Magazine Cinéma

Révolution en présence de Hugh Hudson, à l’Institut Lumière

Publié le 04 janvier 2015 par Journal Cinéphile Lyonnais @journalcinephil

À l’occasion de la visite à l’Institut Lumière de Hugh Hudson, Revolution sera projeté, dimanche 11 janvier à 17h15 dans le nouveau montage réalisé par le cinéaste en 2009.  

Le réalisateur sera présent pour échanger avec les spectateurs.  Signalons que Hugh Hudson sera également présent tout le week-end pour les projections de ses films Fangio et Les Chariots de feu et pour le  documentaire qui lui est consacré.

Plus d’informations sur www.institut-lumiere.org

revolution (1)

Révolution director’s cut
de Hugh Hudson 
Avec Al Pacino, Donald Sutherland, Nastassja Kinski, Joan Plowright.
Grande-Bretagne, 1985, 1h56

DESCRIPTION

Juillet 1776 : la nation américaine est en train de naître. Le Congrès a adopté la Déclaration d’Indépendance et les Américains se préparent à combattre les Anglais. Tom Dobb, un trappeur, est venu vivre dans le petit port de New-York, avec son jeune fils, Ned. Tous deux sont enrôlés de force par Jones, le sergent recruteur…

revolution

A PROPOS DU FILM

Si ces deux premiers films Les Chariots de feu et Greystoke lui ont ouvert la voie du succès, Revolution fut, quant à lui un échec financier et critique. Suite à cet échec, le réalisateur perd la confiance des producteurs. Sans toutefois être un cinéaste maudit tel Michael Cimino après l’échec de La porte du paradis, Hugh Hudson va faire profil bas durant 4 ans avant de se remettre au travail en tournant un film moins ambitieux : Le carrefour des innocents dans lequel il relate l’amitié entre un voyou enfermé en prison et d’un docteur. Hudson retrouve pour l’occasion Donald Sutherland et offre à Adam Horovitz (membre des Beastie Boys) son premier rôle au cinéma. Ce film fut projeté au Festival de Cannes 1989. Il mettra plus de dix ans pour réaliser son prochain long métrage My Life So Far . En 2000, son dernier film en date : Je rêvais de l’Afrique, avec au casting Vincent Perez et Kim Basinger est présenté au Festival de Cannes en 2000.

En 1985, Hugh Hudson, réalisateur à succès se lance dans Revolution,  un projet des plus ambitieux sous l’égide de la Warner : un film prenant pour décor la guerre d’indépendance aux Etats-Unis vu à travers les yeux d’un émigrant écossais, Tom Dobb et de son fils, enrôlés contre leur gré dans l’armée américaine pour lutter contre les armées britanniques.

Pacino et Hudson - Tournage de Revolution
Revolution est doté de moyens très importants, d’un casting d’exception : Al Pacino, Donald Sutherland et Nastassja Kinski et du producteur de Ragging Bull : Irwin Winkler.

Le film est une très belle retranscription du New-York de l’époque, les scènes de batailles  sont minutieusement reconstituées et l’interprétation d’Al Pacino est impeccable. Hugh Hudson fait preuve de son talent pour la mise en scène : le travelling avant lors de l’assaut des soldats anglais où encore ce plan séquence latéral entièrement tourné à l’aide d’une louma à la fin témoigne de l’amour qu’il porte pour ses films et pour le cinéma.

Vers la fin du tournage, le montage d’un autre grand film de la Warner débute : Mission,  de Roland Joffé avec Jeremy Irons et Robert De Niro. Hugh Hudson est alors pressé par le studio de commencer le montage au plus vite afin de concurrencer Mission. Devant le peu de temps dont il dispose, Hugh Hudson va être contraint de faire supprimer des scènes importantes . La palme d’or remporté par Mission en 1986, a probablement nuit à Révolution.

En 2009,  Hugh Hudson effectue un nouveau montage du film. C’est ce dernier que propose l’Institut Lumière.

Même s’il n’a pas rencontré le public au moment de sa sortie, Revolution est un film à découvrir !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Journal Cinéphile Lyonnais 15243 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines