Magazine Culture

La Femme Scorpion : Rose rouge & Vengeance noir

Publié le 02 février 2015 par Diana

La Femme Scorpion : Rose rouge & Vengeance noir

Œuvre cinématographique inspiré du manga de Tôru Shinohara, La Femme Scorpion/Joshuu 701 Gou Sasori (1972), premier volet d'une saga lancé par le cinéaste Shunya Ito met en scène l'actrice Meiko Kaji sous les traits de Nami (ou Matsu). Une anti-héroïne, à la fois belle et enfermée dans un mutisme glaciale. Elle est l'incarnation de femmes humiliées et avilies. Nami part en guerre contre une société japonaise machiste où la place de la femme reste celle des fourneaux.

Nami, amoureuse d'un policier des stups qui se prénomme Sugimi accepte d'infiltrer des yakuzas sous sa demande. Démasquée, elle est violée tour à tour par les malfrats et trahie par Sugimi. Nami tente alors de se venger en poignardant Sugimi mais elle se fait arrêter et se retrouve dans l'enfer des prisons.

La Femme Scorpion : Rose rouge & Vengeance noir

C'est l'icône du cinéma japonais des seventies, Meiko Kaji qui incarne la femme scorpion. Issu de la Nikkatsu, la Toei la débauche. Elle deviendra Sasori (scorpion) dans les quatre premiers longs métrages de la saga. L'égérie d'une vengeance incarnée par une rancune née d'une trahison, celle faites par les hommes et leur misogynie. Sasori s'en va en guerre contre les hommes certes mais aussi contre l'univers carcéral et plus largement d'une société japonaise sclérosée. Meiko/Sasori est à la fois dangereuse/fascinante mais surtout aux réactions imprédictible/tragique.

La Femme Scorpion, la prisonnière 701 tue froidement, sans sourciller. Un électron libre impossible à emprisonner, ou presque. Visage impassible et vêtue de noir faisant échos à (1968) de François Truffaut. La vengeance opère comme un cri de révolte. Une révolte contre l'esclavagisme carcéral, ses tortures et les lynchages des surveillants (masculins) de prison. L'oeuvre s'inscrit dans la grande lignée des thrillers et des films de prison de femme, genre à part entière.

La Femme Scorpion : Rose rouge & Vengeance noir

Shunya Ito ouvre les hostilités avec ce plaidoyer pour la gent féminine, sa première réalisation. Il signera les trois premiers volets des Sasori. Ses premières armes dans le métier, il les fera avec Teruo Ishii considéré comme le pape du sado-masochisme. Les horreurs carcérales que subira la femme scorpion ainsi que ses co-détenus en seront librement inspirées. Shunya Ito également influencé par Seijun Suzuki met en place des scènes emprunt de théâtralité et d'un style pop, un style des plus baroques pour une réalisation haute en couleur. Le rendu se veut alors efficace.

Œuvre emprunte d'érotisme, La Femme Scorpion, femme rebelle et forte, film esthétique et violent aux destinés cruelles (viol, meurtre...) est d'une force inouïe. Sasori, le rictus qui fait froid dans le dos et que rien n'arrête, même pas une femme-maton infiltrée va jusqu'au bout de sa Vengeance. La Femme Scorpion est un classique du cinéma de genre, notamment rythmé par le thème musical principal, celui de Sasori (et des femmes trompées plus généralement) : Urami Bushi. Cette chanson interprétée par Meiko Kaji est des plus imagée et résonne encore après visionnage.

La Femme Scorpion : Rose rouge & Vengeance noir

La Femme Scorpion : Rose rouge & Vengeance noir

La Femme Scorpion : Rose rouge & Vengeance noir


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Diana 569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine