Magazine Culture

Six fourmis blanches de Sandrine Collette

Par Karine Simon @karine59630

Le 22 janvier 2015

Synopsis :

Le mal rôde depuis toujours dans ces montagnes maudites. Parviendront-ils à lui échapper? Dressé sur un sommet aride et glacé, un homme à la haute stature s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le contemplant. À des kilomètres de là, partie pour trois jours de trek intense, Lou contemple les silhouettes qui marchent devant elle, ployées par l’effort. Leur cordée a l’air si fragile dans ce paysage vertigineux. On dirait six fourmis blanches… Lou l’ignore encore, mais dès demain ils ne seront plus que cinq. Égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de leur compagnon, c’est pour leur propre survie qu’ils vont devoir lutter.

couv10118944

- 275 pages -

Les premières lignes :

Le mal suinte de ce pays comme l’eau des murs de nos maisons tout le long de l’hiver. enraciné en nous, telle une sangsue fossilisée sur une pierre. C’est ce que disait mon grand-père, et avant lui son père, et le père de son père : depuis toujours ces montagnes sont maudites.

Mon avis :

Décidément la collection Sueurs Froides des Editions Denoël me réussit très bien ! J’ai passé un excellent moment avec le titre de ce mois-ci, Six fourmis blanches de Céline Collette. J’avais déjà entendu beaucoup de choses positives avec un titre précédent de l’auteure, Des nœuds d’acier (que je viens d’acheter :p), mais je confirme, en effet elle écrit très bien !

Ce thriller commence pourtant comme un roman ordinaire, rien de bien terrible, tout est dans l’ambiance et la subtilité. Les chapitres s’alternent autour de Mathias et de Lou, en changeant ainsi à chaque fois d’histoire, jusqu’à ce qu’elles se rejoignent.

Mathias est un homme solitaire, albanais. L’action d’ailleurs se passe en Albanie, un pays pourtant pas si éloigné de nous mais qui est encore empreint de traditions ancestrales et de vieilles croyances, en particulier dans les montagnes éloignées et isolées des villes. Mathias est un sacrificateur. A chaque événement, que ce soit un mariage, une naissance, un baptème, ou pour conjurer le mauvais sort, il est appelé par des familles qui lui demandent de procéder à un sacrifice. En effet il a le don, ils sont peu nombreux aujourd’hui à l’avoir. Il choisit alors une chèvre dans un troupeau, et il l’emmène en haut dans la montagne, où il l’offre aux Esprits pour les satisfaire et les calmer. Un jour il est appelé par une famille importante de la région, et le chef de famille lui demande (ou plutôt il lui impose) de prendre son petit-fils en apprentissage, car il a le don lui aussi…

Lou, quant à elle, fait parti d’un groupe de six touristes venus tester un circuit de randonnée dans les montagnes d’Albanie. Elle est accompagnée de son fiancé. Les autres, elle ne les connait pas spécialement, ils se sont juste rencontrés une fois à Paris avant le départ, histoire de faire connaissance. Ces touristes ne sont pas particulièrement des adeptes de la randonnée, ce sont des débutants. Ils seront accompagnés de Vigan, un guide albanais, spécialiste de la haute-montagne. Ils vont donc crapahuter pendant trois jours dans des paysages à couper le souffle, du moins, c’est ce qu’ils pensaient !

Sur ma gauche, je devine un mouvement et je pousse un hurlement. Une fraction de seconde, je vois la masse filer dans la descente et j’ai la certitude qu’Arielle avait raison, il y a bien quelque chose dans la montagne, qui nous suit, qui a senti que c’était son heure…

L’intrigue est parfaitement menée sans aucun temps mort. Dès le départ, nous sommes pris dans une histoire agréable, qui va se transformer au fur et à mesure. La montagne ensoleillée et les paysages magnifiques vont devenir glacials et inquiétants, synonymes de peurs, de danger et de morts. Le mélange des vieilles croyances et traditions, nous donne alors parfois l’impression que le diable en personne peut surgir à tout moment. Le suspens et la pression va alors monter crescendo jusqu’à la fin.

Je dois dire qu’une fois passée un peu plus de la moitié du roman, j’ai commencé à avoir des doutes sur l’intrigue, doutes qui se sont alors confirmés mais qui ne m’ont pas empêcher de dévorer cette dernière moitié d’une seule traite.

Quand l’imaginaire se lie à la peur, quand la nature revêt son manteau glacial, quand de vieilles croyances viennent habiter votre esprit, alors le danger rode ! Saisissant !

Si vous voulez découvrir un avis aussi enthousiaste que le mien, voici celui de : Stéphanie.

Je remercie chaleureusement Les Editions Denoël pour leur confiance.

Ce roman est disponible dès aujourd’hui chez votre libraire !



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Karine Simon 2995 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines