Magazine Culture

Camille Loty Malebranche, le politique est mort, ne règne que le politicien plat, crapuleux...

Par Alaindependant

« Masses désarmées devant leur sort parce que désorganisées et débilitées par la propagande, cherchant désespérément par le bulletin de vote, à exprimer une souveraineté que les establishments – protégés et dissimulés par la kunée du système politico-économique de l’État prisonnier de leurs caprices, servis par le zèle infect de la plupart des chefs d’État et de gouvernement – ont longtemps déjà ôté du ressort des peuples.Nous vivons l’ère de la mort du politique auquel se substituent des figurants sur trône à la solde des banques, sans envergure personnelle. C’est littéralement la disparition de l’homme politique encore orienteur de conscience, les J. Carter, P. E. Trudeau, De Gaulle, sont d’un tout autre temps ! Aujourd’hui la peopolisation a supplanté la pensée et le spécialiste ou technicien (d’ailleurs souvent stipendié) a remplacé le penseur. La logorrhée d’économisme, le financiarisme soi disant rationnel pourtant tellement aléatoire des bourses, a éteint tout discours social. Le politique est mort, ne règne que le politicien plat, crapuleux sans autre perception de la politique que la prostitution de l’État aux establishments immondes contre la société. »

Camille Loty Malebranche est ainsi fidèle à lui-même, et c'est pourquoi nous aussi continuons à apprécier sa dénonciation de la prostitution de l'Etat, entre autres...

Michel Peyret


Le temps des pitoyables chefs: mort de l’homme politique

Par Camille Loty Malebranche

725813888


Aujourd’hui, les establishments choisissent les pires bouffons pour « diriger » les pays, ou plutôt pour faire de la figuration dirigeante à la tête des états. Mimésis terrible, déroutante pour les peuples, dénaturante de la politique qui était jusque là, champ d’action du politique pensant au pouvoir, du politique qui projette et réalise les tendances et vœux sociaux représentés !

D’insignifiants farceurs font le pitre au nom de la petite classe du pouvoir: ici, un président de la gauche droitière, là, tel premier ministre matamore pseudo-nationaliste, tous associés à la bancocratie mondiale, au sionisme international, alors que certains utilisent des terroristes quand cela sert les intérêts macabres de leur géopolitique.

Tous incarnent une sorte de droite extrême interventionniste, tendant à un terrorisme d’État inavoué. Nous vivons dans la faune politique, en occident à tout le moins, ce que Nietzsche appelait « les temps des derniers des hommes ».Pourquoi alors des chefs d’État payés et honorés s’ils sont tellement veules, inconsistants et félons des espoirs des votants? Pourquoi accepter, par des élections, de faire changer de masques sans changer de face à un système!?

Nous répondons que c’est pour qu’il y ait des  farceurs à faire l’histrion au spectacle niais et débile de la gouvernance fantôme, au nom des establishments ploutocrates. Car c’est un ludique que de se moquer de tous en leur prenant tout ! Le politicien est aussi un bon paillasson sachant bien jouer le rôle d’éponge des oligarques en face de la société. La fonction présidentielle, en effet, a perdu son prestige et surtout son sens et sa vraisemblance ; et avec lui, la dignité et la moralité étatique sont savamment éclipsées puisque l’État est accaparé par la mafia officielle autorisée des establishments financiers et des multinationales qui, les uns et les autres, lui imposent leur férule et font tout pour réduire ledit État au strict stade répressif de gardien de leur ordre économique au dédain du social.

Dans cette perspective, où l’État décideur est valétudinaire voire moribond parce que manipulé pour l’effacement et prostitué à l’économie triomphante, où le monde s’oriente vers un statut de marché gouverné par les aléas boursiers, où les états sont de plus en plus des sortes de succursales des multinationales ; la démocratie n’est plus l’expression des libertés populaires mais la légitimation des choix économiques de l’oligarchie ploutocratique mondiale qui justifie l’ère de l’économisme planétaire derrière les leaders votés par les masses espérant le changement à leur misère. Masses désarmées devant leur sort parce que désorganisées et débilitées par la propagande, cherchant désespérément par le bulletin de vote, à exprimer une souveraineté que les establishments – protégés et dissimulés par la kunée du système politico-économique de l’État prisonnier de leurs caprices, servis par le zèle infect de la plupart des chefs d’État et de gouvernement – ont longtemps déjà ôté du ressort des peuples.Nous vivons l’ère de la mort du politique auquel se substituent des figurants sur trône à la solde des banques, sans envergure personnelle. C’est littéralement la disparition de l’homme politique encore orienteur de conscience, les J. Carter, P. E. Trudeau, De Gaulle, sont d’un tout autre temps ! Aujourd’hui la peopolisation a supplanté la pensée et le spécialiste ou technicien (d’ailleurs souvent stipendié) a remplacé le penseur. La logorrhée d’économisme, le financiarisme soi disant rationnel pourtant tellement aléatoire des bourses, a éteint tout discours social. Le politique est mort, ne règne que le politicien plat, crapuleux sans autre perception de la politique que la prostitution de l’État aux establishments immondes contre la société.

Mais la question pertinente est : que font les peuples contre ceux qui leur reprennent peu à peu tout ce que leurs parents des siècles derniers ont acquis par le militantisme discursif, par le fusil, par le syndicalisme!?

Le blâme des horreurs de l’histoire, tel le nazisme, cache pernicieusement la vérité des horreurs présentes et actuelles de la souffrance multiple infligée par l’économie. L’écologisme, cette singerie de la vraie politique écologique à mener et qui sévit dans toutes les propagandes people, a supplanté – dans les talk show, les documentaires officiels et les bulletins d’information – les vrais débats sur ce qu’il faut appeler l’étiologie de l’écocide contemporain c’est-à-dire les causes socio-systémiques du mal du mode de vie socioéconomique dévorant l’environnement, dénaturant le mental des humains que le système réifie en les instrumentalisent pour enrichir quelques-uns.

Seuls les peuples, parce que seules forces capables de freiner le désastre multiple, peuvent décider la fin des aberrations de la démocratie oligarchique des ploutocrates.

Je dis qu’il ne faille pas désespérer des peuples et de leur possibilité de rebond!

Gare aux groupuscules prédateurs obnubilés et aveuglés sous les toitures d’or de leur pouvoir sans se soucier de la fragilité de leur base inhumaine. Gare aux prédateurs de l’humanité qui sous-estiment la puissance de possible réplique de la proie humaine. Gare à ces oligarques sans foi ni loi qui oublient la noblesse révolutionnaire de l’humanité manifestée tout au long de l’histoire quand les humains sont poussés aux confins par des impostures systémiques et oligarchiques!

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

- See more at: http://www.oulala.info/2014/11/le-temps-des-pitoyables-chefs-mort-de-lhomme-politique/#sthash.NsnXQynW.dpuf


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alaindependant 70792 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte