Magazine Culture

Angela merkel

Publié le 28 janvier 2015 par Aelezig

05

Angela Merkel, née Kasner, le 17 juillet 1954 à Hambourg, est chancelière fédérale de l'Allemagne depuis 2005.

Physicienne de formation, membre de l'Union Chrétienne-Démocrate (CDU), elle assume la charge de ministre fédéral des Femmes et de la Jeunesse au sein du cabinet Kohl IV, de 1991 à 1994, avant de se voir confier, le ministère fédéral de l'Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sécurité nucléaire du cabinet Kohl V, jusqu'en 1998. Angela Merkel devient, en 2000, la première femme présidente de la CDU.

Le 22 novembre 2005, après la victoire relative de la droite aux élections fédérales, elle est élue chancelière de la République Fédérale d'Allemagne par les membres du Bundestag, prenant la tête d'une « grande coalition » alliant la CDU et le Parti Social-Démocrate (SPD). Elle est reconduite dans ses fonctions à la suite des élections de 2009, et forme un gouvernement de coalition CDU-FDP. Son parti remporte les élections de 2013, ce qui lui permet d'être réélue pour un troisième mandat et de former un nouveau gouvernement de coalition CDU-SPD.

z29

Elle a été désignée femme la plus puissante du monde par le magazine Forbes à huit reprises depuis 2006 Elle est aussi largement perçue comme le politicien le plus important et puissant de l'Union européenne.

Angela Merkel est la fille de Horst Kasner, pasteur, et de Herlind Jentzsch, professeur de latin et anglais. Elle a un frère et une sœur, Marcus et Irena. Son père avait étudié la théologie à Heidelberg et à Hambourg.

À l'automne 1954, la famille quitte Hambourg pour la République Démocratique allemande (RDA), car le premier poste de pasteur de Horst Kasner se situe à Quitzow, un petit village près de Perleberg dépendant de l'Église évangélique régionale. En 1957, Horst Kasner part pour Templin dans le Brandebourg pour se consacrer à la fondation d'un centre pastoral de formation continue. La même année naît Marcus, le frère d'Angela, puis, sept ans plus tard, sa sœur Irene voit le jour. Enfant, Angela ne va pas à la crèche car sa mère Herlind, qui n'a pas réussi à intégrer le système scolaire de la RDA, est femme au foyer.

Angela suit sa scolarité à l'école polytechnique de Templin à partir de 1961. Ses enseignants la décrivent comme une élève réservée et bien intégrée. Elle obtient d'excellents résultats scolaires, notamment en mathématiques et en langues étrangères (elle parle aujourd'hui couramment l'anglais et un peu le russe). Pendant son enfance et sa jeunesse, elle est membre de l'Organisation des Pionniers Ernst Thälmann (un mouvement de jeunesse officiel pour les enfants entre 6 et 14 ans en RDA) puis de la Jeunesse Libre Allemande (autre mouvement de jeunesse officiel pour adolescents entre 14 et 25 ans en RDA).

Angela obtient en 1973 son baccalauréat au lycée de Templin avec la note maximale. Elle souhaite au départ devenir professeur en langue russe et en physique, mais cela lui est impossible en RDA en raison de son appartenance religieuse. Au terme de sa scolarité, elle choisit de suivre des études de physique à l'université Karl-Marx de Leipzig qu'elle poursuivra jusqu'en 1978. En juin 1978, elle passe avec succès son examen de fin d'études universitaires en physique.

z31

Après ses études, elle part pour Berlin avec son époux, Ulrich Merkel. Elle est admise comme collaboratrice à l'Institut Central de Chimie-physique de l'Académie des Sciences de Berlin-Est. Sous la direction de Lutz Zülicke, elle prépare sa thèse de doctorat en chimie quantique, qu'elle soutient en 1986. Elle obtient la mention « très bien ». Pour pouvoir obtenir le grade universitaire de Docteur en Sciences de la nature, il était obligatoire en RDA de joindre à la thèse de doctorat un travail écrit prouvant que les connaissances en marxisme-léninisme du postulant avaient été approfondies durant ses études.  Durant cette période, elle n'est pas membre du SED ni d'aucun autre parti affilié, et elle ne montre pas non plus d'activité dans l'opposition civile ou religieuse.

En 1977, Angela Merkel épouse le physicien Ulrich Merkel. Ils habitent alors dans un appartement à Berlin-Est. Après son divorce en 1982, elle décide de conserver le nom de Merkel. Elle se remarie le 30 décembre 1998 avec le professeur de chimie Joachim Sauer. Elle n'a pas d'enfant. Le couple réside à Berlin.

Carrière politique

Comme la plupart des élèves de la RDA, Angela Merkel participe à la Jeunesse Libre Allemande. Elle déclare en 2010 qu'elle y a adhéré car la FDJ offrait la possibilité de s'investir dans des activités de loisirs pour la jeunesse. Par la suite, elle devient secrétaire du Département pour l'Agitation et la Propagande à l'Académie des sciences. Angela Merkel ne collabore au mouvement Demokratischer Aufbruch que fin décembre 1989. Auparavant, elle n'appartenait à aucun des mouvements d'opposition, même si, en 1978, elle avait refusé une offre pour travailler au ministère de la Sécurité d'État. Dans son dossier de la Stasi, police politique de la RDA, sont mentionnées ses positions contre la RDA et le communisme et son appui au syndicat polonais Solidarność. En décembre 1989, cependant, la question de l'orientation politique future de Demokratischer Aufbruch n'est nullement tranchée. Angela Merkel travaille au siège, à Berlin-Est, où elle élabore les tracts et a une fonction proche de celle d'attachée de presse.

En février 1990, Angela Merkel est autorisée par l'Académie des sciences à entrer dans la compétition électorale pour le bureau politique de Demokratischer Aufbruch. Après la dernière élection à la Chambre du Peuple de la RDA, en 1990, Angela devient porte-parole adjointe du dernier gouvernement de la RDA, dirigé par Lothar de Maizière. En août, du fait de la fusion de DA avec la CDU, elle devient membre de la formation chrétienne-démocrate. En décembre, elle est élue en mandat direct au Bundestag.

Dans le cabinet Kohl IV, elle est nommée ministre fédéral des Femmes et de la Jeunesse. Elle est ensuite élue présidente de la CDU du Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale de juin 1993 à mai 2000. Le 17 novembre 1994, elle succède à Klaus Töpfer au ministère fédéral de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sécurité nucléaire. À la tête de ce ministère, elle dénonce les manifestations gênant les transport des conteneurs de matière radioactive Castor. Les demandes de démission provenant de l'opposition, en particulier des Verts, n'auront pas de conséquences sur sa position. Après la défaite électorale de 1998, elle cède son poste au vert Jürgen Trittin.

z30

Moins de deux semaines plus tard, le 7 novembre 1998, Wolfgang Schäuble propose sa candidature au poste de secrétaire général de la CDU lors du congrès fédéral de Bonn. Elle recueille 874 voix favorables contre 68, soit une écrasante majorité de 92,8 % des suffrages exprimés. Si le parti a déjà compté plusieurs vice-présidentes, y compris Angela Merkel elle-même, c'est la première fois qu'une femme atteint un tel niveau de responsabilité dans l'appareil chrétien-démocrate.

Le 10 avril 2000, au congrès d'Essen, Angela Merkel est élue pour la succession de Wolfgang Schäuble à la présidence de la CDU avec près de 96 % des voix. Au congrès de Düsseldorf, le 6 décembre 2004, elle est réélue. Puis elle est élue présidente du groupe parlementaire CDU/CSU au Bundestag, pour la succession de Friedrich Merz, avec 93,7 % des voix. Elle devient ainsi chef de l'opposition.

Le 9 décembre 2014, elle est élue pour un huitième mandat à la tête de la CDU, avec 96,72 % des suffrages.

Le 10 octobre 2005, après cinq semaines de difficiles négociations, le SPD et la CDU/CSU concluent un accord par lequel Angela Merkel est chancelière fédérale. Angela Merkel est la première femme chancelière d'Allemagne ; à cinquante-et-un ans, elle est aussi la plus jeune personnalité politique de l'histoire allemande à occuper ce poste.

Angela Merkel effectue sa première visite diplomatique en France le 23 novembre 2005, au lendemain de son investiture officielle, pour y rencontrer le président de la République Jacques Chirac et le Premier ministre Dominique de Villepin. Dans son discours, Jacques Chirac insiste sur l'importance de l'axe franco-allemand au sein de l'Union européenne. Angela Merkel accorde une importance particulière à ce premier voyage, afin de souligner son attachement à l'amitié avec la France, alors qu'elle songe à raffermir les liens de l'Allemagne avec l'Europe centrale et l'Europe de l'Ouest. Après son entretien avec Jacques Chirac, elle rencontre les dirigeants européens à Bruxelles, ainsi que le secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer. Dans son discours du 30 novembre, elle annonce son objectif de développer l'économie allemande et de réduire le chômage.

z31

En avril 2007, elle signe en tant que présidente du Conseil de l'Union européenne l'accord visant à établir le Conseil économique transatlantique.

Durant son premier mandat, Angela Merkel jouit d'une cote de popularité de plus de 60 % d'opinions positives, un score sans précédent dans l'histoire allemande et unique pour un chef de gouvernement européen en fonction. Fin 2010, des débats tels que le prolongement de la durée de fonctionnement des centrales nucléaires, ou encore l'immigration divisent le Cabinet Merkel et la majorité. En octobre 2010, alors que le débat sur l'intégration des musulmans bat son plein depuis la sortie de l'ouvrage polémique de Thilo Sarrazin, elle déclare que « le modèle multiculturel allemand a totalement échoué », reconnaissant toutefois l'importance de l'immigration pour l'économie allemande.

Le 17 novembre 2010, Barack Obama, le président des États-Unis, lui décerne la « Presidential Medal of Freedom », la plus haute décoration civile américaine, qui est attribuée « à des individus ayant contribué à la sécurité ou aux intérêts nationaux des États-Unis ». La cérémonie a lieu le 7 juin 2011. Le magazine américain Forbes la place en tête de sa liste des femmes les plus puissantes du monde chaque année de 2006 à 2009 et de 2011 à 2014.

Réélue présidente fédérale de la CDU pour la septième fois le 4 décembre 2012, par 97,9 % des suffrages, sa cote de popularité atteint alors un niveau record de 81 % d'opinions favorables et les enquêtes d'opinion indiquent que les Allemands sont satisfaits de sa gestion de la crise en zone euro. Souvent qualifiée de travailleuse, de rassurante et de pondérée, voire de discrète par nature, Angela Merkel reste très populaire auprès des Allemands, et cela de manière assez constante et inédite dans le pays pour un chef de gouvernement, alors même que son programme, son parti ou le travail des gouvernements successifs furent plus diversement appréciés.

À l'issue des deux premiers mandats d'Angela Merkel, l'Allemagne sort renforcée des deux crises économiques récemment traversées : la crise financière de 2009 et la crise de la zone euro, distançant ses partenaires européens. Le politologue Gero Neugebauer, de l'université libre de Berlin, note que « la chancelière a instauré le Kurzarbeit (un mécanisme de chômage partiel cofinancé par l'État fédéral), qui a permis d'éviter les vagues de licenciement massives, préservant l'emploi et permettant aux entreprises de redémarrer plus fort lorsque la tempête était passée. Le résultat est une économique florissante », tout en relevant que « les inégalités se sont creusées sous Merkel. Les disparités entre les plus riches et les plus pauvres sont plus profondes. Et bien que le niveau de l'emploi atteigne des records (le taux de chômage est au plus bas parmi les pays européens à 7,1 %), le noyau dur de chômage de longue durée ne se réduit pas ».

z32

Elle est élue pour un troisième mandat de chancelière fédérale le 17 décembre, par 462 voix pour, 150 contre et 9 abstentions. C'est la quatrième titulaire du poste de chancelier fédéral à entamer un troisième mandat, après Konrad Adenauer, Helmut Schmidt et Helmut Kohl, seulement la troisième à le faire après avoir enchaîné deux mandats complets consécutifs. Dans son troisième cabinet, elle conserve des poids lourds de la CDU, comme Wolfgang Schäuble aux Finances et Ursula von der Leyen qui passe à la Défense, retrouve des anciens ministres sociaux-démocrates de son premier cabinet, Sigmar Gabriel à l'Économie et Frank-Walter Steinmeier aux Affaires étrangères, et accueille plusieurs représentants de la nouvelle génération, comme Manuela Schwesig à la Famille et Alexander Dobrindt aux Transports.

Elle a écrit et publié de nombreux ouvrages, tant scientifiques que politiques.

D'après Wikipédia


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines