Magazine Concerts & Festivals

Angus & Julia Stone/ The Staves - Cirque Royal, Bruxelles, le 24 novembre 2014

Publié le 24 novembre 2014 par Concerts-Review

Le billet de JPROCK :

1526094_671439796305955_1948274057932213050_n.jpg

Organisation:LIVE NATION

10388586_671439806305954_1578396598580411579_n.jpg

Deuxième soirée à Bruxelles ce lundi pour Angus and Julia Stone, les deux dates au Cirque Royal affichant complet.
Il est vrai que le duo australien a le vent en poupe et draine un public de plus en plus nombreux.
C’est donc l’occasion rêvée de voir ce que le frère et la soeur nous offrent en live et de constater si l’émotion est bien au rendez vous.
Incontestablement la réponse est oui…
La soirée démarre avec la prestation légère et assez jolie de The Staves, trois soeurs aux voix angéliques originaires de Walford en Grande Bretagne et qui répondent aux doux noms de Jessica Staveley-Taylor, Camilla Staveley-Taylor et Emily Staveley-Taylor.
Du folk agrémenté d’harmonies vocales très réussies sur un accompagnement dépouillé à la guitare ou au ukulélé du plus bel effet.
Décidément ce soir on officie en famille…

RM_TheStaves_Shot5_073.jpg


Mais les héros du jour sont bien sur notre duo australien Angus and Julia Stone.

10377539_671440259639242_7524008152054354413_n.jpg

Entourés d’un excellent band, Angus et Julia démarrent leur set avec le rythmé « A Heartbreak » suivi du mid tempo « Main Street « porté par la voix haute et lancinante de Julia tandis que la scène baigne dans un halo rouge sang.
Car ce soir les lights sont à l’image de la musique, tout en retenue et délicatesse.
C’est d’ailleurs sous un ciel étoilé de petites lumières blanches sur fond bleu que le duo nous interprète « For You « chanté à deux voix tandis que « Crash and Burn « chanté par Angus nous est livré dans la pénombre alors que Julia danse lascivement à ses cotés.
Musicalement c’est un sans faute et le son est excellent.
Place maintenant à un doux rythme reggae et à une voix nasillarde et charmante avec « Private Lawns ».Un léger frémissement se fait sentir dans la salle à l’écoute des premiers accords du hit « Big Jet Plane » dont on ne peut que constater la redoutable efficacité à se vriller dans votre cerveau pour ensuite ne plus vous lâcher.
Grosse ovation mille fois méritée d’un public conquis.
On change de rythme ensuite avec « Little Whisky » avant que Julia ne nous fasse vivre un moment de pure grâce avec son interprétation toute particulière de « You’re the one that I Want « , un des titres phares de Grease ( oui oui, la comédie musicale rock avec Travolta ! ) dans une version très personnelle méconnaissable et hallucinante.
Force est de constater que le charme de la jeune femme est indéniable et que son talent fait le reste.
« This is an old song « lance Angus tout en effleurant des lèvres son harmonica , et le duo attaque « Please You «.
10269375_671440116305923_4443104204191178507_n.jpg

Place ensuite au rythme entêtant de « Grizzly Bear « au refrain ravageur, avant que Julia ne s’installe seule au piano pour un titre écrit il y a longtemps au collège « Chocolate and Ciggies « que la salle écoute dans un silence quasi religieux.
Le public apprécie et partage en communion avec le groupe ces moments rares.
« Just a Boy » et « Heart Beats Slow « terminent en beauté un show magique de bout en bout.
La foule exige un bis et Angus and Julia reviennent on stage et se lancent dans une version de « Yellow Brick Road » réellement étonnante et bluffante.
Et c’est tout en douceur que le duo nous interprète « Santa Monica Dream « ultime souffle d’une performance qui nous a coupé le nôtre.
10388639_671440389639229_3101644052872262799_n.jpg

En résumé, une soirée magique belle comme un diamant dans son écrin dont le reflet scintille longuement dans la lumière…


Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34843 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte