Magazine Cinéma

Les souvenirs

Publié le 30 novembre 2014 par Cinephileamateur
Les souvenirs De : Jean-Paul Rouve.
Avec : Mathieu Spinosi, Michel Blanc, Annie Cordy, Chantal Lauby, Audrey Lamy, William Lebghil, Flore Bonaventura, Arnaud Henriet, Jacques Boudet...
Genre : Comédie - Drame.
Origine : France.
Durée : 1 heure 36.
Date de sortie : 14 janvier 2015.
Synopsis : Romain a 23 ans. Il aimerait être écrivain mais, pour l'instant, il est veilleur de nuit dans un hôtel. Son père a 62 ans. Il part à la retraite et fait semblant de s'en foutre. Son colocataire a 24 ans. Il ne pense qu'à une chose : séduire une fille, n'importe laquelle et par tous les moyens. Sa grand-mère a 85 ans. Elle se retrouve en maison de retraite et se demande ce qu'elle fait avec tous ces vieux.
Un jour son père débarque en catastrophe. Sa grand-mère a disparu. Elle s'est évadée en quelque sorte. Romain part à sa recherche, quelque part dans ses souvenirs…
Bande annonce française
"- Première question : Est-ce que votre mère est majeure ?
- T'énerves pas.
- On voit de tout nous ici.
- Une mère plus jeune que son fils, t'as déjà vu ça, toi ?!?"

3.5
Les souvenirs
Avant que mon cinéma ne propose une avant-première du film "Les souvenirs", je n'avais jamais entendu parler de ce projet cinématographique. Assez curieux de nature, je dois bien avouer malgré tout que ma principale motivation pour me déplacer en salles a été la présence parmi nous de Mathieu Spinosi mais surtout de Jean-Paul Rouve que j'apprécie énormément.
Et je n'ai pas été déçu du voyage. J'ai beaucoup aimé ce scénario écrit par Jean-Paul Rouve et David Foenkinos d'après le roman de ce dernier. J'ai d'ailleurs tellement apprécié que je lirais volontiers le livre d'origine pour découvrir un peu plus cet auteur. J'ai été touché par ce voyage initiatique dans nos souvenirs qui ne sont jamais traité ici avec nostalgie mais plutôt avec une certaine tendresse afin de nous faire profiter du moment présent. Il s'agit ici d'un film que j'appelle "j'aime la vie" comme je les aime et qui a su me faire transporter avec lui.
Ici, pas de surenchères, pas de recherches de style mais la vie tout simplement avec son début et sa fin. Si de prime abord, le long métrage semble évoquer la mort qui approche et la disparition des êtres chers, c'est avant tout un film qui nous rappelle à quel point notre passé est important pour construire notre présent et à quel point nous avançons tous à notre façon. En plus de sa tendresse, le film possède également un humour assez fin que j'ai bien aimé et qui a su faire mouche. A part une ou deux scènes un peu surréaliste (comme celle de la station-service), c'est aussi la crédibilité du récit que j'ai apprécié, cette façon de nous montrer la vie dans toute sa simplicité et sans artifices ce qui fait que malgré la présence de très grands comédiens, on s'identifie très vite à ses différents personnages pour qui on a pas mal d'empathie.
Ces grands comédiens justement en tout cas, ils font le job à commencer par un Michel Blanc excellent en père de Romain. L'acteur à vraiment su gagner en maturité au fil des années (il est bien loin le Jean Claude Duss ^^ ) mais tout en gardant sa folie, il y a une consistance en lui que j'aime beaucoup. Paumé, j'ai aimé le voir se recherché ici dans un cap de la vie qu'il a du mal à franchir. Il forme d'ailleurs un très bon duo avec Chantal Lauby en mère de Romain que j'aurais bien aimé voir un peu plus d'ailleurs. Le couple fonctionne et montre des choses très intéressante.
Le jeune Mathieu Spinosi en Romain est lui aussi très bon. D'accord, il peut sembler peut-être un peu lisse, sans doute un peu trop parfait, mais l'acteur réussit quand même à bien l'incarner sans jamais être ridicule. Au final, c'est peut-être même lui le plus adulte de tous et c'est un point de vue que j'ai trouvé intéressant. Il forme un excellent duo avec Anny Cordy qui interprète la grand-mère. Cette dernière est remarquable et prouve qu'elle a encore de très belles choses à nous montrer. J'ai été très touché par ce personnage et j'ai aimé la vision que son rôle peut avoir sur la maison de retraite et la famille qui cherche plus à se rassuré qu'autre chose, préférant parfois confiant à d'autres la responsabilité de leurs proches même quand ce n'est pas nécessaire.
Sans rentrer dans le débat (chacun se fera sa propre opinion à ce sujet), je partage en tout cas pas mal le point de vue de Jean-Paul Rouve et la discussion qui a suivi avec lui après ma projection d'un peu plus d'une heure fut fort intéressante car je me suis rendu compte que j'avais quasiment le même regard que lui. Après le film ne traite pas de ce sujet dans le fond mais il peut amener à une réflexion chez le spectateur et le pousser à avoir son propre avis.
Le reste de la distribution fait du très bon boulot aussi. Parmi les rôles secondaires, on retiendra la très bonne Audrey Lamy en directrice de maison de retraite qui vit un peu dans son monde ou encore Arnaud Henriet dans la peau du policier (ce n’est pas avec ce film que le cinéma français va faire passer ses forces de l'ordre pour des personnes intelligentes...). J'ai été charmé sinon par Flore Bonaventura qui incarne Louise tandis que William Lebghil en Karim m'a fait énormément rire à chacune de ses apparitions (ceux à qui il plait dans la série "Soda" devrait fortement l'apprécier ici aussi ;-) ).
Dans sa réalisation, Jean-Paul Rouve n'est jamais dans l'excès. Il tente de donner la plus grande crédibilité possible à son récit en essayant de filmer la vie dans son plus simple appareil. Et ce n’est pas plus mal car c'est pour ça aussi que le film réussit à nous toucher. Je n'aurais rien eu contre un peu plus de folie ou de recherches dans les prises de vues mais cette simplicité s'avère malgré tout payante car on se concentre plus sur le fond que sur la forme de cette histoire.
Le montage est lui aussi très bon. On ne s'ennuie jamais, le film passe assez vite et même si l'issue finale semble prévisible, le film garde quand même son petit lot de surprises avec une scène de fin qui boucle bien la boucle à mes yeux. Les différents décors sont bien exploités, la lumière est plutôt bonne et l'ensemble reste très agréable à suivre. J'ai beaucoup aimé aussi la bande originale composée par Alexis Rault qui est utilisé avec parcimonie et n'étouffe jamais le film, nous fait jamais tomber dans un pathos gratuit et apporte quelque chose au long métrage. A noter que j'apprécie beaucoup aussi la reprise "Que reste-t-il de nos amours ?" interprété par Julien Doré.
Pour résumer, merci à mon cinéma qui m'a permis de découvrir en avant-première "Les souvenirs". C'est un très beau film que j'ai beaucoup aimé, qui m'a fait sourire, qui m'a ému et qui m'a fait passer un très bon moment. Ma note ressentie aurait même pu être un chouia plus élevé mais je la laisse ainsi car ça reste malgré tout un film "J'aime la vie" que je reverrais volontiers sans pour autant en abuser. Le genre de film qui se savoure, qui s'apprécie et qui nous fait encore plus profiter du moment présent une fois que l'on sort de notre séance. Un très beau petit film que je recommande en tout cas.
Les souvenirs
Les souvenirs



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines