont les sujets abordés dans les textes ?
Cela vous tiens à cœur ?

Guillaume : L’avantage du Heavy Metal, c’est que c’est un genre très varié dans les thèmes abordés. Contrairement à ce que les gugus moyens qui ne connaissent pas le metal imaginent, c’est pas Satan par ci et Satan par là. D’ailleurs celui là on le laisse où il est et c’est très bien comme ça ! On veut être un groupe qui parlera d’un tas de choses…D’œuvres littéraires qui nous ont plu – plutôt des trucs aventureux ou fantastiques pour rester dans le trip-, d’épisodes historiques, de sujets de société, éventuellement environnementaux par exemple. Sur le premier album le thème sous-jacent est plutôt militaire. Et il y a bien sûr un morceau en hommage aux Résistants de la Seconde Guerre Mondiale. En s’appelant comme ça, on allait pas leur faire le coup de les oublier, quand même !

Un moyen pour nos amis lecteurs d’écouter Lorraine Cross ?

Guillaume : En attendant l’album, en effet les heavy-métalleux peuvent se procurer une démo 6 titres qu’on a fait chez Olivier de Dismalsound à Albi (super sympa d’ailleurs, je le recommande à tout groupe voulant un bon ingé son à l’écoute, calme, patient, et bien cool). La démo est en achat « direct », il suffit de se rendre sur la page Facebook du groupe, et de nous demander la démo, en s’adressant à notre manageuse, et ensuite on s’occupe de l’envoi.

Dit-moi le groupe existe depuis combien de temps ?

Guillaume : Il existe depuis juin 2012 si mes souvenirs sont exacts. Mais le temps de trouver tous les musiciens et d’être enfin au complet, chanteur inclus (et trouver un bon chanteur de Heavy n’a pas été de la tarte) on peut dire que l’aventure n’a réellement commencé que récemment, mars de cette année 2014..

Une de mes questions préférées car les réponses sont toujours intéressantes. Quels sont vos meilleurs souvenirs de concert ?

Guillaume : Je dirais le dernier en date,  Le Petit Voisin  à Toulouse en compagnie des Heavy-métalleux « épiques » de The Slaughters et des Doomeux de Soyuz Bear. Très bonne soirée, très sympa, et surtout salle comble, public qui bougeait bien, qui réagissait. Pour l’instant on débute encore, on a pas encore une grosse expérience de la scène, alors voir comme ça le public réagir, répondre, vivre le truc avec nous, et bien c’est vraiment sensas !!! En plus les deux autres groupes étaient très sympas alors que demander de plus. Soyuz Bear a fait péter le limiteur de décibels je crois. Ah ah les Doomeux, tout dans la dentelle !

A propos des dates à venir ?

Guillaume : Pour l’instant plusieurs dates sur le feu, trois notamment. Mais je ne peux rien dire pour l’instant –non vous ne me tirerez pas les vers du nez – tout simplement parce qu’aucune des trois n’est encore certaine à 100 % même si c’est bien engagé. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’une de ces dates serait à Toulouse. Et comme vous êtes perspicace, vous avez déjà deviné que du coup, les deux autres ne seront pas à Toulouse ! Quelle clairvoyance ! Dès qu’on est 100 % certain, bien sûr on publiera l’information sur notre page Facebook.

Des remercîments à faire ?

Guillaume : Y’en aurait, des noms, de gens à remercier, tu n’imagines même pas ! La première personne que les 5 musiciens auraient envie de remercier, c’est notre manageuse qui se démène nuit et jour pour nous ! Sinon y’aurait Olivier de Dismalsound dont je t’ai déjà parlé, Stan W. Decker qui nous a fait notre logo, super illustrateur avec qui nous envisageons de travailler encore à l’avenir, M. Christophe Bailet, le grand spécialiste du Heavy Metal français qui a prodigué tant de bons conseils à notre manageuse avec beaucoup de professionnalisme, il y aurait aussi nos amis et familles, qui sont derrière nous, Yves Vanosmael le créateur de notre premier fan club – en Belgique je précise – ou encore Baptistin, le manager de Soyuz Bear, groupe avec lequel nous avons déjà partagé deux scènes, l’association Esprit Metal pour leur accueil et fraternité…et j’en oublie des tas. Mais qu’ils se rassurent ils seront tous cités en bonne et due forme sur notre album…

Je pense qu’il y en à forcément un pour votre manageuse qui se démène pour vous ? Elle n’est pas trop méchante, pas de coups aux visages des choses comme ça ?

Guillaume : Si ! Elle n’est pas seulement jolie, elle est également féroce, comme une panthère. Elle nous fouette, jusqu’au sang. Elle nous force à rester des heures debout sur des planches avec des clous et le pire c’est qu’elle nous dit que c’est pour notre bien. « C’est le métier qui rentre » il paraît…Enfin, on doit être maso car on en redemande.

971923_185205608321913_1243502175_n image-5242

Jolie j’avais remarqué. Toi aussi il me semble ? [rire]

Guillaume : Ah ça, dans la mesure où c’est également la  demoiselle qui partage ma vie (et oui un mythe tombe, la Reine des Chips est en couple, une vague de suicide frappe les metalleux de France désespérés) j’ai pu observer cette adorable mais redoutable bestiole sous tous les angles !

Merci d’avoir répondu à mes questions. Il est l’heure de donner mon avis. Des guitares folles et c’est un plaisir, une voix qui sait donner le ton, j’approuve. Les fans de Heavy vont approuver aussi. Lorraine Cross c’est comme un enfant caché de Iron Maiden et Judas Priest. Euh … J’ai soudains une image bizarre en tête. Je parle bien musicalement !

Guillaume : Ah ah c’est vrai qu’imaginer l’enfant qu’auraient ensemble un Metal God Rob Halford et un Eddie the Head est assez…hmm disons on préfère qu’ils évitent ça ! It is the Painkiller of the Beast ! En attendant, un grand merci, ce que tu nous dit là nous fait bien bien plaisir. Merci pour ces questions ! Et je te dis à très bientôt, j’espère !

A très bientôt sur la Sphère !

La page du groupe https://www.facebook.com/LorraineXCross

 10730840_370573069785165_155126624476285650_n image-5243

Nick


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Metalosphere 677098 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines