Magazine Culture

Nouveautés séries – Automne 2014 – A suivre ou pas ? #3

Par Emidreamsup @Emidreamsup

Suite et fin des séries de cet automne qu’il faut ou non rajouter à votre to-watch-list…

Mulaney

Mulaney

John Mulaney, un apprenti comédien, souhaite perfectionner son art et mener sa carrière au niveau supérieur. Il rencontre Lou Cannon, véritable légende de l’humour, et se voit offrir un travail d’auteur comique. Si le job représente tout ce que John a toujours souhaité, il se révèle être un véritable cauchemar. Entre le stress de son travail et la culpabilité de ne plus être présent pour ses proches, le jeune homme ne sait plus où donner de la tête. Il peut néanmoins compter sur les conseils et l’aide de son voisin Oscar, un vétéran homosexuel de 71 ans qui a tout vu.

Voici une nouvelle comédie dont j’ai regardé le pilot par curiosité et sans grande conviction ou attente. Heureusement pour moi, parce que j’aurai été bien déçue. Ok, c’est sympathique, quelques répliques m’ont fait sourire, mais en dehors de ça, je n’ai franchement pas accroché. En plus, le côté rire enregistré (j’avoue ne pas savoir si la série a été tournée en public, mais ça fait vraiment rire en boite) m’a rapidement exaspéré vu qu’à chaque réplique il y en balance… Dommage, surtout que la présence d’Elliott Gould en septuagénaire homosexuel me faisait un brin envie, mais ça n’a pas été suffisant. JE PASSE !

Grantchester

Grantchester

En 1953, un jeune vicaire fait équipe avec un inspecteur de police pour résoudre des crimes dans la ville de Grantchester, située dans le comté de Cambridgeshire en Angleterre. Petit à petit, les deux hommes se lient d’amitié, tout en s’apportant mutuellement dans le travail.

Voici une nouvelle série policière made in UK. La particularité de celle-ci n’est pas dans le fait que le duo d’enquêteurs est constitué de deux hommes, mais plutôt dans le fait que si l’un d’entre eux est flic, l’autre est un homme d’église. Ce-dernier va d’ailleurs faire appel au policier suite à la confession d’une de ses ouailles. Bref, un homme d’église peu conventionnel dans un petit village d’Angleterre. Le tout est sympathique sans être transcendant. On accroche pour l’ambiance et les personnages (qui ne sont pas sans rappeler un poil Downton Abbey), mais ce n’est pas la série du siècle pour autant. Par contre, on appréciera les guests comme Rachel Shelley (Milah dans Once Upon a Time) dans le pilot. Du coup, je laisse de côté, car j’ai déjà beaucoup trop de séries en cours.

cristela

Les tribulations d’une jeune latino-américaine qui vit avec sa mère, sa sœur, le petit ami de celle-ci et leurs deux enfants, tout en suivant des études de droit. Elle vient de décrocher un stage dans une firme réputée grâce à une bourse scolaire et découvre ainsi un tout nouvel univers…

Voici un pilot que je n’avais aucunement prévu de regarder. Le pitch ne me tentait pas du tout. Et puis, j’ai vu que la série avait un peu buzzé sur le net suite à sa diffusion et que les critiques étaient enthousiasme, alors je me suis dit pourquoi pas… Et franchement, c’est plutôt fort sympathique et je me suis bien marrée. Ils osent y aller à fond dans leurs vannes et sarcasmes en tout genre. Le tout fonctionne pas mal, bon par contre, je ne sais pas encore si je tiendrais toute la saison (beaucoup trop de séries à regarder). Pour le moment, je continue.

The Affair

The Affair

Un beau jour, au début de l’été, Noah, un homme marié et père dévoué de quatre enfants, fait la rencontre d’Alison, une femme mariée elle aussi, qui pleure la mort récente de son enfant. Dès le premier regard échangé, le coup de cœur est instantané et partagé. Commence alors une relation adultérine qui détruira leurs mariages respectifs et aura des conséquences dramatiques pour chacun des membres de leurs familles…

Cette nouveauté, je l’attendais de pied ferme car elle marque le retour de Joshua Jackson sur le petit écran après la fin de Fringe. On plonge assez rapidement au cœur de cette famille qui va petit à petit imploser suite à l’infidélité du mari (Dominic West). Si le récit est plutôt linéaire, une rupture dans la temporalité est mise en place avec la présence de voix off (issues de ce qui semble être un interrogatoire) qui explique que tout ce que l’on voit fait en réalité partie du passé du personnage principal. On devient les témoins de ce récit, sans savoir encore comment celui-là se termine, même si on se doute que le tout a plutôt mal tourné. Surtout quand on fait un bon dans le présent. Autre jeu de narration, le fait de nous offrir les deux points de vu. Comme je l’ai dit on démarre avec la famille de Noah (West), puis au milieu de l’épisode, on repart avec le point de vue d’Alison (Ruth Wilson) L’ambiance, les techniques de narration et le casting rendent cette série vraiment intéressante. A voir !

Jane the Virgin

Jane, une jeune femme très pieuse, encore vierge, sur le point de se fiancer, se retrouve accidentellement inséminée artificiellement après une suite d’événements improbables. Elle porte l’enfant d’un couple dont le mari, suite à un cancer des testicules, n’avait plus qu’un seul espoir d’être le père naturel de ses enfants. Jane se trouve alors face à un dilemme : devenir leur mère porteuse, garder l’enfant puis l’élever comme le sien ou avorter ?

Alors ok le concept change clairement des autres nouveautés sitcom de cette année. Jane the Virgin est donc original, cependant, le pilot ne m’a pas plus emballé que cela. Le fait que l’héroïne trouve de l’aide dans une télénovelas ou encore la présence de la voix off apportent un décalage supplémentaire, mais pas l’humour escompté. Le tout un peu mou et c’est dommage car j’aurai vraiment aimé m’accrocher aux personnages. Mais là, même les quelques rebondissements éparpillés au fil du récit (le cancer du beau gosse, le passé mystérieux de Michaël, les tromperies des uns et des autres…) n’ont pas suffit à me convaincre. Peut-être plus tard, quand j’aurais plus de temps (ou plus rien à regarder), mais pour le moment, je passe.

Marry Me

Marry Me

En couple depuis six ans, Annie et Jake ne vivent toujours pas ensemble. Elle attend désespérément qu’il la demande en mariage. Le jour où il se lance enfin, rien ne se passe comme prévu. Et si ces ratés successifs étaient le signe qu’ils ne sont pas faits pour être en couple ? Le cap des sept ans s’annonce difficile, mais ils sont prêts à mettre toute la bonne volonté du monde pour le passer, en commençant par se fiancer…

Excellente surprise que ce pilot de Marry Me. Je me suis marrée du début à la fin. Cette proposition de mariage est juste énorme. J’ai vraiment hâte d’en découvrir plus sur ce couple complètement barge. En plus, je retrouve Ken Marino (Veronica Mars) et Dan Bucatinsky (Scandal) au casting et rien que pour ça, cette sitcom vaut le détour. Bref, vous l’aurez compris, Marry Me est un pilot à voir ! Cependant, le tout devient vite mou dans les épisodes suivants. Vraiment dommage. Je passe.

The McCarthys

Dans la grande famille McCarthy, catholique et originaire d’Irlande, on adore le basketball de génération en génération. Tous les enfants pratiquent ce sport, comme un hobby ou de façon professionnelle, sauf le fils gay, Ronny, dont le plus grand pêché n’est pas sa sexualité mais son envie de passer le moins de temps possible avec ses parents, ses frères et sa soeur. Le jour où il annonce qu’il quitte le domicile familial pour se consacrer enfin à sa vie amoureuse, son père lui propose de devenir le nouveau coach assistant de son équipe, à la surprise générale…

Encore une sitcom sur les relations familiales peu conventionnelles au sein d’une tribu originaire d’Irlande et obsédé par le basket ball, à l’exception de la mère et du dernier fils qui est gay. On a bien entendu le droit aux rires en boîte qui sont un poil trop omniprésent, quelques clichés sur les homos et des blagues que l’on sent venir de loin. On a la sensation bizarre d’être face à une sitcom des années 90. Ce côté vieillot n’est pas désagréable, mais ça ne suffit franchement pas à en faire la nouveauté à ne pas manquer. C’est pas foncièrement mauvais, mais c’est loin d’être réellement bon. Vous l’aurez donc compris, je passe.

State of Affairs

State of Affairs

Charleston Whitney Tucker, un agent de la CIA aux méthodes peu orthodoxes, a été recrutée directement par la Présidente des Etats-Unis pour devenir sa conseillère spéciale. Sa mission : prévenir les attaques sur le sol américain et cibler les menaces les plus critiques. De par sa position, elle est au centre du pouvoir. Une position qui crée des tensions au sein même de la Maison Blanche et qui allonge sa déjà longue liste d’ennemis…

Depuis son départ mouvementé de Grey’s Anatomy, Katherine Heigl s’était consacrée au cinéma et à son rôle de maman. Là voilà de retour en tête d’affiche d’une série qui s’avère être un mélange de Scandal et Homeland. State of Affairs tente cependant de se détacher de ses deux parents en se voulant un poil plus léger malgré un passif lourd et traumatisant pour notre personnage principal. Il faut être honnête passer après de tels monstres du petit écran n’est jamais évident. Alors du coup, les mystères viennent s’empiler les uns aux autres, donnant à la série de multiples couches à explorer au long de la saison. Cependant, s’amuser à partir sur différents voies n’est pas forcément la meilleure solution pour attirer un public. La série accentue aussi le woman power entre le personnage principal qui se la joue plus Olivia Pope que Carrie Mathison et le président des Etats-Unis qui est ici une femme afro-américaine. Alors oui, elle a du potentiel, mais je pense qu’elle arrive trois ans trop tard. J’avoue hésitez entre m’arrêter là ou donner une chance au second épisode…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Emidreamsup 951 partages Voir son profil
Voir son blog