Magazine Conso

Ma fille bébébébé-gaie {SOS bégaiement)

Publié le 13 janvier 2015 par Theworkingmum @theworkingmum1

Il est arrivé après Noël. Il n’était pas voulu. Il n’était pas désiré. On ne l’explique pas. Au départ, nous ne sommes pas inquiétés en pensant que c’était très passager. C’est même rigolo au début. Quand ça dure, c’est inquiétant et même énervant.

Oui, ma fille bégaie. Un peu. Enfin, je crois.

Concrètement, il se passe quoi? Ma fille de 3 ans et demi a du mal à débuter ses phrases. Elle répète la même syllabe. Plusieurs fois. Elle finit par rire et dire « c’est trop dur de parler » avec un grand sourire. On l’incite à recommencer DOU-CE-MENT on lui répète. Je parle en articulant bien, elle face à mon visage qui étudie mes traits… On l’écoute, on reformule, on l’incite à parler…

Punaise ça craint, et si ça ne passe pas? Si ça ne suffit pas?

On en bégaye jamais quand on est seul, c’est toujours avec autrui

Pourquoi?

Le bégaiement est fréquent chez les enfants lors de l’apprentissage de la parole. Il faut s’inquiéter quand il persiste. On ne sait vraiment d’où il vient mais le facteur n’est pas isolé : un déménagement, un conflit, un deuil… Le bégaiement s’aggrave en fonction de la réaction des autres (rires, déni…) d’où l’importance de le prendre en compte rapidement. Le bégaiement touche la confiance en soi.

L’enfant doit particulièrement être entouré pendant cette période de bégaiement.

1% de la population française en souffre

3 hommes pour 1 femme

Est-ce que cela pourrait être ce que l’on appelle « l’hésitation normale » ou « bégaiement transitoire ». Cela dure entre 6 mois et 2 ans. « Pour 50 à 80% des enfants, la récupération se fait naturellement sans intervention spécialisée. » (source : ecudatout)

L’intervention d’un spécialiste peut être intéressante : l’orthophoniste.

Mais la famille est également importante encore une fois pour soutenir l’enfant et l’encourager dans sa difficulté.

langage-famille

Je suis obligée de penser à la tétine. Elle l’adore toujours. Pour dormir, pour le dépôt à l’école, pour les périodes de calme et de repos (comme en voiture)… J’avoue que je trouve ça trop. J’aimerai l’enlever encore! La limiter! Mais ce sont des crises quand elle ne l’a pas. Parfois je résiste, parfois je cède. Là, je me questionne.

Je sais qu’elle ne veut pas grandir, en tout cas c’est mon impression. Je la trouve moins avancée que d’autre de sa classe. Attention à ne pas prendre comme un jugement car j’adore ma fille et tout ce qu’elle est mais je constate. Certains camarades ont une réelle répartie, ma fille elle, n’aime toujours pas dire bonjour, pour le merci ou au revoir, faut se battre.

C’est un tout ou pas? Je ne sais pas, à quelle point je dois me ou non remettre en question?

Ou serait-ce mon beau-père qui aurait une mauvaise influence sur ma fille? Il crie beaucoup  et ça a pu l’impressionner à Noël, elle qui est plutôt introvertie… Quelles sont mes solutions?

Bref, un spécialiste s’impose et quelques réflexions !

As-tu connu déjà ce cas? Des recommandations?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theworkingmum 2867 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte