Magazine Culture

Mina juste avant le dernier arbre

Publié le 13 janvier 2015 par Lael69
Mina juste avant le dernier arbreThierry Laval
Gallimard Jeunesse GibouléesParu en Octobre 201444 pages15,50 euros
Album Jeunesse dès 6 ansThèmes : Ecologie, Plantes, Société
En ce matin, une ombre plombe la ville. Un nuage énorme, épais et sombre vient engloutir ce qui reste de vie. Tous fuient, sentant le danger y compris Mina qui sert fort dans sa main Pissenlit, une plante verte bénie et seule amie. Mina avance, ne s'arrête pas mais finit par être engloutie par cette vague, un néant qui laisse un monde démuni. Pour tout l'or du monde, Mina ne lâcherait pas Pissenlit alors lorsqu'un étrange olibrius rose et touffu veut lui chaparder sa plante, elle s'y cramponne, se faisant balader à droite à gauche, volant dans les airs. Bientôt d'autres créatures étranges apparaissent dans une jungle bizarroïde. Mina est cernée par des zozos voleurs qui tour à tour veulent lui arracher sa plante, la sauver ou la poursuivre...
Mina juste avant le dernier arbreOn ne sait plus où donner de la tête dans cet univers bigarré, multicolore apportant une dimension onirique et fantasque à ce conte écologique.

Les illustrations de Thierry Laval sont incroyables. Le grand format valorise leur côté vertigineux et fantastique. Le graphisme est pour sûr très original et atypique mais l'histoire est également très intéressante.  Conte écologique, Mina juste avant le dernier arbre raconte l'histoire d'un monde, pour être plus précis, c'est la fin d'un monde pollué, désillusionné où une petite plante représente tout ce qu'il reste de pur, de sain. Dans ce monde malade, la plante verte de Mina est une force, un symbole d'espoir et de renaissance. Mina juste avant le dernier arbreLes illustrations sont remplies de formes insolites, de couleurs joyeuses et le texte en bulles rappelle les bandes dessinées. Jeux de contraste entre de gros et épais nuages sombres et des couleurs très flashy pour représenter les oiseaux, les humains, et tout ce qui n'est pas encore pollué, les dessins sont fort évocateurs.Visuellement c'est exubérant, parfois déroutant mais c'est très accrocheur. Ca me plaît beaucoup. Même le texte est farfelu, excentrique, pleins de mots bizarres et loufoques. De ce conte moderne se dégage une sensibilité certaine, une poésie de la pureté, de la nature, seule capable de se renouveler, de nous décontaminer, de nous sauver. 

Mina juste avant le dernier arbreUn très bel album dont la complexité parfois dépaysante peut surprendre. Moi-même je l'ai relu trois fois pour pouvoir tout apprécier. A conseiller aux enfants dès 5/6 ans en lecture accompagnée et expliquée!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lael69 7692 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine