Magazine Culture

Oeuvres de Yasujirô Ozu

Publié le 15 décembre 2014 par Diana
Présentation et avis des vestiges d’un film perdu, de deux courts-métrages d’Ozu et d’un documentaire entre 1929 à 1936.
A savoir que les films muets de 1927 à 1936 du réalisateur japonais sont au nombre de 35 dont 18 ont disparus. Quant aux films parlants de 1936 à 1962, ils sont au nombre de 19 dont 12 en Noir&Blanc. Oeuvres de Yasujirô Ozu J’ai été diplômé, mais… (Daigaku wa deta keredo) : Ce film muet en N&B d’Ozu, en partie disparu réalisé au sein de la Shôchiku en 1929 est d’une durée de 12 minutes.
Le film raconte l’histoire de M. Noda, jeune diplômé qui recherche un emploi. Il ne parvient pas à en trouver à la hauteur de ses études. Chômeur, il cache la vérité à sa fiancée, Machiko et à sa mère. Bientôt, Noda avoue à Machiko sa situation. Cette dernière est engagée comme serveuse pour subvenir aux besoins, Noda vient à l’apprendre…
Comédie dramatique, J’ai été diplômé, mais… parle de la désillusion des jeunes diplômés face aux besoins sur le marché du travail. Ici, Ozu souligne le trait via le mensonge. L’homme pour garder une respectabilité ment sur sa situation réelle, une façon pour lui de ne pas perdre la face. Il souligne à travers ce mensonge l’importance du paraître, gage de réussite.
Ce film est incroyablement contemporain. Il aurait tout aussi pu être réalisé de nos jours, tant il fait échos au chômage des jeunes et à la situation précaire des jeunes inactifs. Ozu prend tout de même le parti pris de donner une note optimiste à son film puisqu’il montre qu’à force de persévérance, on peut s’en sortir, et que d’une certaine manière rien n’est fatalité. Oeuvres de Yasujirô Ozu Un garçon honnête (Tokkan Kozo) : Ce film muet en N&B de 1929 et d’une durée de 14 minutes est également connu sous le titre : Le Galopin. Ozu y raconte l’histoire d’un jeune garçon qui se lie d’amitié avec son kidnappeur.
Un garçon honnête est indéniablement une comédie qui rappelle celles venues de Hollywood. Ce jeune garçon faisant tourner en bourrique son ravisseur fait que l’on amuse, notamment par l’emploi du burlesque. Les scènes humoristiques s’enchaînent, le kidnappeur est submergé, l’enfant est espiègle à souhait. Ici, Ozu réussit son pari de nous faire rire. Drôle comme il se doit et qui n’a rien à envier aux films hollywoodiens de la même époque. Oeuvres de Yasujirô Ozu Amis de combat (Wasei kenka tomodachi) : Ce film muet en N&B de 1929 et d’une durée de 15 minutes met en scène les faubourgs des classes populaires. Ozu y raconte l’histoire de deux amis colocataires : Tomékichi, un chauffeur de camion et Hôzô, son assistant. Leur vie se voit bouleversée le jour où ils rencontrent une jeune femme.
Dans Amis de combat, Ozu se place dans un contexte comique avec des scènes humoristiques qui parsèment la pellicule tout du long. Il n’en oublie pas moins le contexte social, s’ancrant dans une réalité, celle de la vie des classes laborieuses. Avec un œil amuseur, il y montre la rivalité entre ces deux amis qu’on suppose amoureux de la même jeune femme. Finalement, le film se termine sur une note joyeuse. L’amitié est sauve. Oeuvres de Yasujirô Ozu La danse du lion (Kagamijishi) : Documentaire en N&B de 1936 tourné en 1935 et d’une durée de 24 minutes, également connu sous le titre japonais : Kikugoro no kagamijishi.
Ozu saisit, lors d’une représentation théâtrale de kabuki la danse du lion joué par Kikugorô Onoe VI. Une danse considérée comme l’une des plus difficiles et qui demande une grande endurance.
Le documentaire est divisé en deux parties. La première s’intéresse à faire un topo sur l’acteur Kikugorô Onoe VI, notamment habitué à interpréter des rôles féminins. Il est considéré comme l’un des meilleurs acteurs de sa génération. La voix off résume une carrière qui force le respect dans l’art de la danse japonaise. La deuxième partie se situe au théâtre lors de la représentation de la danse du lion. On découvre en action Kikugorô Onoe VI qui exécute une danse exprimant la force et la joie.
Ce documentaire d’Ozu est particulièrement intéressant pour découvrir un art peu connu en occident. La danse, la musique, l’ambiance de l’époque y est. Une époque où ces artistes étaient roi.
I.D.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Diana 569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine