Magazine Société

Le charlisme est un humanisme (3)

Publié le 22 janvier 2015 par Sylvainrakotoarison

« Que je voudrais bien tenir un de ces puissants de quatre jours, si légers sur le mal qu’ils ordonnent, quand une bonne disgrâce a cuvé son orgueil ! Je lui dirais… que les sottises imprimées n’ont d’importance qu’aux lieux où l’on en gêne le cours ; que sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ; et qu’il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits. » (Beaumarchais dans "Le Mariage de Figaro", 1778). Troisième et dernière partie.

yartizJeSuisCharlie01Mot un peu vieillot du début du XXe siècle, la laïcité est désormais au cœur des enjeux actuels pour le vivre ensemble. Après avoir évoqué l’unité nationale à la suite des attentats contre "Charlie Hebdo", voici quelques réflexions et perspectives d’avenir…

Sécuriser le pays ?

Il est clair qu’il y a un réel besoin de sécurité. Les amalgames ne cesseront évidemment pas par miracle. Même dans des pays à la liberté plus muselée et surveillée que la France, comme en Russie et (surtout) en Chine, on n’évite pas de graves et sanglants attentats islamistes.

Il est clair aussi qu’on ne peut plus se convaincre de l’antagonisme entre sécurité et liberté : il n’y a pas de liberté sans sécurité (les dessinateurs de "Charlie Hebdo" en ont fait une effroyable démonstration), et réciproquement, il n’y a pas de sécurité sans liberté.

Les positions contre l’immigration sont complètement inefficaces dans des cas comme Merah, Kaouchi ou Coulibaly, puisqu’ils sont des Français et pas des étrangers. C’est là toute la subtile stratégie du djihadisme : les donneurs d’ordre sont bien à l’étranger (Al-Qaïda au Yémen a revendiqué l’attentat le 14 janvier 2015) mais ils s’organisent pour recruter leurs hommes (les "martyrs" puisqu’ils savent qu’ils vont mourir) à l’intérieur des pays cibles et les former le mieux possible.

D’ailleurs, l’une des premières mesures du gouvernement, prise le 15 janvier 2015, et que j’applaudis des deux mains, c’est d’accorder la nationalité française à Lassana Bathily, l’employé malien de la supérette Hyper Cacher de la Porte de Vincennes qui a sauvé la vie de six otages (dont un bébé) en les cachant dans la chambre froide et qui a pu s’enfuir et aider efficacement la police. Il en avait fait la demande en juillet 2014 et la cérémonie de naturalisation a été fixée au 20 janvier 2015.

Les positions pour le rétablissement de la peine de mort sont tout autant stupides : les terroristes islamistes ne mettent aucune valeur à la vie, pas plus la leur que celle de leurs victimes potentielles. Non seulement proposer le rétablissement de la peine de mort au lendemain des attentats est (moralement et politiquement) stupide, mais en plus, c’est généralement inutile car jusqu’au-boutistes, les terroristes, une fois pistés et poursuivis, refusent de se rendre et combattent jusqu’à leur mort (qui est une certitude, puisqu’ils savent qu’ils ne pourraient jamais résister au nombre). Ce qui leur permet d’ailleurs de ne pas avoir à assumer leurs actes devant la justice des hommes.

yartizJeSuisCharlie19

Mais il n’y a pas que les tenants du "tout sécuritaire" qui peuvent faire des amalgames et des récupérations avec ces attentats. Ainsi, de l’autre côté de l’échiquier politique, certains qui pensent que tout doit être basé sur l’éducation et la culture en profitent pour ressortir le projet du droit de vote des étrangers aux élections locales pour redonner de la dignité à… à qui ? aux terroristes ? Le problème, c’est que, là aussi, cette mesure est complètement hors sujet puisque les auteurs des attentats ne sont pas des étrangers mais des citoyens français, et on imagine l’importance qu’a pour eux le droite de vote en France : eux, ce n’est pas avec un bulletin de vote qu’ils votent, c’est avec une Kalachnikov…

La seule possibilité pratique pour arrêter ce type d’attentats, c’est de renforcer la surveillance policière. C’est terrible de dire cela dans une démocratie, mais c’est ainsi. D’ailleurs, de nombreuses tentatives d’attentat ont déjà été déjouées par les services de police et il faut s’en féliciter, mais le point crucial, c’est de déjouer 100% des tentatives, pas 99%.
Les mesures qu'a présentées Manuel Valls le 21 janvier 2015 semblent répondre à ce besoin de plus de sécurité : création de 2 680 emplois en trois ans pour mieux surveiller 3 000 personnes, création d'un site internet pour aider les citoyens à lutter contre l'embrigadement djihadiste, création de 60 aumôniers supplémentaires dans les prisons pour renforcer les 182 existants, création d'un fichier spécial des personnes condamnées pour terrorisme, possibilité de créer une peine d'indignité nationale. En tout, le gouvernement compte renforcer les moyens de lutte contre le terrorisme de 735 millions d'euros sur trois ans.

L’important, donc, c’est de surveiller toutes les personnes susceptibles de produire des attentats terroristes. Sur Internet ou ailleurs, dans la vie réelle. Le risque, c’est d’élargir la surveillance sur des citoyens qui n’ont rien à se reprocher, mais je dirais que c’est aussi le moyen de les protéger eux-mêmes, puisque, en définitive, nous sommes tous une cible potentielle, plus encore aujourd’hui qu’hier. Que ce soit au métro, dans la rue, dans un musée, dans un magasin, etc. Après tout, plus personne ne conteste la fouille au corps lorsqu’on prend l’avion ; même si ce n’est pas agréable, on la comprend car tant qu’à faire, on préfère ne pas être dans le même avion qu’un terroriste équipé de bombes.

C’est aussi d’appliquer la loi actuelle sur ceux qui appellent à la violence et à la mort. Il n’est pas concevable qu’attiser la haine puisse rester sans arrêt impuni. Il n’est pas acceptable d’entendre autant d’apologies à la violence dans les salles de classe. Il n’est pas possible de laisser des imams prêcher le djihad en France sans réagir efficacement d’une manière ou d’une autre.

Laïcité et liberté du culte

La liberté d’expression doit pouvoir cohabiter avec la liberté du culte. Cette dernière n’est pas incompatible évidemment avec la laïcité qui vise seulement à la neutralité religieuse de l’État et pas à l’interdiction de la pratique religieuse comme certains voudraient en profiter pour l’imposer.

yartizJeSuisCharlie17

Un militant autonomiste alsacien (et musicien controversé de rock identitaire), assez éloigné de mes idées, sous le pseudonyme de Karl Hauffen, a cependant bien décrit la complicité objective entre les ultra-laïques et les intégristes le 5 janvier 2010 : « Afin de désamorcer cette course à l’échalote entre les revendications identitaires ou communautaires, les partisans du multiculturalisme ont alors cru bons de recourir au durcissement de la notion de laïcité pour la transformer en une machine aveugle à décaper l’espace public. (…) Ce n’est pas le moindre des paradoxes, d’ailleurs, que de voir les amis du désastre (…) venir régulièrement nous parler de la nécessité de recréer du lien social quand, dans le même temps, ils contribuent systématiquement à l’éroder en reprenant à leur compte cette définition outrancière de la laïcité. À les écouter, il faudrait que l’espace public soit entièrement nettoyé de toutes expressions culturelles ou religieuses afin que tout rentre dans l’ordre. (…) Nous voilà revenus au bon vieux temps du principe de la tabula rasa prôné par les révolutionnaires bolcheviques. En jouant de la confusion entre culte et culture, la logorrhée ultra-laïque prend les contours d’un projet totalitaire qui revient à mettre du vide là où jadis se dressait un patrimoine riche et envié par le monde entier. En outre, ceux qui par hypocrisie s’amusent à reprendre l’argument des ultra-laïques pour s’opposer à la progression de l’islam en France jouent un jeu tout aussi dangereux. Car l’autre paradoxe de cette stratégie est qu’elle finit, dans un effet boomerang, par fragiliser un peu plus encore les dernières formes d’affirmation culturelle propres aux nations européennes (…). En faisant "radicalement" place nette, la nature ayant horreur du vide, l’ultra-laïcité ouvre ainsi la voie à une extension sans limite, non seulement de la religion islamique, mais aussi et surtout des cultures "extra-européennes" qui l’accompagnent. Pire, elle empêche l’acculturation d’un islam importé par l’immigration, seule étape pourtant incontournable de l’émergence d’un hypothétique islam national s’appropriant sa part de culture française et européenne. Ce faisant, le discours ultra-laïque favorise à son insu la cristallisation d’une islam non national (…), c’est-à-dire, d’un islam intégriste et fondamentalistes. ».

Pour Julien Dray, ancien député PS de l’Essonne, il est urgent de réduire le fossé communautaire entre musulmans et non musulmans : « L’un des moyens d’action du salafisme en France est la revendication identitaire permanente ayant vocation à couper les musulmans du reste de la communauté nationale, à laquelle ils appartiennent (…). La peur de l’amalgame ne peut servir un argumentaire spontanément victimaire. À partir du moment où le salafisme est en guerre contre l’islam, dont il n’est qu’une version sectaire et dévoyée, d’où vient cet étrange malaise de certains musulmans devant la nécessaire condamnation de ce radicalisme meurtrier ? » (16 janvier 2015).

Une nouvelle France ?

La République a été ébranlée par ces attentats. La réaction du peuple a été saine et réconfortante. La capacité d’indignation a gardé toute sa fraîcheur et son authenticité. Oui, je suis fier d’être français ! Fier qu’un peuple sache se mobiliser spontanément pour défendre les valeurs de la vie, les valeurs de l’humanité. J’avais même songé à mettre pour titre "Vive la France !" mais je trouvais cela trop "franchouillard" et pas assez universel. La France est universelle, on pourrait dire, mais en le disant, on pourrait risquer l’arrogance alors que l’atmosphère est au contraire, non pas de donner des leçons, mais d’en tirer (comme disait l’un des éditocrates qui sévissait sur une chaîne d’information continue).

Manuel Valls a su très bien l’exprimer : « Il y a quelque chose qui nous a tous transformé, après ces événements, et après les marches de cette fin de semaine. Je crois que nous le sentons tous, c’est plus que jamais la fierté d’être français. Ne l’oublions pas ! » (13 janvier 2015).

Cette fierté, on la doit bien sûr au peuple lui-même en marche, mais aussi à sa classe politique. À l’exécutif, qui a su "gérer" au mieux ce que les journalistes, en oubliant les 17 morts, appellent (seulement) une "séquence".

yartizJeSuisCharlie18

Pour l’avoir souvent critiqué, je n’ai donc pas de scrupule à dire aujourd’hui que le Président François Hollande a été largement à la hauteur des événements. Il a su concentrer toute son énergie sur la gravité et l’unité. Le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait preuve, lui aussi, d’un professionnalisme exemplaire, efficacité et clarté dans son action. Mais il paraît désormais évident que celui qui s’est le plus transformé en homme d’État est Manuel Valls, qui a su se faire le porte-parole solide des valeurs françaises. La densité et la force de son discours dans l’Hémicycle le 13 janvier 2015 en sont les premiers signes. Ce brevet de "bonne gestion de crise" est somme toute peu original puisqu’il a aussi été admis sans hésitation par la plupart des responsables de l’opposition, comme Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Xavier Bertrand, etc.

yartizJeSuisCharlie04

Seule note discordante, l’attitude de Marine Le Pen qui fut très peu comprise par les Français (selon les sondages), car elle s’est d’elle-même désolidarisée de la marche républicaine du 11 janvier 2015 à Paris. Bénéficiant initialement d’une polémique stérile issue d’un désaccord entre apparatchiks du Parti socialiste, le Front national a juste montré à la nation sont refus de défendre les mêmes valeurs que le peuple alors qu’il aurait pu manifester comme les autres partis. Il sera donc plus difficile à ce parti de jouer sur la "victimisation" dont il serait supposé la cible, puisque d’ostracisme, il n’y en a jamais eu à son encontre dans ces circonstances, d'autant plus que Marine Le Pen a été reçue à l'Élysée à l'instar des autres chefs de parti.
yartizJeSuisCharlie16

Quant au président d’honneur du FN, le 15 janvier 2015, c’était même à une nouvelle provocation, à connotation conspirationniste, qu’il fallait s’attendre. Jean-Marie Le Pen, assumant son « Je suis Charlie Martel ! », aurait en effet déclaré à propos de l’attentat contre "Charlie Hebdo" que « toute l’opération porte la signature de services secrets » dans une dépêche signée du média russe "Komsomolskaya Pravda" (phrase dont le FN a cependant récusé la traduction française le 16 janvier 2015 : « Je ne valide pas les retraductions en français d’interviews déjà traduites du français en russe. »).

yartizJeSuisCharlie24

Selon le journal russe, il aurait expliqué : « Ces passeports oubliés des frères Kouachi me font penser au passeport tombé d’un avion brûlé le 11 septembre, passeport appartenant à un terroriste et resté intact par miracle. New York était en flammes, mais le passeport était resté propre. On nous dit maintenant que les terroristes sont idiots, c’est pour cela qu’ils ont laissé leurs papiers dans la voiture. (…) Je ne pense pas que les organisateurs de ce crime sont les autorités françaises, mais elles ont permis que ce crime ait lieu. ».
Interrogé par "Libération", Jean-Marie Le Pen est revenu en arrière et a rejeté l'accusation de complotisme : « Je ne sais pas s'il y a eu une manipulation dans ces attentats mais je peux dire qu’il y a eu une prodigieuse manipulation de la réaction populaire. (...) Si complot il y a, c’est un complot post-attentat, un complot de récupération pour faire remonter la côte du PS ainsi que celles de M. Valls et de M. Hollande. » (16 janvier 2015). Ou comment attiser le doute quand il faut se distinguer des autres… Il ferait mieux de suivre sa petite-fille, la jeune députée Marion Maréchal-Le Pen, qui, elle, n’a pas tergiversé en disant elle-même "Je suis Charlie" (le 12 janvier 2015).

L’unité nationale n’empêchera évidemment pas le retour aux vieilles querelles politiciennes. D’autant plus que nous sommes aussi en campagne électorale : les 22 et 29 mars 2015 auront lieu les premières (et peut-être dernières) élections départementales dans un climat d’incertitude quant à la survie des départements…

Mais le gouvernement devra veiller à préserver la cohésion nationale, comme l’a exprimé Manuel Valls : « Au fond, une seule chose compte, rester fidèle à l’esprit du 11 janvier 2015. Ce moment où la France, après le choc, a dit "non" dans ce mouvement spontané d’unité nationale. » (13 janvier 2015).

yartizJeSuisCharlie20

Bien sûr, cette attitude ne concerne pas seulement le gouvernement. Toute la classe politique doit rester responsable.

Ainsi, l’ancien Premier Ministre Alain Juppé a exprimé le même souhait que son (dernier) successeur à Matignon : « À la barbarie, les Français ont répondu par la fraternité républicaine. Par la confiance en l’autre et en la force partagée, comme un digue où viennent s’écraser les peurs. Rares sont ces jours de vérité où un peuple se rappelle à lui-même. Dimanche, le monde entier s’est senti français. Il s’agit désormais de ne pas céder à ceux qui, habituels marchands de malheur, exploitent la panique, alimentent les rancœurs et les divisions. I l s’agit de préserver la ferveur de cette République en marche, cette extraordinaire fraternité. À nous de préférer au cynisme, à la mesquinerie, au fatalisme, la force et la fierté d’une Nation debout. » (15 janvier 2015).

C’est aussi le sens du message de Julien Dray qui a rappelé le 16 janvier 2015 : « Oui, il y a bien des trésors de civisme et de générosité qui font la force de la France, qui dépassent de loin ses frontières… (…). Le slogan "Je suis Charlie" est désormais un mot d’ordre de rassemblement et de témoignage qui dépasse la lutte contre le terrorisme pour engager une démarche de revitalisation du débat démocratique, une démarche de fraternité, pour la République, les Lumières, le progrès… C’est cela l’aspiration profonde du 11 janvier. ».

RIP

J’ai préféré ne réagir ici par écrit qu’après l’inhumation des dix-sept malheureuses victimes des abominables attaques terroristes du 7 au 9 janvier 2015.

Pour leur mémoire, je rappelle leur nom : Frédéric Boisseau, Franck Brinsolaro, Jean Cabut (Cabu), Elsa Cayat, Stéphane Charbonnier (Charb), Philippe Honoré, Bernard Maris (Oncle Bernard), Ahmed Merabet, Mustapha Ourad, Michel Renaud, Bernard Verlhac (Tignous), Georges Wolinski (au siège de "Charlie Hebdo") ; Clarissa Jean-Philippe (à Montrouge) ; Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada (à la Porte de Vincennes). Assassinés parce qu’ils étaient dessinateurs, journalistes, économistes, employés, parce qu’ils étaient policiers, parce qu’ils étaient juifs. Parce qu’ils étaient français. Parce qu’ils sont devenus les symboles des valeurs de la République, des valeurs de la France, des valeurs universelles de l’humanité.

Qu’ils reposent en paix, et que leurs proches puissent trouver apaisement, soutien et sérénité dans leur douleur infinie.

Et comme chaque vie est un trésor aussi précieux qu’une autre, qu’en soient aussi associées les au moins vingt victimes de l’attentat de Maiduguri par l’explosion d’une bombe portée par une fillette d’une dizaine d’années le 10 janvier 2015 à l’entrée d’un marché et les deux mille victimes (selon des ONG) d’un raid de Boko Haram au nord-est du Nigeria le 14 janvier 2015. Ainsi que les (au moins) dix personnes tuées dans les émeutes de Zinder et de Niamey, les 16 et 17 janvier 2015, pour protester contre la nouvelle couverture de "Charlie Hebdo". Honte aux tueurs d’humanité et vive l’humain !

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (19 janvier 2015)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Cinq dessinateurs et deux chroniqueurs (entre autres).
La montée du populisme en 2014.
L’islam rouge (19 septembre 2012).
Retour sur l’islam rouge (21 septembre 2012).
Discours de Manuel Valls le 13 janvier 2015 à l’Assemblée Nationale (texte intégral).
Avant Kouachi et Coulibaly, il y a eu Merah.
L’attentat de Peshawar.
L’attentat d’Utoya.
Manuels Valls et le terrorisme.
L’unité nationale.
La laïcité et le voile.
Complot vs chaos, vers une nouvelle religion ?
L’antisémitisme, selon Arthur.
Terrorisme et islamisme.
Le djihadisme.
François Cavanna.
Philippe Val.
Clément Méric.
Abd al Malik.
Seul est éternel le devoir envers l’être humain comme tel.
Dessins inspirés ou en "relation prémonitoire" avec les attentats (1).
Dessins inspirés ou en "relation prémonitoire" avec les attentats (2).
Dessins inspirés ou en "relation prémonitoire" avec les attentats (3).
Les slogans des manifestations de soutien et de solidarité.
Cartographie des marches républicaines des 10 et 11 janvier 2015.
La peine de mort en dessins.
Ce qui dit le Coran des tueries.
yartizJeSuisCharlie10
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-charlisme-est-un-humanisme-3-162339


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sylvainrakotoarison 1164 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine