Magazine Culture

Les Nègres: une déconstruction des clichés

Par Shalinee
Les Nègres: Une déconstruction des clichés

ARCHIBALD, grave : Je vous ordonne d’être noir jusque dans vos veines et d’y charrier du sang noir. Que l’Afrique y circule. Que les Nègres s’y nègrent. Qu’ils s’obstinent jusqu’à la folie dans ce que l’on les condamne à être, dans leur ébène, dans leur odeur, dans l’oeil jaune, dans leurs goûts cannibales. Qu’ils ne se contentent pas de manger les Blancs, mais qu’ils se cuisent entre eux (...)

Cette pièce de Genet a marqué un tournant audacieux dans l’image du Noir au théâtre car elle est l’une des toutes premières à mettre en scène des acteurs Noirs, pas moins de treize, d’autant plus dans une période historique assez mouvementée pour la France ( 1959, période de la guerre d’Algérie). Les contraintes du dramaturge sont d’ailleurs claires au début de la pièce : l’interprétation des rôles doit impérativement être attribuée à des Noirs, même lorsque ceux-ci sont amenés à jouer des personnages blancs. Les Nègres, qui sont-ils ? Genet s’interroge d’ailleurs sur eux : « Mais qu’est-ce que c’est qu’un Noir ? Et d’abord, c’est de quelle couleur ? » Dans la pièce, ceux-ci portent un masque, de sorte qu’on ne verra pas leur vraie couleur et ils sont en réalité pétris de tous les clichés racistes et dégradants et les préjugés les unes plus loufoques que les autres, renvoyés aux spectateurs blancs qui les voient selon l’image qu’ils se font d’eux.

Un des clichés que l’on retrouve est celui des Nègres éternels coupables, qui dans la pièce se déshumanisent constamment en exaltant leurs crimes et ils sont également caricaturés, d’où leurs noms : Village, Ville de Saint-Nazaire, Neige, Félicité, Vertu etc. Accusés par la Cour de crime, ceux-ci se mettent eux-mêmes en scène et montent une tragédie, La mort de la Blanche, offerte pour leur jugement, exemple formidable de théâtre dans le théâtre non dénué d’humour. Par exemple, lorsque les personnages blancs ( qui sont en réalité des acteurs Noirs masqués) sont amenés à jouer des Noirs, cela donne un Noir jouant un Blanc qui joue un Noir. Lorsque certains refusent le rôle que leur attribue Archibald, le metteur-en-scène, nous voyons alors transparaître tout l’artifice et la mascarade du jeu théâtral. Véritable diatribe contre la colonisation et le racisme, mais également un texte décalé qui peut facilement dérouter et confondre le lecteur, Les Nègres garde tristement un écho de nos jours dans les préjugés qu’on se fait des Noirs et des autres minorités ethniques.

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Shalinee 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines