Magazine Cinéma

Qu’Allah bénisse la France et Timbuktu, 2 films chocs à voir !

Par Diesemag @diesemag

SORTIES CINEMA : 2 films chocs qu’on ne pouvait pas louper. Un des rares réalisateurs africains reconnu sur le plan international et un jeûne qui débute sont à l’affiche cette semaine. Bandes-annonces, photos et notre avis !

L’expérience de l’habitué du Festival du Cannes Abderrahmane Sissako se retrouve dans Timbuktu ( Le Pacte).

timbuktuaffiche

Synopsis : non loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrêmistes réligieux, Kidane mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satina, sa fille Toya et Issan, son petit berger de 12 ans. Alors qu’en ville les habitants subissent le régime djihadiste qui a pris en otage leur foi, Kidane et les siens semblent un temps épargnés jusqu’au jour où tout bascule après qu’il ait accidentellement tué Amadou, un pêcheur qui s’en est pris à sa vache préférée.

#Avis : depuis ses débuts avec son court-métrage Octobre présenté en 1993 dans la sélection Un certain regard au Festival de Cannes, ou encore avec des films comme Bamako sorti en 2006 et en partie produit par Danny Glover, le réalisateur a fait une forte impression. Il a ainsi gagné le respect des plus grands comme Stephen Frears qui le choisit comme membre de son jury pour le 60e Festival de Cannes.
Pour sa 9e oeuvre, il s’est inspiré d’un tragique fait divers pas du tout médiatisé et a décidé de mettre en lumière les souffrances isolées et méconnues de toutes ces gens simples qui subissent l’oppression.
Cette prise de position motivée, par un désir avoué de laisser un message fort à ses enfants vaut à ce film de représenter la Mauritanie pour la première fois de son histoire dans la sélection du Meilleur film en langue étrangère aux Oscars 2015.

timbuktuimage1

timbuktuimage3

Abd Al Malik quant à lui fait l’adaptation de son livre éponyme sorti en 2008, Qu’Allah bénisse la France (Ad Vitam).

QABLFaffiche

Synopsis : Régis, enfant d’immigrés, noir, surdoué est élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans une cité de Strasbourg. Entre délinquance, rap et islam, il va découvrir l’amour et trouver sa voie.

#Avis : né Régis Fayette-Mikano, le slammeur, compositeur et auteur de 4 livres se lance aujourd’hui dans la réalisation en mettant en images sa propre histoire. Récit de la réussite d’un jeûne issu d’un milieu dit défavorisé, véritable ode à l’ouverture d’esprit, à la nécessité de faire les bons choix, à l’importance de la famille et de l’éducation, c’est tout simplement le parcours d’un homme sauvé par l’amour et la foi.
Pour incarner son personnage dans ce film en noir et blanc comme parti pris esthétique mais aussi hommage déclaré au film La haine de Mathieu Kassovitz, celui qui a gagné de nombreuses Victoires de la musique a choisi un jeûne comédien qui monte Marc Zinga, vu dans Mister Bob, où il incarnait Mobutu ou encore dans la 4e saison de la série Engrenage de Canal+.

QABLFimage1

QABLFimage4

Le premier rôle féminin est quant à lui tenu par Sabrina Ouazani dont le parcours est déjà plus étoffé, à la télé comme au cinéma, avec notamment une nomination au César de Meilleur espoir féminin pour L’esquive d’Abdellatif Kechiche. 

QABLFimage3

L’originalité de la bande son où l’on retrouve, outre le réalisateur lui-même, sa femme la chanteuse Wallen, son frère Bilal mais aussi le compositeur électro Laurent Garnier achève de piquer la curiosité.

Deux visages, l’un dramatique et l’autre plein d’espoir, du rapport à la spiritualité, deux réalisateurs, l’un bien assis et l’autre prenant son vol, les deux représentant un héritage africain très loin des clichés misérabilistes, autant de raison d’aller dans les salles obscures. Et vous ? Irez-vous voir ces films ?

Timbuktu-AllahFrance


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Diesemag 18637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines