Magazine Entreprise

Bilan agricole du quinquennat 2010-2014 : Vers un plus grand soutien de l’État à la mécanisation du secteur

Publié le 14 décembre 2014 par Ouadayazid1

 

Bilan agricole du quinquennat 2010-2014 : Vers un plus grand soutien de l’État à la mécanisation du secteur Ph : Louiza

 

«La production agricole a connu «une augmentation considérable» durant la campagne 2013-2014», a annoncé le ministre de l’Agriculture.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelouahab Nouri, a précisé, hier, lors de sa présentation du bilan agricole du quinquennat, à l’occasion d'une réunion  des cadres de son secteur et en présence d'autres membres du gouvernement, que la production agricole a connu «une augmentation considérable» durant la campagne agricole 2013-2014.


Il a souligné que «la production agricole pour 2014 est estimée à 2.761 milliards de dinars contre 2.550 milliards de dinars en 2013», tout en confirmant, «la volonté de l’Etat de renforcer le secteur, en lui apportant son soutien durant le prochain quinquennat». Le ministre a expliqué que «l’Etat va apporter son soutien pour une plus grande mécanisation agricole, durant le prochain quinquennat, en élargissant son aide à d'autres gammes d'équipements agricoles pour répondre aux exigences de l'agriculture et remédier au manque de main d'œuvre».


Il s'agira de développer et de soutenir, lors du prochain quinquennat (2015-2019), la mécanisation spécialisée tels que les tracteurs, le matériel d’accompagnement, les planteuses, les arracheuses, les pulvérisateurs et les moissonneuses-batteuses,...


Aussi, il est nécessaire «de développer le volet mécanisation afin de répondre aux besoins engendrés par le déficit de la main-d’œuvre et aux exigences de l'agriculture moderne», a-t-il souligné.  


Il a entre autres, confirmé, que l'évaluation des réalisations du secteur  agricole avait permis de constater la nécessité d'une réadaptation des dispositifs de soutien pour qu'ils soient au diapason du développement au niveau des  différentes filières agricoles. «La modernisation des exploitations agricoles est un choix stratégique et constitue la condition première d'un développement durable de notre agriculture, à même de lui permettre de relever le défi de la sécurité alimentaire du pays et de contribuer à la croissance économique»,  a-t-il tenu à préciser.


L'Algérie ambitionne d'atteindre d'ici à 2019 deux millions d'hectares irrigués contre 1,1 million d'ha actuellement. La superficie céréalière irriguée devra alors être de l'ordre de 600.000 ha contre 200.000 ha actuellement. La crise alimentaire qui a frappé le monde durant les années 2007 et 2008 a poussé les pouvoirs publics à accorder plus d'intérêt au secteur agricole en mettant en place, en 2009, la Politique du renouveau agricole et rural avec une enveloppe annuelle de 200 milliards de dinars. «Ce programme décidé par le Président de la République et très important  étant donné que notre objectif de sécurité alimentaire en dépend», a souligné le ministre. Ce montant, qui va passer à 300 milliards de dinars par an durant le prochain quinquennat (2015-2019), concerne aussi bien le soutien de la production que les subventions des produits de base comme le lait et les céréales. Pour se prémunir des crises alimentaires, l'Etat a mis en place également un système de régulation des produits agricoles de large consommation comme les céréales, la pomme de terre, l'oignon et le lait cru produit localement. L'application de cette nouvelle politique a valu à l'Algérie sa distinction,en 2013, par la FAO pour avoir atteint, avant terme (2015), le premier des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) lié à l'élimination de l’extrême pauvreté. Ainsi, afin de répondre aux besoins exprimés par les producteurs  et les éleveurs et pour permettre une augmentation de la productivité, le gouvernement a décidé de renouveler son soutien pour l'achat des génisses, et ce, dans l'objectif de relancer les filières lait et la production de viandes rouges. Il s'agit aussi, selon M. Nouri, de réviser et d'élargir le type de soutien réservé à l'acquisition de matériel agricole spécialisé, dont les planteuses et les récolteuses de la pomme de terre et de la tomate destinée à la transformation industrielle, dans l'objectif de pallier au manque de main d'œuvre. «Les pouvoirs publics vont également soutenir les agriculteurs qui souhaitent acquérir le matériel du froid afin d'augmenter les capacités de stockage comme ils ont décidé de soutenir la création d'unités de transformation de fruits  et légumes», a fait savoir le ministre.

Moderniser l’administration du secteur


Dans cette optique, et en plus de l'organisation des différentes filières, le secteur de l'agriculture et du développement rural compte également moderniser l'administration agricole pour qu'elle soit au niveau du développement atteint par les autres institutions de l'Etat et du secteur.


Ainsi, le ministre a déclaré que «le gouvernement a décidé d'ouvrir au profit de l'agriculture 2.000 postes budgétaires en 2015 afin de réduire le déficit  constaté». Il a, par ailleurs, fait savoir pour ce qui est du recensement général agricole, celui-ci sera lancé au cours de l'année 2015. Année durant laquelle le secteur  compte « mettre de l'ordre » dans l'organisation interprofessionnelle afin de faire face aux situations de perturbation des filières stratégiques comme celle de la pomme de terre. Dans ce sens, il a cité la possibilité de réviser les systèmes de régulation des produits de large consommation afin de les adapter aux besoins aussi bien des producteurs que des consommateurs. Répondant à une question relative à d'éventuelles répercussions de la chute  des prix du pétrole sur le soutien du secteur, le ministre a certifié, que l'agriculture, à l'instar des autres secteurs stratégiques «ne sera pas touchée par la chute des prix des hydrocarbures», a-t-il soutenu avant  d'ajouter que «le gouvernement a pris toutes les précautions nécessaires pour faire face à cette situation».
Kafia Ait Allouache

11% de croissance pour le secteur agricole durant le quinquennat 2010-2014


Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a déclaré, hier, que le taux de croissance enregistré dans le secteur agricole, est de l’ordre de 11% durant le quinquennat 2010-2014, tandis que sa contribution dans le PIB a dépassé les 9%. Il a considéré que la dynamique qu'a connu son secteur commençait à donner des résultats, «c'est la raison pour laquelle l'accompagnement du secteur devrait être plus prononcé dans les années à venir».
K. A. A.

Convention entre les ministères de l’Agriculture et de la Pêche


Pour assurer un meilleur contrôle des produits de la pêche, une convention de coopération en matière de contrôle sanitaire des produits de la pêche et de l'aquaculture a été signée samedi entre le ministère de l'Agriculture et du développement rural, représenté par son secrétaire général, Fodil Ferroukhi, et celui de la Pêche et des ressources halieutiques, représenté par son SG Mustapha Lagha.    


Selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Abdelouahab Nouri , la convention en question vise à «assurer au consommateurs des produit sains et de bonne qualité», précise t-il en ajoutant, qu’«Il s'agit d'un accord élaboré dans le contexte d'une offre conséquente en produits de la pêche et de l'aquaculture et de la gestion des risques liés à la santé publique et animale».


K. A. A.

 

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/70856


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ouadayazid1 3105 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines