Magazine Culture

Free Broken Teeth, free to return to mob business

Publié le 01 décembre 2014 par Diana
Free Broken Teeth, free to return to mob business He’s back ! Back in Business comme EPMD. Alexandre Lebrun est allé se planquer sous sa table de massage, les chinois de Belleville attendent bouche bée et les autorités internationales ne savent pas encore sur quel pied danser, Wan Kuok-koi alias "Dents Cassées", gangster le plus fragrant et tape à l’œil de la deuxième partie des années 90 est sortie de prison, et ce, après quatorze années à faire les cent pas dans sa cellule. (1)
He’s back… OK, il n’est pas sorti récemment. Il n’y a qu’à faire un tour sur sa page wiki pour apprendre qu’il recouvrait la liberté le 1er décembre 2012. Peu importe, vaut mieux tard que jamais. M.I.A. investigation (après le reportage-écrit Triades sur Paris) se penche, pour sa deuxième bougie loin des barreaux sur le mafieux le plus craint de… Macau !
Tandis que les revenus des casinos se portent on ne peut mieux dans l’ex-enclave portugaise (la STDM du père Stanley Ho a vu débarquer de sacrés concurrents depuis la fin du monopole en 2002), Wan Kuok-koi se refaisait une petite santé à base de brioche humaine (que les faits divers sont appétissants à Macau (2)), lui qui devait être injustement privé d’entrée de territoire à Singapour. Il semblerait que son casier judiciaire ne plaise aux autorités de la ville-état. On sait de source sûre (tous les journalistes ont une source, même ceux qui ne le sont pas) que Wan Kuok-koi cherche à s’exiler dans une ville de l’Asie du Sud-Est. Il faut dire que l’incarcération l’a rendu quelque peu bougon et revanchard. Une condamnation perçue par sa famille comme un crime de leste majesté. Il faut dire, encore et toujours qu’il n’aura à l’époque que peu profiter du ramdam autour de la sortie de son film, Casino (1998) qui aurait dû le porter au firmament. Il a au moins assisté à la première, c’est déjà ça. Depuis, il se cache on ne sait où.
Revenons quelques mois en arrière. Wan Kuok-koi préparait sa sortie de prison, révisant les statistiques de la récidive légale et se faisant l’intégrale de The Wire (created by David Simon) pour bien avoir en tête Barksdale, String, Omar et Marlo Stanfield, et ainsi éviter de reproduire les mêmes erreurs. De sa cellule bétonnée avec jacuzzi de Coloane, il organisait l’attaque, par six de ses hommes, armées de machette et barre de fer contre Ng Man-sun, le Amax’s chairman / CEO / largest shareholder (yeah baby) premier du nom. Histoire de mettre la pression, l’attaque ne consistait pas à le tuer, non, juste à grièvement le blessé avec quelques tendons coupés. Tin-tin-tin… mais comment ?! Surtout, pourquoi ?! (3) Free Broken Teeth, free to return to mob business
Très vite, et parce que la toute grande et puissante RPC ce n’est pas l’administration portugaise corrompue cinq hommes sont arrêtés suite à cette attaque. Des hommes de Wan Kuok-koi, dont l’un de ses bras droit, ex-policier tombé en même temps que lui en 1998 et condamné à dix ans de prison en 1999, j’ai nommé Arturo Chiang Calderon. (4) La police chinoise se doute que Wan Kuok-koi leur fait à l’envers en cachant son petit jeu, et qu’il prépare son business plan de sortie de taule. Et le jour J, il sort tranquillou, l’air de rien, se met dans une Lotus blanche (on passera sur la métaphore) et se casse manger ses brioches humaines.
Au passage, notons que le frangin de Wan Kuok-koi aimerait le voir partager ses affaires de junket. Kezako ? Je vais tenter de l’expliquer sans me ramasser les pieds sur le tapis (rouge sang). Un junket passe un contrat avec des exploitants de casino pour leur ramener des clients VIP qui jettent leur argent sur le tapis (vert) des salles tout aussi VIP. Il réalise donc la promotion de l’activité et touche une commission. Cette fonction est comme vous pouvez l’imaginer contrôler, notamment avec l’obtention d’une licence valable durant une année civile et renouvelable. (5) Mais il n’en veut pas Wan Kuok-koi qui, avec son avocat dit à qui le veut qu’il s’est rangé des voitures.
Que nenni, voyez-vous ! Parce qu’une fois que Wan Kuok-koi est dehors. Une fois qu’il fête le petit Jésus et le Nouvel An grégorien, voilà que nous sommes en 2013, l’année du serpent. Et pour un mec qui est surnommé "Dents Cassés", on peut vous dire qu’il a les crocs bien acérés. Sa famille qui possède déjà 6 à 7 salles de jeu VIP dans divers casinos se lance dans l’ouverture de 3 nouvelles salles. Stupeur dans la foule ! Il y revient à sa salle VIP, ces mêmes salles pour lesquelles la 14K et les autres triades se trucidaient en pleine rue avant son arrestation. 3 nouvelles salles VIP mais où ? Des six concessionnaires de casino connus, on ne le sait. Silence. (6) Les secrets de polichinelles sont partout, même pour ce malfrat qui s’affichait il y a quelques années dans les pages de TIME magazine avec sa voiture de luxe italienne mauve. 
N'empêche pour un mec qui veut raccrocher, notez bien avec qui il vient de s'associer : Christine Si Tou Yuk Lin alias "Big Sister". Et là vous me dites : What ?! Who ?! Je vous affranchis. Elle est une figure importante dans le business. Attendez, ce n'est pas tout. Elle est surtout l'ex-nana de Ng Man-sun. Vous savez, le mec là, le Amax's chairman / CEO / largest shareholder qui s'est fait découper les tendons des bras et des jambes...
Free Broken Teeth, free to return to mob business Vous êtes prévenus. Wan Kuok-koi alias "Dents Cassées" is back in business.
I.D. (1) "Broken Teeth" release (2) Brioche humaine (3) Agression de Ng Man-sun  (4) Hommes de "Broken Teeth" arrêtés (5) Rules on Junket Operations in Macau (6) "Broken Teeth" back in business ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Diana 569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine