Magazine Culture

Sur les planches | Kinship

Publié le 12 décembre 2014 par Generationnelles @generationnelle

Triangle amoureux/familial intrigant mais fascinant dans la pièce Kinship au théâtre de Paris avec Niels Schneider, Vittoria Scognamiglio et Isabelle Adjani

Au programme : Elle, c’est une rédactrice en chef de journal, mariée et mère comblée, toujours la tête au travail et l’oreille au portable à gérer les crises de l’entreprise. Lui, c’est un jeune reporter, ambitieux, toujours en vadrouille, éperdument insaisissable, profondément touché par la mort de son père, qui n’a qu’une idée en tête : son énigmatique rédactrice en chef! Ensemble, ils vont s’aimer et se déchirer. Rien de bien nouveau sous le soleil? Ah si! L’amie personnelle d’elle c’est la mère de lui. Voilà qui ne va pas arranger les affaires de ce trio diabolique!

10322492_651920601573504_5808694419987269994_n

On y va/on n’y va pas ? Toi + Toi + Moi, c’est un peu ça Kinship. Un femme et une femme et un homme. Une relation à trois en somme? C’est un peu plus compliqué que cela. Dans ce jeu social où tout se cache, se tait, se ment, les sentiments exacerbés ont parfois la part belle, oui. Et c’est là où tout devient intéressant. Car dire que la reine Isabelle Adjani est une force de la nature, que Niels Schneider n’est pas qu’un joli minois et que Vittoria Scognamiglio n’est pas qu’une actrice italienne ce n’est pas forcément des révélations.

10649510_670465653052332_5198286831265220354_n

Kinship c’est la folie des sentiments à la moulinette des obligations sociales, c’est la séduction par les mots et surtout les sous-entendus, c’est l’attente désespérée de l’être aimé… qu’importe la façon d’y parvenir. Et c’est là où le trio de choix est parfait. Toujours sur la retenue, jamais dans la caricature, les 3 magnifiques jouent avec une précision rare et une authenticité touchante. Dans cette filiation excessive d’une Phèdre des temps modernes, l’impossible ne sera peut-être pas possible mais ces Bovary 2.0 donnent peut-être des larmes d’actes manqués, au coin des yeux.


Du mardi au samedi à 21h, le samedi à 16h et dimanche 15h30 au théâtre de Paris jusqu’au 25 janvier.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Generationnelles 7516 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine