Magazine Culture

A l'origine notre père obscur

Publié le 02 février 2015 par Pralinerie @Pralinerie
Ce livre de Kaoutar Harchi a été suffisamment encensé ici et là pour que je l'achète sans même le feuilleter. Chose rare.  En général, je lis deux trois paragraphes, je tourne les pages. Je repose le livre. Je reviens plus tard. Bref, je suis rarement dans l'achat compulsif (pour les livres comme le reste d'ailleurs). J'aurais peut être dû le feuilleter avant. Non pas que c'ait été une mauvaise lecture. J'en sors simplement moins enthousiaste que beaucoup d'entre vous. 
Harem Chasseriau Vous avez certainement connaissance du plot : prisonnière de la "maison des femmes" depuis sa naissance, notre narratrice contemple sa mère, cette femme belle et triste, ne vivant que de l'espérance du pardon. Enfermée avec d'autres pour des crimes, réels ou supposés, contre les lois et la morale des hommes, sa mère attend que son époux vienne la libérer. Et pourtant, la porte est ouverte, chacune pourrait fuir et reconstruire sa vie. Mais non. Écrasées par la tradition et la culpabilité, ces femmes restent entre elles, se guettant mutuellement, se soutenant. A peine oppressant. Et notre jeune héroïne ? Elle nourrit un amour fou pour sa mère...
Sans nom, sans origine, cette jeune femme veut échapper au poids de la loi patriarcale, qui punit même les innocentes, qui se méfie de la femme, qui juge et condamne. Elle seule ose se révolter. Elle seule cherche à se confronter au monde, à l'homme. Elle se lève et s'avance, comme une petite Antigone, à la conquête de sa propre liberté. Il y a d'ailleurs dans ce livre quelques airs de tragédie grecque : le destin et la loi semblent régner en maîtres. Et le monologue intérieur de l'héroïne, direct, clair, parfois sensuel et lourd, nourrit cette impression. De même que l'universalité du texte, sans ancrage dans le temps ou l'espace. 
La forme théâtrale aurait peut-être mieux servi cette oeuvre, que j'ai trouvé belle et étouffante, pleine de tensions, mais aussi distante et impersonnelle. Un beau texte, pour un sujet qui est toujours d'actualité, l'oppression des femmes par les hommes, avec le consentement et l'amour de ces dernières.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pralinerie 1161 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine