Magazine Culture

L'image sociale : le carnet de recherches d'André Gunthert

Par Sergeuleski
L'image sociale : le carnet de recherches d'André GunthertQui a éteint les Lumières ?

Après avoir affronté d'innombrables traumatismes, guerres, épidémies, catastrophes, la société occidentale paraît aujourd'hui plus pacifiée qu'elle ne l'a jamais été. D'où vient alors ce sentiment largement partagé de l'échec, du déclin ou de l'effondrement (pour reprendre le titre emblématique de Jared Diamond, Collapse, 2005) de ce modèle?

Il serait évidemment absurde de penser que nous vivons un moment pire que celui du nazisme ou du stalinisme. Même sur un plan imaginaire, la menace du réchauffement climatique ou de l'épuisement des ressources naturelles paraît comparable à d'autres grandes peurs, comme le millénarisme ou l'apocalypse nucléaire.

Il paraît donc utile de mieux cerner les sources de nos inquiétudes. Je soulignais en 2010 un problème de projection vers le futur. Alors que la société occidentale entretient depuis plusieurs siècles la mythologie du progrès, l'incapacité de dessiner désormais un avenir désirable au-delà du business as usual paraît une inquiétante conséquence de la " fin de l'histoire " (Francis Fukuyama, 1992).

Mais ce diagnostic est très incomplet. Plusieurs autres prises de conscience majeures ont jalonné la période récente, qui semblent remettre en cause rien moins que le paradigme issu des Lumières, auquel on attribue la création d'un système articulant démocratie représentative et capitalisme libéral autour de la raison et du débat public (Karl Polanyi, La Grande Transformation, 1944; Jürgen Habermas, L'Espace public, 1962).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sergeuleski 6225 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines