Magazine Culture

Je vais bien, ne t’en fais pas

Publié le 13 janvier 2015 par Prland

Ce n’est pas parce que je n’écris plus qu’il faut s’inquiéter. A ma décharge, les événements de la semaine dernière ont un petit peu percuté nos vies d’êtres humains. L’émotion est remontée à fleur de peau, les yeux se sont souvent embrumés, d’abord de tristesse, puis de rage, puis d’espoir et de fierté. Ecrire sous le coup de l’émotion n’était pas raisonnable, il valait mieux se taire. Sans compter que se souhaiter une bonne année est devenu un exercice difficile pour tous, on a abandonné l’idée.

Je vais bien, ne t’en fais pas

A l’arrivée, ça fait donc environ 6 jours à pleurer beaucoup. L’année a assez mal commencé, on peut dire. Mais tout ça est derrière maintenant, il ne reste plus qu’ouvrir le chapitre où-la-vie-reprend-ses-droits-mais-en-entretenant-méthodiquement-la-flamme-de-la-saine-indignation.

C’est donc une semaine totalement normale qui a débuté.

Tiens, par exemple, depuis ce matin j’ai réussi à regarder un journal télévisé en ne pleurant que deux fois (la radio continue à m’emporter mais j’y travaille). Je me contente de sourire bêtement quand je croise un CRS ou un agent de proximité de la RATP mais je résiste super bien à l’idée de les prendre dans mes bras, ce qui n’est pas une petite victoire. J’ai enfin pu répondre un à un à tous les collègues et amis d’autres pays du monde qui se sont inquiété pour moi, pour nous, pour nous tous, en nous envoyant des témoignages de soutien et d’amitié souvent bouleversants. Je compte aussi arrêter de serrer (beaucoup trop) fort (et trop longtemps) dans mes bras ceux que j’aime, au fur et à mesure que je les revois (ce qui devrait les soulager).

Je n’ai pas encore réussi à gérer l’intégralité des réactions émotionnelles de mes amis qui  comptaient sur moi parce qu’ils se sentaient fébriles, inquiets, perdus… étant moi-même un peu fébrile, inquiet et perdu jusqu’à il y a peu. Mais là, franchement, ça va, j’arrive.

Bien sûr, je continue à ronger mon frein devant une chaîne info quand j’en vois une, au loin. En attendant d’écrire le billet « mesuré » qui va avec la façon dont ces chaînes se sont comporté. Je prévois de revenir bientôt sur Twitter après des jours de consultation sporadique à des moments bien choisis, débranchant la plupart du temps, ulcéré par une réaction ou meurtri sans raison par une autre. Je m’emporte encore dans des conversations de comptoir où je ne laisse plus passer le moindre point de désaccord sur l’impact politique, sociologique et émotionnel des événements de ces derniers jours. Mais à chaque fois que j’ai un petit coup de mou, je file à la salle de sport où je me défoule pendant 2 heures.

Pour la suite, j’hésite encore entre partir me battre pour une cause utile qui me rendra fier de me lever chaque matin, me lancer sur le tard dans une carrière de mannequin sénior pour une marque de catalogue adéquate qui profitera sûrement de mon  trop plein de sport, débrancher tout 6 mois pour m’initier à l’hindouisme dans une tribu reculée.

On en est tous un peu là dans nos réflexions. Mais on va bien, que personne ne s’en fasse. Et on s’aime en plus.

Je vais bien, ne t’en fais pas


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Prland 1728 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine