Magazine Culture

La naissance de l'humain en peinture, essai de Philippe Abastado

Par Mpbernet

abastado

Avant de se lancer dans la lecture de cet ouvrage savant, il convient de se reporter à la définition de l'épistémologie, domaine d'expertise de son auteur, Philippe Abastado, cardiologue clinicien et directeur de recherche en épistémilogie appliquée à la médecine : c'est une branche de la philosophie des sciences qui « étudie de manière critique la méthode scientifique, les formes logiques et modes d'inférence utilisés en science, de même que les principes, concepts fondamentaux, théories et résultats des diverses sciences, afin de déterminer leur origine logique, leur valeur et leur portée objective » (source : Wikipédia)

Donc, on entre dans le corps du sujet – si j'ose dire – entre les pages de ce qui n'est ni un livre d'art, ni un traité d'histoire, mais une thèse d'épistémologie médicale appliquée à l'Art. La question posée est de savoir comment saisir le vivant d'hier à travers ses représentations picturales, allant précisément du XVème au XXème siècle, comment « capter » la fragile corporéïté des hommes du passé, leur manière de vieillir ou de montrer des stigmates de maladies ?

Philippe Abastado (qui aprécédemment publié un ouvrage passionnant – pour moi en tous cas - intitulé « Les maladies cardio-vasculaires pour les nuls ») a choisi d'étudier systématiquement les autoportraits d'artistes renommés. Pour une raison très claire : alors que dans le portrait de commande, la question centrale est « faut-il préférer le beau, l'idéal ou bien la fidélité au réel, la ressemblance ? », dans un autoportrait, l'artiste utilise l'autoportrait comme technique destinée à convaincre ses clients potentiels de son habileté à représenter la ressemblance. L'acheteur est donc à même de vérifier illico le talent de l'artiste puisqu'il a sous les yeux le portrait et son modèle … 

Vigée Lebrun,_Self-portrait
StanleySpencer1959

chardin
autoportrait-deux-cercles-xl

albrecht-durer
chagall

Ce livre plonge le lecteur dans un tourbillon de chefs-d’œuvre, le plus souvent décryptés, je devrais dire « disséqués » sous l’œil expert d'un praticien particulièrement doué pour l'étude silencieuse des symptômes de ses patients. Son propos est de nous aider à comprendre le processus de vieillissement des corps à travers les siècles, tels que les décrivent les autoportraits successifs d'un millier d'artistes sélectionnés. L'étude est scientifique, statistique autant que sociologique, elle s'attarde néanmoins sur une figure centrale : celle de Rembrandt qui, à travers la production de plus de 80 autoportraits, se montre sans aucune indulgence et dont le diagnostic serait une dépression fluctuante, soignée à grand renfort d'alcool utilisé à titre d’anxiolytique.

Sa conclusion est claire : à la question de savoir si nous vieillissons aujourd'hui moins vite que nos ancêtres, évolution examinée objectivement sur une durée de cinq siècles, la réponse est NON. Nos prédécesseurs vieillissaient à la même vitesse que de nos jours, mais ils mouraient plus tôt de maladies.

Entre les lignes, avec à l’appui force reproductions d’œuvres choisies et commentées souvent avec humour, on en apprend de toutes les couleurs sur la vie, les affections et l’œuvre des grands peintres de l'art occidental. Un incontournable pour l'amateur d'art éclairé souhaitant passer "derrière le miroir".

 N.B. : autre ouvrage sur la peinture : la thèse de Cécile Vincent-Cassy, mentionnée sur ce blog en 2011 ...

Naissance de l'humain en peinture, essai de Philippe Abastado, éditions l'âge d'homme, 278 p. 27€


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte