Magazine Cinéma

Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)

Par Repostit @S2PMag

packshot forza horizon 2La fin d’année s’annonce tout simplement brulante pour les gommes et les moteurs avec une armada de jeux de courses prêts à se livrer une lutte sans merci pour obtenir une pole position et ainsi mettre la pression sur leurs adversaires prêts à jouer la carte de l’originalité pour impose leur style de conduite. De ce tour d’horizon des belles mécaniques, c’est le titre de Playground Games qui déboule en force devant les radars en imposant sa liberté de conduite pied au plancher entre les paysages romantiques d’Italie et les routes tortueuses du sud de la France. Véritable hymne à la vitesse, Forza Horizon 2 fait hurler ses moteurs en s’appuyant sur une mécanique parfaitement huilée, fruit de son expérience sur le précédent épisode, pour offrir à tous les passionnés de voitures des heures de plaisirs purs qui ne seront pas souvent pris en défaut et cela même si les drivatars vous pousseront parfois à vous demander pour quelle raison ils en veulent autant à votre rutilante italienne.

forza-horizon-2-xbox-one-1411572115-284

  • Test
  • Fiche
  • Vidéo et Galerie

Des carrosseries rutilantes au service d’une vue cockpit immersive au possible

La force de Forza Horizon 2 est de proposer une vue cockpit absolument géniale et d’un réalisme bluffant qui vous feront rapidement aimer les cadrans d’un autre âge de la vénérable Alpine où ceux ultra-futuristes d’une Lamborghini pleine de venin. L’immersion est totale et la qualité de chaque intérieur accroît le sentiment d’être au volant de monstres destinés seulement à un petit nombre de mortels. La modélisation des voitures est du même niveau et rend hommage à des carrosseries qui sont autant d’hymnes à la vitesse ou aux délices de la contemplation silencieuses. Les dégâts aussi s’invitent sur vos carrosseries qui ne sortiront pas toujours indemnes face à l’acharnement de certains concurrents se cachant derrière des pseudos qui en disent long sur leurs intentions belliqueuses, pliant les tôles et transformant votre beau bolide en voiture de stock-car pas très tape-à-l’œil.

Sans être d’une taille faramineuse, la carte qui déborde sur deux frontières offre néanmoins des heures de conduite où tous les styles se mélangent entre routes sinueuses aux creux des paysages idylliques de l’Italie et longues courbes sur le chemin des anglais. La déception pourrait sans doute venir du manque de vie entre les belles architectures de ces mas de campagne un peu tristes sans leurs beaux jardins fleuris, les superbes villages un peu ternes, ces agglomérations qui se voient nettoyées, épurées de piétons comme si ceux-ci étaient proscrits dans un jeu faisant la part belle à la vitesse sans limites. Les visuels sont souvent magnifiques, les éclairages dynamiques offrent un cycle nuit/jour avec des changements de météo souvent bluffants surtout lorsqu’un gros orage s’invite pendant une épreuve venant marteler votre pare-brise de grosses gouttes pour céder ensuite sa place à quelques rayons de soleil qui invitent dans un moment de poésie pure un arc-en-ciel enjambant les plaines verdoyantes en déployant sa sublime parure. Dans Forza Horizon 2 on passe ainsi de moments contemplatifs absolument fantastiques à d’autres un peu plus ternes avec en bruit de fond les vivas d’une foule invisible. Par contre il est tout de même un peu étrange que les morceaux du vignoble italien, que la boue et l’eau des rivières traversées, la terre et la poussière de vos randonnées en pleine nature ne viennent pas s’inviter sur votre pare-brise qui reste étonnamment propre, parfaitement lisible… Sur ce coup le réalisme en prend un sacré coup !

Et parfois le moteur tousse et montre ainsi ses limites surtout dès le début de certains road-trip où des ralentissements sont à noter pendant quelques secondes qui vous bloquent sur votre première vitesse. Ensuite le moteur s’emballe pour retrouver tout son punch initial ne donnant pas toujours le temps au paysage de s’afficher, surtout dans les passages à très haute vitesse.

Mais dans l’ensemble votre V8 hurlera toute sa fureur, le V12 s’envolera dans un adagio plein de lyrisme, les visuelles défileront à une vitesse folle dans une danse frénétique qui vous fera par moment perdre la raison, et au loin l’horizon vous tendra les bras vous invitant à passer cet ultime palier vers l’inconnu tellement grisant, entre ciel et terre, pour caresser de votre aileron le levant d’une aube nouvelle.

Forza Horizon 2 est une invitation au plaisir ultime, fait de vitesse et de belles mécaniques, un feu d’artifice au milieu de paysages grandioses pour défier les as du bitume synopsis évident d’un road trip alléchant. Vous incarnez un de ces jeunes loups et allez défier le monde dans une série d’épreuves de vitesse, de techniques et parfois de folie totale au volant de voitures de légendes. Le scénario s’efface face à la vitesse pure…

BMW2002Turbo_WM_CarReveal_Week6_ForzaHorizon21

Les moteurs hurlent leur bonheur devant une telle liberté

La bande-son est tout simplement génialissime, calibrée pour enchanter les oreilles de plusieurs générations de mélomanes qui sauront trouver la radio qui suffira à leur bonheur entre rock lourd, sonate mélancolique ou envolée des Walkyries qui pourraient-elles aussi se mettre à l’électro-punk mâtinée de rap au phrasé jazzy. Un must incontournable qui donne une pêche monstrueuse à vos ballades, parvenant même à étouffer sous les décibels les grondements et autres feulements de moteurs un peu vexés par tant de rythme. Pas de panique tout de même, car en coupant le son de votre radio vous retrouverez instantanément les grondements monstrueux des américaines arrogantes, le lyrisme des sublimes et sauvages italiennes, les feulements des allemandes turbo compressées, le déchainement d’une marque française hors du temps.

Mais pourquoi le Drivatar s’acharne-t-il sur votre carrosserie ?

On passe de la conduite hyper tendue, en éliminant au passage des aides à la conduite qui sont autant de harnais à vos plaisirs de dompter les vraies mécaniques, à des cavalcades au beau milieu des champs de vignes à raser les futurs grands crus au volant d’une Lamborghini en jetant au passage toutes les lois de la physique élémentaires dans un grand éclat de rire hystérique. Le jeu est calibré pour coller au style de tous les futurs laboureurs de bitume, du novice au vétéran des jeux de course, qui trouvera le moyen de paramétrer ses petites merveilles grâce au système de gestion de réglages millimétrés pour les érudits, véritable casse-tête pour les mauvais élèves en math et physique qui passeront leur tour pour se lancer dans les épreuves en se fiant aux réglages de base déjà optimisés pour un maximum de plaisir sans pour autant éliminer toute sensation de conduite. Car dompter une furie américaine en éliminant au passage les ABS et contrôle de traction donne à votre road trip des allures de cavalcade sauvage. On n’est pas encore dans de la simulation, mais les sensations de pilotages diffèrent de manière évidente d’une marque à l’autre et on sent même le parti-pris des développeurs de donner l’impression de devoir apprivoiser les belles mécaniques même si le fond du jeu donne plutôt l’impression par moment d’un massacre de tôle froissée.

forza-horizon-2-xbox-one-1411572115-150

Car le point noir, la tache sur la carrosserie qui saute à vos yeux éberlués devant tant de mépris pour votre bijou à 200 000 dollars est le drivatar, sorte de paquet cadeau remplit de hargne et de fureur pour les belles mécaniques. Car oui, derrière ce nom se cache en fait un concentré d’idiotie pur, une invention qui donne envie de passer directement dans les modes multi histoire de pouvoir pester sur des imbéciles qui n’auront rien de virtuel. Car se dire que le drivatar adopte le style de chaque utilisateur est le plus souvent un mirage dans un océan d’illusions au vu des carambolages monstrueux pendant les road-trip et les autres inepties en courses qui vous enverront dès le premier virage dans les décors avec la furieuse envie de balancer votre manette dans votre écran plat. Hallucinant de voire un tel massacre pour un jeu qui fait l’apologie des belles mécaniques !! Car derrière les drivatars se cachent souvent des joueurs n’ayant jamais joué à un jeu de course, d’où ma perplexité. Par contre le drivatar d’un vrai passionné améliorera son style qui deviendra un peu plus réaliste, cohérent et en adéquation avec un jeu de course entre gens civilisés. On reste néanmoins assez loin de se que procurait une licence comme Toca en terme d’immersion et qui pouvait se targuer de proposer une IA sacrément développée pour l’époque, plongeant le joueur dans des courses fabuleuses, mélange du sentiment d’une lutte acharnée pour arracher une victoire, entre maladresse provoquée, ratage d’excès de zèle, pilotage extrême des as du volant qui vous aspireront à l’entrée d’un virage pour vous voler une victoire qui semblait votre. C’était le bon temps des bonnes bagarres, une autre époque qui n’inventait pas des concepts qui ne tenaient au final que rarement la route. Déjà calamiteux sur Forza 5, le drivatar pollue les sensations en course vous infligeant des séquences parfois douloureuses vous poussant à vous lancer dans les modes en ligne bien plus réalistes où de vrais passionnés ne se jetteront pas délibérément sur vous à la sortie d’un virage… même si l’imbécilité ne peut pas toujours se cacher derrière une IA, fusse telle toute virtuelle. Pour ne pas péter un plomb lors du road trip solo, supprimez les dégâts et faites comme tout le monde en forçant le passage, en privilégiant les prises de risques pour le spectacle, qui sont tout de même sacrément bien récompensées. Au final, pousser la difficulté deux crans au-dessus de vos moyens dégagera un tant soit peu la route de ces trainards du milieu de classement et procurera assez rapidement un tout autre plaisir. Cette prise de risque ne gommera pas tout, malheureusement pour les novices, mais ouvrira l’horizon d’un jeu un peu plus civilisé.

forza-horizon-2-review-screen-2.0

Entre routes sinueuses, paysages romantiques et vieux villages pittoresques, le road trip est total

La durée de vie est aussi monstrueuse que le V16 d’une Bugatti Veyron avec en prime une brillante idée ne vous imposant plus de passer à la caisse pour débloquer l’épreuve suivante de votre tour d’horizon. Dès le début de l’aventure, trois voitures vous sont proposées entre muscle car, sécurité de l’allemande et les drifts de la japonaise. Ensuite la liberté est totale et vous pourrez vous lancer dans les épreuves en gardant la même voiture, car chaque région offre le même type d’épreuve, ne vous forçant pas à changer continuellement de voiture avant chaque road trip. Le tour d’horizon des différentes régions proposées devient enfin un vrai plaisir même si les crédits tomberont rapidement dans votre escarcelle, entre loterie pour récompenser vos montées de niveaux pour tirer des sublimes voitures et monnaie sonnante, ou alors en optant pour une suppression des aides à la conduite qui peuvent vous faire gagner 4 fois plus de gains sur une même course !!! Aucun sentiment d’être poussé à la consommation délibérée ne viendra entacher une licence qui se cachait un peu trop souvent derrière ces DLC, véritable bouffe-fric pour tirer les plus belles voitures ou autres caisses dénuée d’intérêt. Les voitures sont abordables et certains prix carrément alléchant comme cette sublime Ferrari qui viendra récompenser votre chassé-croisé avec les Frecce Tricolore.

Car certains modes de jeu sont déjà cultes, totalement barrés et sacrément addictifs par leur originalité et la prise de risque sur une certaine réalité physique envoyée dans les orties sans ménagement, sacrifiés pour notre plus grand plaisir sur l’autel du plaisir pur. Cross-Country jubilatoire au milieu des champs et autres vignobles, épreuves collector qui vous pousseront à dépasser les limites de votre bolide, courses de rue diabolique en pleine circulation, rallyes couvrant 40 ans de sports mécaniques au volant des belles indomptées à foncer pied au plancher sur les routes sinueuses, des road-trips en ligne vous envoyant dans des lieux improbables à batailler pour une couronne ou une petite seconde de gloire au volant d’engins taillés pour les extrêmes, le plaisir ne s’arrête pour ainsi dire jamais !!!

Alors si 168 championnats regroupant tout ce que l’automobile propose depuis un demi-siècle et 700 épreuves éclectiques à souhait ne suffisent pas à combler votre soif de mécanique, vous pouvez toujours vous lancer dans le graphisme pour montrer au monde entier vos créations flamboyantes fruit de votre imagination sans limites, partager votre passion dans les nombreuses concentrations de passionnés où les défis et autres partages ne manquent pas avec souvent de bien belles surprises, ou alors jouer les mécaniciens pour trouver le bon réglage qui permettra de clouer le bec à vos concurrents, à vos amis, à ce coureur solitaire et pas très bavard qui vous met deux secondes sur chaque épreuve, au petit roquet arrogant qui hurle dans son micro, à ce salopard qui n’a rien trouvé de mieux que de vous éjecter de votre podium tant mérité ou alors juste pour le fun et le plaisir de s’éclater sur un open-world sacrément addictif.

Conclusion dans un crissement de pneus

Mais pourquoi le Drivatar œuvre-t-il dans un tel jeu comme une arme de destruction massive pour les carrosseries virtuelles comme pour vos nerfs bien réels. Quel dommage que son aura maléfique vienne ternir un titre d’une telle qualité. Car après avoir digéré que les modes de difficulté intermédiaire sont injouables, Forza Horizon 2 ouvre sa porte à un open-world totalement jubilatoire, véritable hymne aux confrontations en ligne au volant de bolides survitaminés. La vue interne est immersive, les belles sont toujours aussi sublimes, les paysages souvent très beaux et les modes de jeu, une invitation à de longues nuits blanches.

 Type :  Course automobile

 Editeur :  Microsoft

 Développeur :  Playground Games (One) / Sumo Digital (360)

 Age / Pegi :  3+

 Sortie :  03.10.2014

 Multi-joueurs :  Oui

 Plates-formes :  Xbox One, Xbox 360

 Testé sur :  Xbox One

Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)

Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)

Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)

Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)
forza-horizon-2-review-screen-2.0

BMW2002Turbo_WM_CarReveal_Week6_ForzaHorizon21
Test – Forza Horizon 2 (Xbox One)

  • vue cockpit immersive
  • modélisation des voitures
  • bande son qui fait vibrer nos tympans
  • modes de jeu
  • Drivatar à la rue
  • quelques bugs graphiques à l’horizon

Vous avez aimé cet article ? Il vous a donné des idées que vous voulez partager? Exprimez-vous sur le Forum. Il est tout à vous!

Test – Forza Horizon 2 (Xbox One) La fin d’année s’annonce tout simplement brulante pour les gommes et les moteurs avec une armada de jeux de courses prêts à se livrer une lutte sans merci pour obtenir une pole position et ainsi mettre la pression sur leurs adversaires prêts à jouer la carte de l’originalité pour impose leur style de conduite. De ce tour d’horizon des belles mécaniques, c’est le titre de Playground Games qui déboule en force devant les radars en imposant sa liberté de conduite pied au plancher entre les paysages romantiques d’Italie et les routes tortueuses du sud de la France. Véritable hymne à…

Notation

Ma note... - 8
80

8

Road trip nerveux!

Résumé : On aurait pu penser à une bagarre féroce où les moteurs hurleraient leur envie de liberté, que les espaces s’ouvriraient face aux belles mécaniques, mais la course était déjà jouée bien avant le départ. Face à une si faible concurrence qui a totalement loupé ses réglages pour la Cannonball de fin d’année, Forza Horizon 2 file à vie allure, cheveux au vent malgré l’ombre menaçante du Drivatar et sa satanée manie de froisser les belles carrosseries. La Veron n’a toujours pas d’adversaires à sa taille dans les rétroviseurs...

Note de l'utilisateur 3.85 ( 1 votes) 8

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Repostit 4633 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte