Magazine Culture

[anthologie permanente] Hans Carl Artmann

Par Florence Trocmé

quelque part 
 
demande-moi mon nom 
je te le confesserai 
pas un lieu à mon image 
suis miel parmi des fruits confits 
suis pain de sucre doré 
en vérité je suis abeille 
petite formation en rayons ruche 
en vérité je suis lettre 
adresse port postal tampon 
je te réponds comme Noé 
un cep de vigne un magicien 
vois donc je me transforme: 
Caruso me célèbre de son chant 
en colibri tourterelle aigle 
Robinson me traite de 
couleuvre scarabée microbe 
suis île dans l'univers 
suis en vertu de vraies affaires 
le rhinocéros de l'Altaï le gnou 
de l'Oural le makari de Gobi 
pas un miroir ne me projette 
pas un film ne me montre 
je suis le lieu de nulle part 
 
 
irgendwo 
 
frag mich um meinen namen 
ich will ihn dir beichten 
kein ort ist mir ähnlich 
bin honig unter kanditen 
bin vergoldeter zuckerhut 
eigentlich bin ich biene 
wabengebilde immenhäusle 
eigentlich bin ich brief 
adresse postporto stempel 
ich antworte dir wie noah 
ein rebstock ein zauberer 
sieh ich verändere mich: 
caruso besingt mich als 
colibri turteltaube aar 
robinson schilt mich als 
natter skarabäus mikrobe 
bin eiland im weltenall 
bin kraft echter aktien 
des altai nashorn das gnu 
des ural  der gobi makari 
kein spiegel wirft mich 
kein film zeigt mich auf 
ich bin der ort nirgendwo 
 
• 
 
comme une île 
dans ma main 
un quartz rose 
bleu eh bien mer 
vague après vague 
sel et poisson 
lumière après lumière 
air et oiseau 
souffle pressenti 
 
 
wie ein insel 
in meiner hand 
ein rosenquarz 
blau drum meer 
welle um welle 
salz und fisch 
licht um licht 
luft und vogel 
atem vorfühlen 
 
• 
 
GRETE MÜLLER, C'EST MON NOM, C'EST MOI 
qui mord les jolis petits cous, c'est moi, 
qui a de petites dents de vipère, c'est moi, 
qui a de de petits ongles pointus, c'est moi, 
À l'article de la mort, je n'y passe pas. 
toujours le soir après le repas, 
quand les ombres entrent en chansons, 
écoutez bien mes vibrations. 
 
 
GRETE MÜLLER HEISS ICH, 
schöne hälslein beiss ich, 
vipernzähnlein hab ich, 
scharfe näglein trag ich, 
sterbe ich, bin ich nicht tot. 
immer nach dem abendbrot, 
wenn die schatten singen, 
hört ihr meine schwingen. 
 
• 
 
Malmö: 
 
Malmö j'aime ta lumière 
qui ne se retire pas en soufflant 
comme des toiles d'araignées au grenier 
pas facile à enlever en soufflant 
comme des fleurs de pommiers 
quand le vent du large s'en mêle 
ou le sifflement des théières 
 
 
Malmö 
 
malmö ich liebe dein licht 
das man nicht so fortbläst 
wie spinnenweben am speicher 
so leicht nicht davonbläst 
wie blüten aus apfelbäumen 
wenn der seewind mitspielt 
oder abzischende teekessel 
 
• 
 
LE BUTOR EST ÉVEILLÉ 
son livre de lieder 
ouvert en plein milieu 
d'étranges ombres 
s'étendent 
derrière 
des fuchsias à hauteur d'homme, 
la digitale fleurit 
sortant de haillons jetés, 
genêt et fougère 
se crêpent le chignon; 
j'entends des mots 
qui aiguisent ma raison 
ou entourent 
de fils mon cœur 
comme des filaments miellés ...  
 
 
DIE ROHRDOMMEL IST WACH,  
ihr liederbuch 
in der mitte aufgeschlagen 
seltsame schatten 
ergehen sich 
hinter 
mannshohen fuchsien, 
der fingerhut blüht 
aus weggeworfenen lumpen, 
ginster und farn 
liegen sich heftig im haar ; 
worte höre ich 
die meinen verstand schärfen 
oder aber mein herz 
umspinnen 
wie honigfäden... 
 
• 
 
taprobane : 
 
l'enfance achevée 
elle prend les nappes 
et les replie avec soin: 
cartes maritimes pour  
des voyages à venir 
à mes propres yeux qui ne sont 
ni les astres fixes ni les fenêtres 
d'autres gens mais ce qui s'envole 
dans le vent ce qui se meut 
entre les deux pôles figés 
qui m'enchâssent comme 
une gauche et une droite 
 
 
taprobane :
  
wenn die kindheit fertig wird 
nimmt sie die tischtücher  
und faltet sie nett zusammen: 
maritime karten für kommende 
fort-reisen in meinen eigenen 
augen die nicht anderer leute 
fixsterne oder fenster sind 
sondern flugbares im wind 
bewegliches zwischen 
den beiden starren polen 
die mich einfassen wie ein 
links und rechts 
 
Ces six poèmes sont extraits du recueil de Hans Carl Artmann, Achtundachtzig (ausgewählte Gedichte), Residenz Verlag (sélection de 88 poèmes) 
Traductions inédites de Joël Vincent  
 
bio-bibliographie de Hans Carl Artman


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines