Magazine Culture

faut pas pincer les fesses d'un bébé

Publié le 13 décembre 2014 par Dubruel

d'après LE MAL D’ANDRÉ de Maupassant

En 1840, à Cormeilles,

François de Boureynes,

Jeune et beau capitaine,

Courtisait Mathilde du Breilh,

La femme du notaire.

Un jour, le notaire

Dût se rendre une petite semaine

À Rouen

- Une grave affaire de testament -

Mathilde en profita

Pour céder à l’insistance du capitaine.

Le lendemain,

Elle quitta

Son jupon,

Comme une main

Sort d’un manchon

Et recommanda

Au soldat :

« Chéri, évitez, cette nuit

De faire du bruit.

Mon bébé, André, dort juste à côté ;

Et il a le sommeil léger. »

Mais le capitaine, empressé,

Fit tomber son baudrier.

André, aussitôt réveillé

Se mit à hurler.

-« Quand André pleure ainsi,

Mon mari le prend dans notre lit.

Là, il se calme, je te le promets.

Je vais le chercher, tu permets ? »

Coincé entre sa mère et le soldat,

En effet, André

S’endormait l’instant d’après.

Mathilde replaça

L’enfant génant

Dans son berceau.

Le soir suivant,

De vifs soubresauts

Ont fait grincer le lit.

Hurlements du petit.

Comme hier,

Mathilde s’élança

Et prit avec elle son nourrisson

Furieux, le capitaine s’écria :

-« Va-t’il enfin se taire

Ce sacré poupon ? »

Alors, entre deux doigts

Il a pinçé la cuisse

Du rabat-joie.

Puis lâchant cette prise,

Il saisit un bourrelet,

Le serrait et le tordait.

Il fit de même avec un autre,

Puis encore un autre.

André lançait des clameurs

Semblables à celles du porcelet

Placé sous le couteau d’un égorgeur.

La mère tenta d’apaiser

Son bébé mutilé.

Mais André devenait violet

Et vibrait de mille secousses.

Alors, d’une voix douce,

Le capitaine dit :

-« Remets ton petit dans son lit.

Sous les draps,

Il se calmera. »

En effet, ses cris s’apaisèrent.

Et les amants s’aimèrent.

Le lendemain, allez savoir pourquoi,

Le soldat éleva trop la voix.

André se réveilla aussitôt

Et se mit à glapir.

Mathilde dût le sortir de son berceau.

François, pour le punir,

Le pinça encore vivement.

André suffoquant

S’étrangla, écuma.

Marthe le recoucha.

Aussitôt André se calma

Et ne réclama pas

Le lit maternel.

Le capitaine put aimer sa belle !

Le jeudi soir, sitôt rentré,

Le notaire remplit

Son devoir conjugal

Et réclama André :

-«Chérie, installe

Le bébé dans notre lit.

Je suis si heureux

Quand il est entre nous deux. »

Or dès que Mathilde eut blotti son fils

Entre elle et son mari,

André se mit à hurler,

Gigoter et pleurer.

Le notaire n’en revenait pas :

-« Mais, qu’est-ce qu’il a ?

Mathilde, c’est affreux,

Regarde le corps d’André.

Il est tout marbré

De taches bleues.

Il est sûrement malade.

Fais vite venir le docteur Clausade. »

Mathilde, assez crispée,

Laissa échapper :

-« Oh ! Le misérable ! »

-« Quel misérable ?

De qui parles-tu ? »

-« Rien. C’est…vois-tu…»

-« Je devine, c’est Mlle Delair.

André a du faire une colère

Et cette misérable nourrice

L’a mis au supplice. »

Le notaire la convoqua.

Elle nia. Il la congédia.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine