Magazine Santé

EBOLA: 1 an, 20.000 cas, 7.500 décès – ECDC- OMS

Publié le 28 décembre 2014 par Santelog @santelog

EBOLA: 1 an, 20.000 cas, 7.500 décès – ECDC- OMSTriste anniversaire que celui de l’épidémie à Ebola dont le premier cas indicateur était celui d’un jeune garçon décédé de la maladie en Guinée le 28 décembre 2013. Depuis ce départ officiel, l’Organisation mondiale de la Santé aura recensé 19.497 cas confirmés, probables et suspects dont 7.588 décès -sous réserve de sous-déclaration- et 8 pays auront été touchés, dont, plus fortement la Guinée, le Liberia, le Mali et la Sierra Leone. Un exemple aussi des progrès qui restent à accomplir car l’épidémie a mis en lumière les immenses lacunes dans les systèmes de santé des 3 pays africains les plus touchés, qui sont aussi parmi les plus pauvres du monde.

En un an, 8 pays auront été touchés, dont, plus fortement la Guinée, le Liberia, le Mali et la Sierra Leone ainsi que le Nigeria, le Sénégal, l’Espagne et les Etats-Unis d’Amérique où l’épidémie a pu être éradiquée. Cependant la transmission se poursuit, avec, sur la dernière semaine, 894 nouveaux cas et 673 décès. Petite lueur d’espoir, depuis le 25 novembre dernier, aucun cas supplémentaire n’a été signalé au Mali.

Cependant, la transmission reste intense,

·   en Guinée: 2.597 cas et 1 607 décès (au 21 Décembre 2014) et 181 nouveaux cas depuis le 14 Décembre,

·   au Liberia: 7.862 cas et 3.384 décès (au 20 Décembre) et 65 nouveaux cas depuis le 9 Décembre,

·   en Sierra Leone: 9.004 cas et 2.582 décès (au 21 Décembre 2014) et 648 nouveaux cas depuis le 14 Décembre.

C’est un rappel des progrès sanitaires considérables qui restent à accomplir, dans ces pays africains, en particulier au niveau des infrastructures. L’OMS rappelle ainsi que les 3 pays les plus touchés, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, parmi les plus pauvres du monde, sortent à peine de guerres civiles et de conflits qui ont endommagé ou détruit leurs infrastructures sanitaires. Des pays, qui, avant l’épidémie, ne comptaient que 1 ou 2 médecins pour près de 100.000 habitants, un taux aujourd’hui encore affaibli avec le nombre de victimes chez les professionnels de santé, soit plus de 600 à ce jour.

Des progrès à accomplir également au niveau des systèmes de surveillance, car lorsque le virus Ebola a été identifié comme agent étiologique, le 21 mars 2014, il était déjà solidement implanté en Guinée.

Un virus Ebola  » impitoyable « , rappelle le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, dans son allocution d’ouverture de réunion de mise en place de systèmes de santé résilients dans les pays touchés par Ebola. Car en un an, le virus a tiré profit de la moindre faille et exploité toutes les possibilités de résister à la réponse des hommes et dans les pays touchés, l’  » agenda  » reste à construire.

Source: OMS Building resilient health systems in Ebola-affected countries

ECDC 26 Dec, 2014 Epidemiological situation

EBOLA: 1 an, 20.000 cas, 7.500 décès – ECDC- OMS
Plus d’étudeset de points épidémiologiques sur Ebola


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine