Magazine Culture

Le livre de ma mère

Publié le 01 décembre 2014 par Pralinerie @Pralinerie
Ce mois-ci, le blogoclub est consacré à la figure maternelle. La lecture proposée était La promesse de l'aube de Gary, que j'ai déjà lu. J'ai donc pris le second sur la liste, ce roman d'Albert Cohen dont j'avais adoré Belle du seigneur
Le livre de ma mère
Ce roman est un poème empreint de lyrisme, un hymne à l'amour maternel. Le narrateur nous raconte sa mère. Elle n'est pas très jolie, elle parle avec un drôle d'accent. Enfin, elle était. Car elle est morte. Et maintenant qu'enfermée dans son cercueil elle ne peut plus veiller sur son fils, celui-ci prend conscience de son amour insurpassable, de son dévouement à toute épreuve. Et il regrette. Il regrette de n'avoir pas plus profité de cet amour, de ne pas l'avoir plus goûté et de lui avoir préféré des jolies donzelles. C'est la déclaration tardive et excessive d'un fils ingrat à sa mère adorée. C'est le moment où il réalise qu'il est désormais seul au monde, que personne d'autre que sa mère ne pourra jamais l'aimer autant. C'est le moment où il se sent coupable de vivre, de continuer à vivre malgré cette mort. Comment peut-il encore manger, dormir, écrire ? 
C'est à la fois déchirant sur le deuil, superbe sur l'amour et la solitude, drôle sur le jeu social. On y retrouve les thèmes chers à l'auteur et déjà mis en lumière dans Belle du seigneur : la superficialité et la vanité de l'humain, attaché à la jeunesse et à la beauté, les moqueries sur l'identité juive, ainsi que la variété de tons, du tragique au burlesque, etc. Par contre, ce livre ne se lit pas vraiment d'une traite, les lamentations de l'auteur sont un peu répétitives.
J'en garderai des citations comme "Chaque homme est seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte" ou "Qui dort, sinon ma mère éternellement, qui dort, sinon ma mère qui est ma douleur ? Ne la réveillez pas, filles de Jérusalem, ma douleur qui est enfouie au cimetière d'une ville dont je ne dois pas prononcer le nom, car ce nom est synonyme de ma mère enfouie dans de la terre" ainsi que des moments de craquages comme ses rimes sur les vaches "Une vache éprise Chante dans l'église D'un air lascif. Une vache andalouse Danse en bonne épouse D'un air chétif..." ou le Roméo au nez coupé. 
Et je sens que les billets des participants vont me donner envie de relire Gary...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pralinerie 1161 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine