Magazine Bébé

Se sentir enfin maman.

Publié le 12 janvier 2015 par Encoreunblogdemere

Il aura fallu trois ans et deux enfants pour que je me sente légitime dans mon rôle de mère. Une impression qui normalement aurait du s’installer très vite, et pourtant, jusqu’ici, je ne me sentais encore pas tout à fait maman…

Est ce dû à notre parcours difficile pour avoir Liloute ? Mon « jeune » âge (je rappelle que je vais sur mes 30 ans, quand même…), mon manque de confiance en moi (vous connaissez le syndrome de l’imposteur ? Bah c’est un peu ça, mais pas à 100 % non plus), ma peur de perdre mes enfants lors de mes grossesses ?

Honnêtement, je n’en sais rien… Toujours est il que depuis la naissance de miss S. je ne me suis jamais sentie légitime vis à vis des autres dans mon rôle de maman. Je craignais qu’on me l’enlève, qu’on me décrète « pas assez bien » (folle moi ? à peine…) pour être sa mère, je me mettais une telle pression qu’au final je ne me sentais pas mère ni bonne mère. Pourtant, j’étais et je suis sa maman, ça ne fait aucun doute !

Cette peur du jugement, du regard des autres, ce manque de maturité, d’affirmation en tant qu’adulte, ça m’a bouffée. Et c’est bien dommage.

Rassurez vous, ça n’a jamais affecté ma relation avec mes filles, ni ma façon de les élever, juste (et c’est déjà énorme) mon regard sur mon rôle de maman. Quand on s’extasiait sur la ressemblance de ma fille avec son père, je me sentais dépossédée, parce que j’avais déjà des doutes sur ma capacité à être sa maman… Dur à expliquer.

Et puis elle a grandi, moi aussi. Je suis tombée enceinte, pour de bon, une deuxième fois. Et là le changement s’est fait, petit à petit. Liloute était ma fille, j’étais sa mère et personne ne pouvait mettre ça en doute. J’étais apte à l’élever, à prendre des décisions pour elle, à être une maman, une grande personne. Et malheur à qui disait le contraire.

Miniloute a été le point final à ce changement. Elle est arrivée, et immédiatement j’étais sa maman, celle qui était son monde et qui lui suffisait (hors de l’amour paternel que monsieur lui donne, évidemment) et ce même au niveau alimentaire puisque je l’allaitais. Quand on m’a contredit sur la façon de m’en occuper ou sur la question du RGO, je ne me suis pas laissée faire puisque j’étais intimement convaincue que j’étais la mieux placée pour le savoir : je suis sa mère. D’ailleurs, monsieur peut dire la même chose, pas de sexisme chez nous.

Maintenant, quand j’amène Liloute à l’école, sa soeur contre moi en porte bébé, je ne me demande pas si j’ai l’air « légitime », je le suis et c’est tout. Quand j’y pense, c’est très bête tout ça… Peut être une forme de baby blues mal placée, je ne sais pas.

Je me sens maman, avec tout ce que ça comporte : la fatigue, la lassitude, l’envie d’ailleurs, les petites et grandes joies, l’amour et la fierté. Je me sens enfin maman, en plus d’être femme et non plus fille… Je me sens moi même, mère de deux enfants, épouse et presque trentenaire.

Je me sens maman, mais pas seulement, heureusement.

Mais je me sens leur mère, dès que je les vois, les serre dans mes bras, les regarde dormir… C’est viscéral, c’est vrai, ça l’a toujours été.

Sauf que maintenant je le sais.

Ce petit cou, c'est moi qui l'ai fait !

Ce petit cou, c’est moi qui l’ai fait !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Encoreunblogdemere 7958 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines