Magazine Culture

Quand une mère s'oppose au mariage de son fils...

Publié le 14 décembre 2014 par Dubruel

d'après BOITELLE de Maupassant

Antoine Boitelle avait à Valognes

La spécialité des sales besognes :

Curer les fosses et les puisards,

Décrotter les égouts et les souillards.

Quand on lui demandait pourquoi

Il faisait cet ouvrage dégoutant,

Il répondait : « Ben quoi !

C’est pour nourrir mes douze enfants. »

Il y a déjà longtemps,

Comme il se promenait un dimanche

Dans les rues d’Avranches,

Il était entré dans un restaurant

Et avait été attiré par une jeune noire

Qui lui avait servi à boire

Avec un sourire charmant.

Le dimanche suivant,

Boitelle était retourné

À l’estaminet.

La serveuse lui fit le même effet.

Alors, il s’y rendit souvent.

Peu à peu, leur entente se consolidait..

Pour lui c’était un enchantement

Même s’il limitait les douceurs liquides,

Sa bourse étant à moitié vide.

Après deux mois de fréquentation,

L’amitié devint une réelle affection.

Il appréciait tant les qualités de son amie :

Travail, religion, économie,

Qu’il lui demanda de l’épouser :

-« Ça s’f’ra, si la mé s’oppose pas.»

À cette annonce, elle se mit à danser.

Le dimanche suivant, à Tourville,

Antoine déjeunait dans sa famille.

À la fin du repas,

Au moment propice du café-calva,

Il annonça le désir de se marier

Et décrivit l’objet de sa passion.

Sa mère étonnée du portrait qu’il traçait

Lui posa cette question :

-« Noire ? C’est-y partout ? »

-« Pour sûr, partout,

Comme toi t’es blanche.

D’ailleurs, l’curé, l’dimanche,

L’est ben en noir, lui aussi.

C’est pas pis qu’son surplis

Qu’est tout blanc. »

Le dimanche suivant,

Antoine présentait la fille

À sa famille.

Parée de ses plus beaux atours

Où dominaient tour à tour

Le jaune, le rouge, le bleu, le rosé,

Elle donnait l’air d’être pavoisée

Comme un 14 Juillet.

Le père tapotait son gobelet

Mais se taisait.

La mère, plus hardie, a lancé :

-« Elle est trop noire. Moins,

J’ m’opposerai point,

Mais là, on dirait Satan. »

Alors, Antoine, comprenant

Que s’était fini,

Dit à sa bonne amie :

-« Alle n’ veut pas t’revoir.

Alle t’a trouvée trop noire.

J’ va t’ ramener à l’estaminet. »

Bien des années après,

Antoine racontait

À ses amis du café :

-« J’eus l’ cœur à rin

Après ça. À rin !

J’ suis d’venu c’ que j’ sieus,

Un ordureux, un bouseux. »

Un buveur l’a charrié :

-« Tu t’es pourtant marié… »

-« Oui, et j’ peux dire

Qu’elle m’ déplait pas l’Elvire

Pisque j’y ai fait douze marmots

Mais c’ n’est point l’aut’.

L’aut’, elle n’avait qu’à m’ guetter,

Et sitôt j’ me sentais transporté ! »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dubruel 73 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine