Magazine Culture

Vancouver, labo ecolo

Publié le 08 décembre 2014 par Aelezig

04

Article de Lexpress.com - Novembre 2014

Vancouver s'est donnée pour objectif de devenir la ville la plus verte du monde à l'horizon 2020. Coincée entre les Rocheuses et l'Océan pacifique, elle n'a eu d'autre choix que d'innover en matière environnementale. Plongée au coeur d'un laboratoire urbain unique en son genre. 

Du sommet de Grouse Mountain qui culmine à 1200 mètres, c'est une évidence. Les pistes enneigées emportent le regard jusqu'à la ville.Vancouver, ses gratte-ciel qui semblent barboter dans les eaux bleues du Pacifique et son poumon vert, le Stanley Park. Ici, plus que n'importe où ailleurs, les hommes et la nature ont dû s'apprivoiser. Pas le choix. Le cadre est splendide mais, revers de la médaille, la barrière des Rocheuses rend le terrain rare pour les 2,3 millions d'habitants de l'agglomération de la côte ouest. 

z01

Avec une densité de 5249 habitants au kilomètre carré, la capitale de la Colombie-Britannique est la ville la plus densément peuplée du Canada. Par la force des choses,Vancouver est donc devenue un véritable laboratoire urbain de la question environnementale. Depuis 2008, la ville est aussi dirigée par Gregor Robertson (NPD), élu sur un programme à coloration très verte. "Il y a ici une culture, une conscience écologique unique que nous partageons avec des villes comme Portland ou Seattle", affirme Sean Pander, responsable de la commission Développement durable de la mairie de Vancouver. 

C'est l'esprit du "Pacifique Nord Ouest". " Déjà, dans les années 1960, à contre-courant de l'idéologie de la voiture reine, des centaines d'habitants protestent contre le projet d'autoroute qui doit traverser la ville. Ils obtiennent gain de cause. Le vent de la révolte souffle sur la ville. 1971, port de Vancouver. Un groupe de pacifistes écologistes embarque sur un vieux rafiot. Leur but : empêcher les essais nucléaires américains en Alaska. Les Etats-Unis reculent devant ces guerriers d'un nouveau genre. Ils n'ont pas encore de nom mais ils viennent d'inventer une nouvelle forme de combat qui mêle action et non-violence. 

Un an plus tard, ils deviennent la Green Peace Foundation. Aujourd'hui, le siège de la célèbre organisation se trouve à Amsterdam. Mais la tradition militante se poursuit, notamment avec la fondation David Suzuki. Depuis 1990, celle-ci se bat en faveur de la protection de l'environnement avec une liberté de ton et de pensée qui dérange toujours. 

Un écrin naturel

Vancouver, berceau du militantisme écologique, est aussi une terre fertile pour les innovations scientifiques. Le principal campus universitaire bénéficie d'un écrin naturel à couper le souffle. Les étudiants de l'Université de Colombie-Britannique (UBC) n'ont qu'une route à franchir pour se retrouver sur l'une des plus belles plages de la région : Wreck Beach. Forcément, ça donne envie de se creuser la tête pour tenter de sauver la planète. 

z02

Ce qu'a fait un jeune Suisse, Mathis Wackernagel, qui a décidé, en 1990, d'entamer son doctorat à UBC. Son hypothèse de travail ? La capacité de régénération de la biosphère pourrait limiter le développement de l'économie humaine si celle-ci continue de la surexploiter. Autrement dit, si notre mode de vie occidental actuel était étendu à l'ensemble de la Terre, cela nécessiterait l'exploitation de plusieurs planètes. Or, aux dernières nouvelles, nous n'en avons qu'une. Pendant quatre ans, sous la direction du Pr William Rees, il a donc planché sur un moyen d'évaluer les pressions exercées par l'homme sur les ressources naturelles. Et a défini l'un des concepts révolutionnaires de la fin du XXe siècle : l'empreinte écologique. 

Aujourd'hui encore, le campus de UBC conserve sa longueur d'avance grâce au Centre de Recherches Interactives sur le Développement Durable (CIDD). De l'extérieur, cela ressemble à n'importe quel bâtiment de l'université, avec ses vélos sagement rangés le long du mur. Mais un cube de verre - sorte d'aquarium géant - intrigue le visiteur, dès l'entrée. Il est habité par une jungle végétale touffue. On s'attend presque à voir surgir une gueule d'alligator du bassin central. En fait, il s'agit d'un filtre géant qui purifie l'eau de pluie récoltée afin de la réutiliser pour les toilettes, par exemple. "Nous tenions à avoir cette installation dès l'entrée du bâtiment pour que chaque personne soit immédiatement consciente d'entrer dans un lieu différent, explique Ray Cole, le nouveau directeur du CIDD. Voir et comprendre les technologies incite à agir différemment. D'ailleurs, nous ne parlons pas d'"occupants" mais d'"habitants" pour qualifier celles et ceux qui utilisent les lieux." 

Le bâtiment modulable à l'infini est réputé pour être l'un des plus écologiques d'Amérique du Nord. Exemple de performance énergétique ? Une partie de la chaleur est récupérée chez le voisin, moins efficient, avant d'être redistribuée à l'intérieur du CIDD mais aussi chez ce même voisin. Le CIDD vit en synergie avec le campus. A l'intérieur, les volumes sont dessinés par une superbe structure en bois apparente. On y distingue de minuscules trous causés par les grignotages incessants de petits scarabées. Un fléau qui décime les forêts de Colombie-Britannique. Habituellement, ces troncs abîmés sont délaissés et finissent par pourrir, en libérant du dioxyde de carbone. 

Pas ici : le gaz reste emprisonné dans le bois utilisé pour la construction. L'efficacité environnementale est essentielle au CIDD mais elle prend tout son sens avec la notion d'interactivité. "UBC n'est pas la seule université à mettre en avant la recherche et l'enseignement sur le développement durable ou à construire des bâtiments verts, reconnaît le Pr Cole. Ce qui fait notre originalité est que nous lions les deux aspects. Aujourd'hui, nous sommes un centre de recherches avant d'être un modèle d'architecture écologique." 

z03

Ainsi, dans le grand auditorium aux allures de coque de bateau renversée, le confort et la clarté des lieux sont appréciés par les étudiants. Et ces derniers sont les sujets d'expériences concernant les bienfaits de l'environnement sur la capacité à appréhender un cours. "Mesurer le bien-être dans nos bâtiments écologiques, c'est le coeur de notre philosophie, avance Ray Cole. Le développement durable, ce n'est pas consommer toujours moins, comme on nous l'explique depuis trente ans. C'est avant tout faire beaucoup mieux avec un peu moins." Ou comment recycler un concept de manière positive. 

Une architecture verte

Les projets comme le CIDD ont l'oreille de la ville, qui, depuis 2011, a lancé le pari de devenir la cité la plus verte du monde en 2020. Berceau du green building mouvement qui milite pour une architecture écologique, Vancouver avait déjà pris un peu d'avance sur ses homologues canadiennes. En mars 2006, sur l'île Grandville, était inauguré le premier bâtiment durable du pays, The Light House Sustainable Building Centre. 

"Aujourd'hui, nos trois axes sont l'occupation de l'espace et l'urbanisme, les transports et la protection climatique", énumère Sean Pander, dans son bureau de la mairie. Concrètement, les initiatives peuvent parfois ressembler à des gadgets, comme la plantation d'arbres fruitiers dans les parcs et jardins publics. Ou être innovantes et bluffantes, comme le recyclage de la chaleur des égouts pour chauffer une bonne partie du nouveau quartier dit "durable" de Southeast False Creek. Véritable engagement politique ou argumentaire marketing pour se démarquer dans la concurrence féroce à laquelle se livrent les métropoles mondiales ? Rendez-vous en 2020. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines