Magazine Culture

7 raisons de partir voyager en croisière

Publié le 09 décembre 2014 par Alanlimo @ChristoChriv
Le MSC Divina arrive au port de Miami (©MSC)

Le MSC Divina arrive au port de Miami (©MSC)

J’ai toujours pensé que les croisières étaient un peu surannées, entre La Croisière s’amuse des années 80 et les retraités qu’on écoute blatérer des conversations sur les choses les plus évidentes de la vie ; un voyage tout compris, où l’on s’entasse comme des fourmis dans un palace flottant, en mettant pied à terre trois jours en trois semaines pour avoir bonne conscience.
 
Et puis, il y a quelques mois, MSC Croisières m’a contacté pour me proposer de faire une petite croisière tous frais payés. 

Evidemment, tout d’un coup, l’éventualité de voyager en croisière (au moins une fois dans sa vie) n’était plus si ridicule. Peut-être à cause de l’âge et des bosses de voyages du backpacker, peut-être à cause des galères de transports et d’hôtels, peut-être à cause des réveils (trop) matinaux pour choper l’avion le moins cher, je me suis dit : Chris, en fait, prendre des vacances où tu ne fais rien d’autre que te reposer, sans travailler, et sans te prendre la tête, ça pourrait-être pas mal.

Au final, MSC n’a jamais donné suite à la proposition en dépit de mon intérêt (c’est Adeline, de VoyagesEtc, qui est partie, la chanceuse) mais, à ce moment-là, quelque chose a fait « clic » malgré moi. 

J’aurais adoré faire un très grand reportage interactif sur l’univers des croisières ; une chronique quotidienne sur les différentes facettes du monstre marin qu’est un paquebot. Portrait du capitaine, coulisses des cuisines (comment gère-t-on un mois entier de vivres pour 4872 personnes qui ont le choix entre 140 recettes différentes par JOUR ?!), comment se fait le choix des destinations (sécurité, ravitaillement, tourisme …), quelles retombées économiques pour les villes qui voient passer des bateaux de croisière à leur quai, radiographie des passagers pour savoir qui est à bord, découverte des métiers plus ou moins insolites qu’on peut trouver parmi le personnel (astronome, pianiste, coiffeur …), etc. 

 Et puis, d’un point de vue personnel, je vois bien sept raisons qui m’auraient enthousiasmé à l’idée d’embarquer avec, disons, le MSC Orchestra (trajet Dubai – Perth) ou n’importe quelle autre croisière ( une semaine en Méditerranée, une semaine aux Antilles …).

Yacht Club Conciergerie du MSC Preziosa

Yacht Club Conciergerie du MSC Preziosa

1 – De vraies vacances plutôt qu’un voyage

Voyager avec un sac-à-dos, c’est quelque chose de fantastique. Mais c’est aussi, parfois, très éreintant ; et même si le jeu en vaut largement les chandelles, accumuler les heures de sommeil en retard et les repas cuisinés dans des conditions douteuses n’est peut-être pas l’idéal après onze mois passés à accumuler stress et fatigue au boulot.

Se lâcher et n’avoir à se préoccuper de rien, se faire dorloter par le personnel de bord (à bord d’une croisière, il y a un membre d’équipage pour 2,5 passagers !), ne pas avoir à cuisiner, à faire le ménage, ni même s’occuper de ses enfants qui bénéficient d’activités du matin jusqu’au soir dans des conditions où l’on a pas vraiment à s’occuper de leur sécurité, aller au SPA le matin et bronzer au soleil l’après-midi en regardant la mer, lire des bouquins face à l’océan, seul ou non, au calme ou pas. Pourquoi pas ?  

2 – Un prix pas si élevé

Une croisière n’est pas réservée aux plus aisés. Partir une semaine autour de la Méditerranée est possible pour 299 € par personne (voir lien précédent) ; même si la catégorie « Grands voyages » reste probablement celle qui fait le plus rêver.

Bon à savoir : pour les moins de 18 ans, accompagnés de deux adultes, la croisière est GRATUITE ! 

Pour le MSC Orchestra, départ de Dubai et arrivée à Perth, ce prix inclus notamment l’aller-retour au départ de Paris. La croisière en elle-même revient donc à environ 3000 €, soit 100 € par jour. Ce n’est pas tellement plus qu’un voyage « classique » où l’on paierait chaque nuit un hôtel trois étoiles (le standard d’une croisière) et les repas. 

Yacht Club Top Sail Lounge 2 du MSC Preziosa

Yacht Club Top Sail Lounge 2 du MSC Preziosa

3 – Continuer la croisière par un « vrai » voyage

Un aller-simple pour Dubai ; un retour vers Paris depuis Perth. Mais pourquoi ne pas arriver quelques jours, voire quelques semaines, avant le départ, pour visiter les Emirats Arabes Unis en autonomie, ou l’Australie, une fois la croisière achevée ? Les dates du billet d’avion sont tout à fait négociables et pour ceux qui auraient mauvaise conscience à n’avoir mis le pied que deux ou trois jours dans des pays aussi fantastiques que l’Inde ou la Malaisie, ça peut s’arranger.  

4 – Des rencontres tout de même

Lors d’une croisière, on n’est pas vraiment immergé dans une culture ou un mode de vie différent, ou dépaysant. Ce serait plutôt le contraire ; mais des rencontres formidables, on en fait aussi à Paris, sur le pallier de sa porte, comme on peut en faire sur le pont d’un paquebot de croisière.


 

SPA du MSC Preziosa

SPA du MSC Preziosa

5 – La mer

Et passer ses journées à regarder la mer ou l’océan … 

6 – Du temps pour apprendre

C’est également l’occasion d’apprendre des petits trucs qu’on a toujours eu envie de découvrir ; le nom des constellations, avec un atelier astronomie, la cuisine japonaise ou mexicaine avec des chefs qui vous apprennent quelques recettes, des jeux de carte, des jeux de société, un sport, l’oenologie, danser le tango ou la valse, ou tout autre chose qu’on voudrait apprendre par soi-même grâce à des livres ou grâce à son ordinateur. Il existe même des bibliothèques à bord.

MSC Sinfonia Lounge 2

MSC Sinfonia Lounge 2

7 – … ou bien pour se focaliser sur un projet / un livre / un travail pendant un mois entier

Si j’avais, disons, un livre à terminer d’écrire, un projet personnel ou professionnel à finir, un dossier complexe à monter, j’envisagerais très sérieusement de le faire à bord d’une croisière ; pour avoir le temps, ne me sentir obligé de parler à personne, pour qu’on s’occupe de faire mon lit et de me servir mes repas, pour avoir le temps de réfléchir posément dans un café, dans un restaurant, sur un transat au bord de la mer ; bref, avoir 100 % de mon temps de cerveau disponible consacré à ce qui me tient à coeur plutôt qu’aux petits rien du quotidien. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alanlimo 9719 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines