Magazine Culture

Etre heureux en trois leçons (Flaubert)

Par Argoul

« Etre bête, égoïste et avoir une bonne santé, voilà les trois conditions voulues pour être heureux. Mais si la première vous manque, tout est perdu. » Flaubert, lettre à Louise Colet 13 août 1846. Ne voilà-t-il pas la sagesse de base ? Certes, les gens cultivés se diront que le niveau est plutôt celui du petit-bourgeois content de lui-même, à la Bouvard & Pécuchet. Mais surmontons ce réflexe bégueule ou cépanou pour nous pencher sur la vérité profonde contenue dans ces phrases.flaubert_1846-25ans-d.1211960095.jpg

Tout d’abord le contexte. Flaubert répond à sa maîtresse qui lui « dit des choses dures » parce qu’elle est atteinte d’une « lassitude de chagrin ». Il se justifie : « Je suis sûr que tu me crois égoïste ». Il l’est, mais « là-dessus, chacun s’illusionne. Je le suis comme tout le monde, moins peut-être que beaucoup, plus peut-être que d’autres. » La charité de saint Vincent de Paul n’est-elle pas égoïste elle aussi, puisqu’obéissant à « un appétit de charité » ? N’est-ce pas une forme d’égoïsme que de se faire du bien ? d’obéir à l’un de ses appétits ? « Chacun jouit à sa mode et pour lui seul. » Il y a « les prodigues et les avares. Les premiers prennent plaisir à donner, les autres à garder. » Première leçon : ne pas se fier aux apparences. Les motivations des gens ne sont pas aussi pures qu’elles paraissent, parfois même à leurs propres yeux. Ils « se la jouent » comme disent souvent les ados.

Ensuite le prétexte. Le bonheur est un état physique, physiologique, d’équilibre. Etre bête signifie ne pas trop réfléchir, prendre les choses comme elles viennent, apprécier l’ordinaire – qui ne manque jamais. La bêtise étant la chose du monde la mieux partagée, le bête est heureux parmi d’autres bêtes ; il s’y sent bien, la vue courte, en troupeau. Rires lourds, blagues grasses, connivence entre mâles ou entre épouses, sentiment fusionnel entre militants de la même secte. Rien ne vient troubler la béatitude de bête. La bonne santé, répétition ironique du dicton populaire (‘quand la santé va, tout va’), n’est que redondance des deux premiers concepts. L’état physiologique du bonheur est un corps qui fonctionne bien. Seconde leçon : l’égoïsme est une réaction de confort du mouton lambda rassuré dans sa bergerie : on est bien, au chaud, entre nous.
 
Enfin le texte. « Mais si la première vous manque, tout est perdu. » La première condition, c’est d’être « bête ». Si l’on pense trop, on s’illusionne, on s’inquiète, on n’est plus dans le présent immédiat des choses terrestres. Soit l’on ressasse le passé (‘comme tout était mieux avant ! Le niveau ne cesse de se dégrader !’), soit on craint l’avenir (et si… le monde allait venir frapper à notre porte ? …les réformes allaient changer mon confort ? …les jeunes allaient me prendre mon travail ? …le complot des multinationales ? et si…) Cette frilosité réactionnaire est clairement celle du « bourgeois » que Flaubert a toujours poursuivi de sa hargne. Avec une arrière-pensée anticléricale, en ces temps où le goupillon s’alliait volontiers au sabre et où le Pape bullait contre la république. « Heureux les bêtes », semble énoncer Flaubert, parodiant l’Evangile, la référence des bien-pensants de son époque (« Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume de Dieu est à eux » Mt 5,8). Évangile d’apparence, empressons-nous de le préciser, car Jésus dit clairement « lorsque tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi comme font les hypocrites, dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés par les hommes. » (Mt 5,6) Troisième leçon : n’est-ce pas justement le propre de la bêtise de prendre l’apparence pour la réalité et le mot pour la chose ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Flaubert, Correspondance 1830-1851

    Flaubert, Correspondance 1830-1851

    Les lettres de Flaubert sont moins empesées que ses œuvres littéraires. Il lui fallait gueuler ses textes pour qu’ils prennent quelque consistance à ses yeux... Lire la suite

    Par  Argoul
    CULTURE, LIVRES
  • Voyage en Orient avec Flaubert

    Voyage Orient avec Flaubert

    Quelques « cartes postales » des lieux magiques : Égypte : « Hier nous avons passé devant Thèbes. Je casse-pétais intérieurement. Les montagnes (c’était au... Lire la suite

    Par  Argoul
    CULTURE, LIVRES
  • Montaigne, Flaubert et l’engagement

    J’ai abordé Montaigne au collège, mais cela m’ennuyait. Le discours scolaire et les « devoirs » selon la rhétorique n’engagent pas à aimer. Lire la suite

    Par  Argoul
    CULTURE, LIVRES
  • Flaubert, la leçon du bien écrire

    Flaubert, leçon bien écrire

    Dans sa Correspondance tome 2 de la Pléiade, qui court de 1851 à 1858, Flaubert écrit ‘Madame Bovary’ puis commence ‘Salammbô’. Ses lettres à sa maîtresse Louis... Lire la suite

    Par  Argoul
    CULTURE, LIVRES
  • Flaubert contre l’embrigadement social

    Le trentenaire est un jeune adulte qui s’affirme. C’est l’époque où l’on choisit sa vie. Flaubert, trentenaire en 1852, compose ‘Madame Bovary’. Il écrit... Lire la suite

    Par  Argoul
    CULTURE, LIVRES
  • Flaubert, Voltaire et le « tempérament » artiste

    Flaubert, Voltaire tempérament artiste

    En janvier 1860, Flaubert écrit à son amie Edma Roger des Genettes : « Le tempérament est pour beaucoup dans nos prédilections littéraires. Or, j’aime le grand... Lire la suite

    Par  Argoul
    CULTURE, LIVRES
  • Etre un gardeur....

    J'emprunte, de temps à autre, des recueils de poésie à la médiathèque; j'aime les feuilleter, picorer des textes poétiques au fil de mes errances. Lire la suite

    Par  Chatperlipopette
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Argoul 1120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines