Magazine Culture

"Foxcatcher", fait divers glaçant au pays des lutteurs

Publié le 30 janvier 2015 par Juliette
Je ne suis pas cliente des films sur le sport habituellement, mais j'avoue que celui-ci a trouvé grâce à mes yeux! Peut-être parce qu'il s'agit davantage d'un drame psychologique plutôt que d'un film de genre...
L'affiche résume bien le propos du film : une sorte de bête monstrueuse à trois têtes...L'histoire:
Les frères Mark (Channing Tatum) et Dave (Mark Ruffalo) Schultz sont promis à un avenir radieux dans le monde de la lutte. Déjà lauréats d'une médaille olympique dans leur discipline, ils se préparent aux prochains Jeux de Séoul en 1988. John Du Pont, le milliardaire excentrique, se propose de financer une équipe nationale, garante des bonnes valeurs américaines...une étrange relation s'instaure alors entre Mark et son coach.

Le jeu impeccable de Channing Tatum et Steve Carell fait oublier le ridicule de la tenue! © Mars Distribution

Mes impressions :
Voilà un film à vous glacer le sang; d'ailleurs on n'en sort pas tout à fait indemne...et avec le moral à zéro! Je préfère prévenir...Pourtant, "Foxcatcheur" est un film brillant dans l'esthétique, la trame et l'analyse minutieuse des rapports humains. Ici la manipulation, la mythomanie, la duplicité et l'humiliation sont examinées à la loupe, servies par un jeu d'acteur incroyable.
Steve Carell est clairement sur la route des Oscars. Il compose un personnage trouble et dérangeant aux antipodes de ses habituels héros gentils et naïfs. La transformation physique de son visage renforce l'impression de malaise et de dégout. 
Il campe le très étrange milliardaire John E. Du Pont, amateur de lutte, au grand désespoir de sa vieille mère préférant l'équitation, sport bien plus noble. La relation qu'il entretient avec elle est particulièrement glauque: il essaye par tous les moyens de la rendre fière tandis qu'elle l'humilie et le rabaisse. Le vieux mythe de la mère castratrice fonctionne à merveille et explose la personnalité déjà borderline de l'adulte resté au stade de l'enfant capricieux.

Channing Tatum bluffant en sportif de haut niveau, déstabilisé par sa préparation. © Fair Hill LLC

Channing Tatum offre une performance physique impressionnante. Il joue une montagne de muscles bien décidée à devenir le meilleur de tous, mais instaure avec subtilité un jeu sensible et complexe. 
Constamment dans l'ombre de son frère, Mark veut se démarquer et prendre sa carrière à bras le corps. Il voit en John Du Pont le père et le mentor que son frère incarnait jusqu'à présent. Là où Dave son frère voyait de la bienveillance et du soutien, John Du Pont instaure un jeu de pouvoir et une relation perverse.

Les deux frères Schultz tentant de se soutenir face à la tempête qui se prépare...© Mars Distribution

Mark Ruffalo quant à lui est pour moi LA révélation du film. Il est présenté comme un personnage secondaire face au duo Tatum/Carell mais brille par sa proposition artistique. Il joue Dave, le frère de Mark Schultz. Lui-même grand champion olympique, il prend son jeune frère sous son aile pour l'entrainer et le mener vers la victoire. La relation que son frère entretient avec son nouveau mentor le rend méfiant mais sans pourvoir intervenir. Suivant ses propres intérêts personnels, il reste d'abord en retrait puis tente de briser la dépendance malsaine qui entraine son frère vers la chute. Mark Ruffalo offre une prestation sensible et retenue dans un contexte qui monte en pression crescendo.

La ressemblance physique des acteurs choisis est saisissante... © cinecola.com

Le scénario est tiré d'un fait réel dont je n'avais jamais entendu parler. A savoir la chute de deux champions américains, entrainés dans une spirale infernale et brisés par un personnage machiavélique. L'esprit tordu de John Du Pont maintient le film dans une tension permanente. On sent qu'un drame peut arriver à tout moment. La froideur de l'image renforce cette impression de malaise permanent. La perversion du schéma dominant/dominé s'installe petit à petit, de manière insidieuse. On tremble pour Mark tout au long du film. Le réalisateur Bennett Miller analyse avec minutie le rapport des hommes à l'argent dans le milieu du sport et comment toute valeur noble au départ peut être pervertie.
Un film à découvrir pour la performance de trois acteurs remarquables et pour un scénario dont la réalité dépasse décidément la fiction...

Bonne séance!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juliette 306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine