Magazine Cinéma

La compilation de novembre

Par Darkstein
Obituary – « Visions in my Head » (Inked in blood, 2014) Un album de 2014 en financement participatif (je n’utiliserai pas le terme de crowdfunding) avec un son vintage (comprenez pas d’overdub comme on en trouve beaucoup aujourd’hui) et qui du coup laisse perplexe et fait penser à une production faiblarde. Mais diable que c’est groovy tout ça ! Les frères Tardy n’ont pas perdu la main.

Cannibal Corpse – « Nothing Left To Mutilate » (The Wretched Spawn, 2004) Un de mes titres préférés avec « Sentenced to burn » sur Gallery Of Suicide. Sur une mélodie au final presque radiophonique, la voix caverneuse de Corpsegrinder nous narre l’histoire de ce tueur qui dépèce sa victime, morceau par morceau… Brrr… Mais encore une fois c’est la scansion qui m’intéresse et surtout la conclusion de la chanson : « Nothing left… To mutilate » (aaaargh !) Sur un album comportant quelques morceaux très dansants tels « Decency Defy » ou « They Deserve To Die ».

Led Zeppelin – « Kashmir » (Physical Graffiti, 1975) Oui, bon, j’aurais pu choisir un morceau moins connu, mais, quoi, quand même, non ? On ne peut pas passer à côté ! Remise au goût du jour par P.Diddy dans son remix « come with me » pour le film Godzilla de Roland Emmerich, il reste un classique. Et ne venez pas me dire que ces hardos, c’est tous des barbares après ça !

Marilyn Manson – « Man that you fear » (Antichrist superstar, 1996) On aime ou pas, Manson, mais quand même, cet album, un vrai concept. Et ce morceau, comme le clip qui l’accompagne ! A noter, c’est rigolo, qu’en français on dit antéchrist, qui laisse penser à une antériorité dans la naissance (un peu comme dans La vie de Brian… Brian, tiens donc, le vrai nom de Manson est Brian Warner, c’est donc ça ! Cet album trouve son inspiration dans le film des Monty Python ! (ou pas)) alors qu’en anglais, c’est plutôt un contraire du messie quoi.

Jesus Lizard – « Gladiator » (Liar, 1992) Noisy, noisy (pas la ville hein). Premier contact avec Jesus Lizard, David Yow et ses braiements extatiques, Duane Denison et ses riffs syncopés, sur l’anthologie Bang! parue après dissolution du groupe. « You could see how she uses a gun… »

Everlast – « Anyone » (Love, War, and the Ghost of Whitey Ford, 2008) Un titre à la Lambchop pour un album surprenant, lorgnant encore plus sur le blues que ses prédécesseurs, avec une non moins surprenante reprise de « Folsom Prison Blues » de Johnny Cash.

Cypress Hill – « Trouble Seeker » (Rise Up, 2010) On retrouve l’amour de la bande à B-Real pour le métal sur ce morceau bien véner, accompagné par Daron Malakian (System Of A Down, Scars On Broadway). Du lourd !

Death in Vegas – « Death Threat » (The Contino Sessions, 1999) Un morceau tout en tension, avec cette litanie sifflée qui vous envahit…

Jesu – « Conqueror » (Conqueror, 2007) Prenez le temps, hein, c’est du post-metal / sludge / experimental. Ca éveille, qui dirait, un sentiment d’euphorie post-coïtale lugubre éthérée chtonienne, si vous me suivez. Bref, le Justin Broadrick qui est passé en éclair chez Napalm Death avant de se tourner vers un son plus pesant (entre l’indus de Godflesh et la transcendance de Jesu) s’en donne à coeur joie dans le labyrinthe musical.

DJ Shadow – « Six Days » (The Private Press, 2002) Un morceau découvert sur un remix duo avec Mos Def, rappeur dont je ne connais pas l’oeuvre mais que j’apprécie en comédien (vu dans 16 blocks et Be Kind, Rewind). DJ Shadow est juste une sommité avec une production d’une qualité émérite.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Darkstein 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte