Magazine Culture

Alaska - Melinda Moustakis

Publié le 02 décembre 2014 par Manu17
Traduit de l'américain par Laura Derajinski

Alaska - Melinda Moustakis
L’Alaska, ses grands espaces, ses montagnes, ses rivières. Une terre dont la beauté n’a d’égale que la rudesse. Une terre où la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Naitre sur les terres d’Alaska, c’est s’accrocher, pour survivre, ou mourir.
Et puis, il y a ses habitants. Ou plutôt cette galerie de personnages que l’auteure choisit de nous dépeindre. Sur plusieurs générations, une étonnante famille de pionniers, pêcheurs, chasseurs, aussi rugueux que peuvent l’être certains coins de cette nature. Âpre, sauvage, une nature qui se mérite. Comme se mérite cette lecture.Comme l'hameçon qui se fiche dans le doigt, on est accroché par l’écriture de Melinda Moustakis qui nous agrippe et ne nous lâche plus. Pas de fioritures. C’est direct. C’est authentique. Souvent féroce. Ça sent la vie, la vraie, dans toute sa brutalité et c’est ça qui est bon. 
Alaska se compose d’un ensemble de textes oscillant entre le billet, la chronique et la nouvelle. La nature, les hommes, leur quotidien, des thèmes qui interagissent entre eux et d’où découle une telle unité qu’on a le sentiment de lire un roman, une nouvelle forme de roman.
Du coup, de par sa structure, les phrases défilent. Les pages se tournent à toute allure. On est pris par le rythme de l’auteure. On avance dans la lecture à la même vitesse qu’on descendrait les rapides de Kenai Canyon. Une lecture au rythme de la nature. Pas toujours de tout repos.
Alaska - Melinda Moustakis
"L'enfance, une partie de cache-cache. Ils ne lui demandaient jamais de quoi elle se cachait. La vérité, c’est qu’il y a des grizzlys, il y a des poings, des bouteilles et des ceintures. Il y a des choix : faire le mort ou se cacher."
"Un homme et son fils sont dans une mauvaise passe. Ils dérivent sur la Kénai à bord d'un raft. Aucun n'a envie de parler. L'homme a emmené son fils dans l'espoir qu'ils trouvent enfin les mots. Ils ne trouvent ni les mots ni les poissons."
"Quel est le son d'une rivière? Berges qui se dissolvent? Galets qui disparaissent? La Kenai est une nuance de poussière. Sous les jupes de l'île, les marées de la rivière se retirent, emportent les branches, les bâtons et la boue qui tournaient dans les tourbillons. Des entrelacs de clair bosselée et décomposée flottent en délicates gouttes visqueuses."
"Mais il réplique que la pêche est sa seule religion, que la rivière est une sorte de dieu - elle te noie comme une merde, que tu sois un aigle ou un putain de moustique, ça ne fait pas la moindre différence, rien n'est jamais fait à moitié."
"Dehors, la neige tombe en tourbillons paresseux, une poudre qui atténue tous les contours et atténue la cime des arbres." 
Alaska - Melinda Moustakis  
  Un grand merci aux Éditions Gallmeister pour ce dépaysant voyage !
Alaska - Melinda Moustakis
 Gallmeister ISBN 978 2 35178 080 0210 pages2011 / 201422,50€ 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Manu17 1424 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines